• Croire aux Prophètes et Messagers *

    Croire aux Prophètes et aux Messagers de Dieu s'inscrit au nombre des fondements de la foi. 

    Certains sont cités dans le Coran et d'autres pas.

     

    « Certes, Nous avons envoyé avant toi des Messagers. Il en est dont Nous t´avons raconté l´histoire; et il en est dont Nous ne t´avons pas raconté l´histoire. » 

    (Coran 40.78)

     

     

    Chaque peuple a eu un Prophète :

     

    « Il n´est pas une nation qui n´ait déjà eu un avertisseur. » 

    (Coran 35.24)

     

    « Chaque communauté a eu un messager. » 

    (Coran 10.47)

     

     

    Le Coran mentionne le nom de vingt-cinq Prophètes et Messagers :

    Adam, Noé, Idris, Salih, Ibrahim, Hud, Lot, Yunus, Isma'il, Isaac, Jacob, Yusuf, Ayyub, Shu'ayb, Moïse, Aaron, Al-Yasa', Dhu-l-Kifl, Dawud, Zakariyya, Sulayman, Ilyas, Yahia, 'Issa et Muhammad, que la prière et le salut de Dieu soient sur eux tous.

     

    Il convient de faire une distinction entre un Nabi (Prophète) et un Rasûl (Messager). 

    Le Nabi est celui qu'Allah a chargé de rappeler et d'appuyer des prescriptions d'origine divine déjà révélées avant lui.

     

    Quant au Rasul, c'est celui que Allah a envoyé avec des prescriptions d'origine divine, soit que celles-ci soient nouvelles en soi, soit qu'elles avaient été révélées à un autre messager.

     

    Ainsi, tout Messager [Rasul] est également Prophète [Nabi], mais pas forcément l'inverse .

     

     

     

    Les envoyés doués de résolution [Ulu Al-'Azm] :

     

    Nombreux sont les savants qui affirment que les Messagers résolus [Ulu Al-'Azm] sont au nombre de cinq : 

    Muhammad, Abraham, Moïse, Noé et Jésus. 

     

    On les a surnommés ainsi parce qu'ils ont enduré avec patience les mauvais traitements de leurs peuples ainsi que toutes sortes de situations pénibles et difficiles. 

    Ils ont tenu bien plus que les autres Messagers. 

     

    Dieu les a mentionnés dans ce verset :

     

    « Lorsque Nous prîmes des prophètes leur engagement, de même que de toi, de Noé, d´Abraham, de Moïse, et de Jésus fils de Marie » 

    (Coran 33.7)

     

     

     

    L'objet du Message :

     

    Nous sommes tenus de croire que Dieu a envoyé Ses messagers pour annoncer la bonne nouvelle (l'agrément de Dieu, Sa récompense et Son paradis) à ceux qui croient en Lui et en Ses Messagers et Lui obéissent, et pour mettre en garde contre le courroux de Dieu ceux qui Le renient et se rebellent contre Lui. 

    Dieu Tout-Puissant a dit :

     

    « Nous n´envoyons des messagers qu´en annonciateurs et avertisseurs : ceux qui croient donc et se réforment, nulle crainte sur eux et ils ne seront point affligés. Et ceux qui traitent de mensonges Nos preuves, le châtiment les touchera, à cause de leur perversité. » 

    (Coran 6.48)

     

     

    Nous devons également croire que tous ces Messagers ont été envoyés par Dieu afin de réaliser un but fondamental et unique : l'adoration de Dieu Tout-Puissant, l'établissement de Sa religion, la confirmation de Son unicité dans Sa seigneurialité, Sa divinité et Ses noms et attributs. 

     

    Il est dit dans le Coran : 

     

    « Nous n'avons envoyé avant toi aucun messager sans lui révéler ceci : Il n'y a pas de divinité excepté Moi ! Adorez-Moi donc ! » 

    (Coran 21.25)

     

    « Il vous a légiféré en matière de religion, ce qu´Il avait enjoint à Noé, ce que Nous t´avons révélé, ainsi que ce que Nous avons enjoint à Abraham, à Moïse et à Jésus: "Etablissez la religion; et n´en faites pas un sujet de division". » 

    (Coran 42.13)

     

     

     

    Notre devoir envers les Messagers :

     

    Croire aux Envoyés et à leur Message ne suffit pas, encore faut-il ne faire aucune différence entre eux ; celui qui croit en certains et pas en d'autres est, conformément au Texte coranique, un incroyant. 

    Dieu Tout-Puissant dit : 

     

    « Ceux qui ne croient pas en Dieu et en Ses Messagers, qui veulent séparer Dieu de Ses Messagers, qui disent : « Nous croyons en certains et pas en d'autres » et qui cherchent un sentier intermédiaire, ceux-là certes sont les incroyants. » 

    (Coran 4, 150)

     

     

    C'est là l'attitude des Juifs qui ne croient pas en Jésus et en Muhammad alors qu'ils croient en Moïse et aux Messagers antérieurs à lui. 

