• A l’occasion de l’Aïd Al-Adha

    Cher frère en Islam, chère sœur, nous te saluons du salut de l’Islam : « Assalâm Alaykum wa Rahmatu-llah wa Barakatuh » :

    السَّلامُ عَلَيْكُم وَرَحْمَةُ اللهِ وَبَرَكَاتُه

    Nous te félicitons d’avance à l’occasion de l’Aïd al-Adha.

    Les actes à accomplir en ce jour de fête

    Cher frère, chère sœur,

    Le bonheur réside dans l’application de la tradition du Prophète (que la prière et la paix soient sur lui) dans toutes les situations de notre vie, situation tant temporelle que spirituelle. Ainsi, nous avons souhaité te rappeler quelques notions qu’il est bon de mettre en pratique la veille et le jour de l’Aïd.



    1.  At-Takbîr :

    Il s’agit de la prononciation de la formule Allâhu-Akbar. Il est recommandé de répéter cette formule durant la période qui s’étend du coucher du soleil de la veille de l’Aïd jusqu’à la prière, le jour même.

    Allah dit : « …Et afin que vous accomplissiez la totalité des jours convenus et que vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous avoir bien guidés et peut-être remercierez-vous. » (La Vache, v. 185).

     La formule du Takbir est :

    اللهُ أَكْبَر, اللهُ أَكْبَر,[ اللهُ أَكْبَر], لاَ إِلَهَ إِلاَ اللهُ

    اللهُ أَكْبَر, اللهُ أَكْبَر,[الله أَكْبَر] وَلِلَّهِ الْحَمْد

    « Allah est le Plus Grand, Allah est le Plus Grand, [Allah est le Plus Grand], il n’y a de divinité en dehors d’Allah. Allah est le Plus Grand, Allah est le Plus Grand, [Allah est le Plus Grand] et la louange est à Allah. »

    C’est une tradition du Prophète (que la prière et la paix soient sur lui) pour les hommes de le dire à haute voix, et ce, à l’intérieur des mosquées, au marché, ou à la maison. Ils témoignent ainsi de la gloire de notre Seigneur, lui vouent l’adoration et manifestent de la reconnaissance envers Lui.

    Par ailleurs, la tradition du Prophète (que la prière et la paix soient sur lui) consiste à accomplir la prière de l’Aïd en plein air, si cela est possible à une place réservée à cet effet (Muçalla), et non à la mosquée.

    2.  Égorger un mouton :

    Le sacrifice est une Sunna très conseillée. Lorsqu’arrivent les dix premiers jours du mois de Dhoul Hijja, il devient interdit à celui qui veut faire le sacrifice le jour de la fête de se couper les cheveux et les ongles ou de s’épiler ou de se raser jusqu’à ce qu’il fasse le sacrifice.

    3.  Se laver, se parfumer (pour les hommes) et mettre ses plus beaux habits :

        Sans excès et sans que ces habits ne contiennent quelque chose de contraire à la religion.
        Sans pour autant se raser la barbe, car ceci est illicite.
        La femme se doit d’assister à la prière, voilée, habillée d’une façon respectueuse et sans qu’elle ne se parfume, car cela lui est interdit en dehors de son foyer.

    4.  Manger après la prière :

    On rapporte que la première partie de l’animal égorgé, dont on mange, est le foie, mais il n’y a pas de mal à manger une autre partie.

    5.  Se rendre à la Muçalla à pied :

        Si cela est possible, en proclamant la grandeur de son Seigneur par le Takbîr, depuis la sortie de la maison et jusqu’au moment de la prière. Ne pas oublier de le faire à haute voix.
        Accomplir la prière de l’Aïd avec les musulmans et les musulmanes et assister au prêche de l'imam. Les femmes en période de menstrues doivent elles aussi se rendre à la Muçalla ; elles écouteront le prêche, mais bien sûr elles n’accompliront pas la prière de l’Aïd.

    6.  Changer de chemin en revenant de la prière :

    Il est recommandé de se rendre à la Muçalla pour la prière par un chemin et effectuer le trajet retour par un chemin différent, comme le Prophète (que la prière et la paix soient sur lui) a fait.

    7.  Les félicitations :

    Les Compagnons du Prophète (que la prière et la paix soient sur lui) se félicitaient mutuellement pour cette heureuse occasion.

     

    Les actes à éviter en ce jour de fête

    Cher frère, chère sœur,

    Prends garde à ne pas tomber dans les erreurs que la majeure partie des gens font.

    1.    Commettre des actes illicites lors de la fête de l’Aïd

    Comme médire ou calomnier des personnes notamment de la famille, le gaspillage, écouter de la musique, etc.

    2.    Oublier les pauvres

    Le Prophète et les compagnons n’oubliaient pas les démunis en ce jour, car ce jour est un jour de miséricorde et de fraternité.

    3.    Prononcer le Takbîr en groupe

    Certains savants ont interdit cet acte, car n’étant pas connu au temps du prophète. Il est donc interdit de répéter la formule après une personne, ou encore, ajouter des invocations à la formule citée ci-dessus. La formule de takbir doit être prononcé seul et haute voix.

     

    Conclusion

    Cher frère, chère sœur,

    N’oublie pas :

        de t’empresser à faire le bien, comme rendre visite aux parents et à la famille.
        Laver ton cœur de tous les fléaux, tels que la rancune, l’envie et la haine.
        Être bienveillant vis-à-vis des pauvres, des nécessiteux et des orphelins.
        Les aider et essayer de faire rentrer le bonheur dans leur cœur.

     

     www.islamhouse.com
    L’islam à la portée de tous !

     

    A l’occasion de l’Aïd Al-Adha

     

     

    « Quelques droits du Messager d’Allah (sur lui la paix)L’obligation d’accomplir la prière en commun »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :