• Avoir un chien à la maison*

    Q : Nous avons à la maison un chienne que nous avons recueillie avant de connaître la loi religieuse relative au fait de posséder un chien pour celui qui n’en a pas besoin. Nous l’avons chassée après avoir pris connaissance de la loi religieuse, mais elle n’est pas partie parce qu’elle s’est habituée à la maison. Quelle est la solution ?

     

     

     

    R : Il est interdit de posséder un chien sauf dans les cas qui sont clairement cités dans la Sharî’a. Cela ne fait aucun doute :

     

    « Celui qui possède un chien, à moins qu’il soit réservé à la chasse, à la garde du troupeau ou des terres, voit sa récompense diminuer chaque jour d’un Qirât. »[1]

     

    S’il perd un Qirât, cela veut dire qu’il commet un péché, car perdre une récompense équivaut à obtenir un péché ; les deux indiquent l’interdiction, c’est-à-dire la cause du mal obtenu.

     

    A cette occasion, je donne un conseil à tous ces gens qui se sont laissés duper par les non-musulmans qui possèdent des chiens, bien qu’ils soient impurs et bien que leur impureté soit la plus grande parmi les animaux. En effet, l’impureté du chien ne disparaît qu’après sept lavages, dont un en frottant avec de la terre. Même le porc dont Allah a mentionné l’interdiction et l’impureté dans le Coran n’atteint pas ce degré.

     

    Le chien est donc impur et malsain, mais malheureusement, nous voyons que certains musulmans se sont laissés berner par les mécréants qui sont familiers aux impuretés et possèdent donc ces chiens sans besoin ni contrainte.

     

    Ils les gardent, les dressent et les nettoient alors qu’ils ne seront jamais purs, quand bien même on les laverait avec l’eau de la mer, parce que leur impureté est en eux-mêmes. De plus, ils gaspillent d’énormes sommes alors que le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a interdit le gaspillage.[2]

     

    Je conseille donc à ces personnes dupées de revenir vers Allah et de mettre les chiens dehors. Ceux qui en aurait besoin pour la chasse, l’agriculture ou pour garder le troupeau ne sont, quant à eux, pas en tort car le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, l’a permis, dans ces cas précis.

    Reste à répondre au frère, nous lui disons : si tu mets cette chienne dehors puis qu’elle revient, tu n’es alors pas responsable, mais ne la laisse pas chez toi et ne l’accueille pas, peut-être qu’en restant comme cela devant la porte, elle finira par partir, et qu’elle quittera la région et qu’elle se nourrira de ce qu’Allah lui procurera, comme les autres chiens.

     

     

     

    • Fatwa du cheikh Otheimine

    • tome 2

     

     

    Avoir un chien à la maison

     

     

    [1] Al-Bukhârî – en des termes proches, chapitre des sacrifices et de la chasse, n°5480 et n°5482 et Muslim, chapitre de la location des terres, n°1574.

    [2] Al-Bukhârî, chapitre de la Zakât, n°1477 et Muslim, chapitres des jugements, n°593.

     

     

     

    « *La tombe est soit un lieu de délice, soit un lieu de châtiment**Le vrai visage d'une personne* »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It