    Il en est de même des Chrétiens qui renient l'apostolat de Muhammad tout en croyant à Jésus et aux autres Messagers avant lui.

    Obligation nous est faite aussi de croire que les Messagers envoyés par Dieu ont accompli leur mission et transmis le message divin de la manière la plus parfaite, et de leur obéir, cela revenant à obéir à Dieu, Gloire à Lui. 

    Dieu dit : 

     

    « Quiconque obéit au Messager obéit à Dieu. » 

    (Coran, 4.80)

     

    « Nous n´avons envoyé de Messager que pour qu´il soit obéi, par la permission d´Allah. » 

    (Coran 4.64)

     

     

     

    Il nous incombe également d'avoir la conviction qu'ils sont les meilleurs êtres tant dans le domaine du savoir que dans celui des actes, qu'ils sont les plus véridiques et qu'ils sont dotés de la plus haute moralité, que Dieu leur a conféré des vertus que personne hormis eux ne saurait avoir. 

    Ils sont exempts de mensonge, d'infidélité, ils ont transmis tout ce qui leur a été révélé sans y manquer et sont préservés quant aux péchés majeurs ou véniels. 

    Certes, ils peuvent, malgré leur degré élevé, commettre des erreurs, mais Dieu les aide à s'en repentir. 

    Ce fût le cas pour Adam lorsque par oubli il mangea de l'arbre.

     

    Nous devons croire que ceux que Dieu a investis de l'apostolat n'étaient ni des Anges ni des femmes, mais des hommes qu'Il a élus. 

    Dieu dit : 

     

    « Nous n´avons envoyé avant toi que des hommes à qui Nous faisions des révélations. » 

    (Coran 21.7)

     

     

     

    Les Prophètes et les Messagers de Dieu sont de simples hommes que Dieu a choisis ; ils se nourrissent, boivent, circulent comme tout le monde dans les marchés, dorment, s'assoient et rient ; ils se marient et peuvent avoir une progéniture ; le mal, l'injustice et la persécution ne les épargnent pas, ils sont appelés à mourir. 

    Il en est même qui ont été tués sans raison valable. 

    Ils sont sujets à la souffrance et à la maladie ainsi qu'à tous les accidents inhérents à la nature humaine, mais cela n'entame en rien leurs hauts degrés parmi les créatures.

     

    Nombreux sont les Textes qui le confirment, ainsi en est-il des versets coraniques et des Traditions qui suivent. 

    Dieu dit : 

     

    « Muhammad n´est qu´un messager - des messagers avant lui sont passés - S´il mourait, donc, ou s´il était tué, retourneriez-vous sur vos talons ? Quiconque retourne sur ses talons ne nuira en rien à Allah; et Allah récompensera bientôt les reconnaissants. » 

    (Coran 3.144)

     

    « Et Nous n´avons envoyé avant toi que des messagers qui mangeaient de la nourriture et circulaient dans les marchés. » 

    (Coran 25.20)

     

    « Et Nous avons certes envoyé avant toi des messagers, et leur avons donné des épouses et des descendants. »

    (Coran 13.38)

     

     

    De son côté, Muhammad (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) a dit : 

     

    « Quant à moi, je jeûne un temps et je mange un autre. Je prie une partie de la nuit et j'en dors une autre et j'épouse les femmes. » 

    (Al Boukhari et Muslim)

     

    En outre, le Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) était soumis aux accidents humains : la maladie, la souffrance, la chaleur, le froid, la faim, la soif, la colère, la lassitude, la fatigue et d'autres états qui ne le diminuaient en rien.

     

    Nous croyons que les Messagers de Dieu ne possèdent aucune des particularités de la divinité. 

    Ils n'agissent aucunement sur la marche de l'univers, ne peuvent ni bien ni mal pour les créatures, n'influent point sur la Volonté de Dieu et ignorent l'Inconnu sauf lorsque Dieu veut bien leur en dévoiler une partie.

     

    Dieu dit : 

     

    « Dis (Muhammed) : "Je ne détiens pour moi-même ni profit ni dommage, sauf ce qu´Allah veut. Et si je connaissais l´Inconnaissable, j´aurais eu des biens en abondance, et aucun mal ne m´aurait touché. Je ne suis, pour les gens qui croient, qu´un avertisseur et un annonciateur". » 

    (Coran 7,118)

     

    « [C´est Lui] qui connaît le mystère. Il ne dévoile Son mystère à personne, sauf à celui qu´Il agrée comme Messager » 

    (Coran 72.26)

     

     

    Nous devons croire que Dieu - Gloire à Lui - les a soutenus par des miracles évidents et des signes manifestes, lesquels indiquaient l'authenticité de ce qu'ils apportaient de la part de Leur Seigneur.

     

    Tous les Messagers de Dieu possèdent ces qualités, mais il en est que Dieu a préférés à d'autres. 

    Dieu dit : 

     

    « Nous avons mis certains Messagers au-dessus de certains autres. Dieu a parlé aux uns et élevé d'autres. » 

    (Coran 2.253)

     Tel est le cas pour Noé, Abraham, Moise, Jésus et Muhammed.

     

     

     

    La foi en Muhammad (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui)  :

     

    Nous devons croire que Muhammad Ibn 'Abdallah est à la fois le Prophète de Dieu [Nabi], Son Messager [Rasul], Son serviteur et Son ami intime [Safiy].

     

    Nous croyons qu'il est le sceau des Envoyés, cela étant confirmé par le Livre de Dieu et la Tradition. Dieu dit : « Muhammad est le Messager de Dieu et le sceau des Prophètes. » 

    (Coran 33.40)

     

     

    Le Messager de Dieu (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) a dit : 

    « Mon cas et celui des prophètes qui m’ont précédé est pareil au cas d’un homme qui a bâti une maison, l’a embellie et ornée, laissant vacante la place d’une brique. Les gens viennent en faire le tour, l’admirent et disent : Dommage ! Pourquoi n’a t’on pas mis cette brique ? – eh bien, je suis cette brique ! Je suis le sceau des prophètes ! » 

    [Bukhari et Muslim]

     

     

    L'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) a également dit : 

    « Je suis Muhammad. Je suis Ahmad. Je suis celui par qui Dieu efface l'impiété. Je suis le rassembleur que suivent les gens et le dernier (prophète) après qui nul Prophète ne sera envoyé. »

    [Bukhari et Muslim]

     

     

    Il est de notre devoir de croire que le Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) a été envoyé à toute l'humanité et à l'ensemble des Djinns avec la vérité et la bonne direction. 

    Dieu rapporte ces paroles des Djinns :

     

    « Ô notre peuple! Nous venons d´entendre un Livre qui a été descendu après Moïse, confirmant ce qui l´a précédé. Il guide vers la vérité et vers un chemin droit. Ô notre peuple! Répondez au prédicateur d´Allah et croyez en lui. » 

    (Coran 46.30)

     

    S'agissant de l'universalité du Message de Muhammad (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui), Dieu dit :

    « Et Nous ne t´avons envoyé qu´en tant qu´annonciateur et avertisseur pour toute l´humanité. » 

    (Coran 34.28)

     

     

     

    Aimer le Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) :

     

    L'amour du Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui)  doit prendre le pas sur celui voué au géniteur, à la progéniture et à soi-même. 

     

    Selon Anas , l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui)  a dit : 

     

    « L'un de vous ne sera véritablement croyant que lorsqu'il m'aimera plus que son père, sa descendance et l'ensemble des gens. »

     

    'Abdallah Ibn Hicham  a rapporté ce qui suit : 

     

    « Nous étions en compagnie du Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) , lequel tenait Omar Ibn Khattab  par la main. Ce dernier lui dit : 

     

    « O Envoyé de Dieu ! Je t'aime plus que tout, mais pas plus que ma propre personne. » 

     

    Le Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) lui rétorqua : « Que non ! Par Celui qui tient mon âme dans Sa main, ta foi ne sera achevée que lorsque tu m'aimeras plus que ta propre personne. » Omar dit alors : « Par Dieu ! Maintenant je t'aime plus que moi-même ». Le Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui)  lui dit : « Ta foi est maintenant accomplie. » 

    [Bukhari]

     

     

    Croire en ses miracles

     

    De même, nous devons croire que Dieu assista Son Envoyé par des miracles qui attestent, avec certitude, sa sincérité dans tout ce qu'il a communiqué, et que le Coran qui lui a été révélé est le miracle suprême par lequel il défia les habitants de ce monde, lesquels furent dans l'incapacité de produire dans sa totalité ou en partie un livre similaire.

     

    Dieu dit : 

     

    « Doutez-vous de ce que Nous avons révélé à Notre serviteur ? Apportez une sourate pareille. Appelez, si vous dites vrai, tous vos témoins, autres que Dieu. Mais si vous ne pouvez pas, et vous ne pourrez pas, redoutez alors un feu qui aura pour combustible les hommes et les pierres, réservé pour les négateurs. » 

    (Coran 2.23)

     

     

    Nous admettons que Dieu l'a soutenu par des miracles tangibles que rapportent des hadiths authentiques. 

    C'est le cas lorsque la lune se scinda en deux parties, que la pierre le salua, que le tronc d'arbre gémit parce qu'il ne l'utilisait plus comme chaire, lorsque l'eau jaillit d'entre ses doigts, qu'une faible quantité de nourriture suffit à sustenter un grand nombre de personnes parce que c'est lui qui la servit, ce fut également le cas lorsqu'une brebis rôtie dont il venait de manger un morceau le prévint qu'elle avait été empoisonnée ; un autre miracle encore résidait dans le fait qu'avant son investissement de l'apostolat un nuage le suivait partout pour le protéger de l'ardeur du soleil, de même le lait sortit du pis de la chétive brebis d'Um Ma'bad lorsque le prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) passa ses mains sur ses mamelles ; il y eût également le jour de l'expédition de Hunayn où il prit une poignée de terre qu'il jeta en direction de l'ennemi en disant : « Que soient défigurés les visages. » Touchés aux visages, les combattants du camp associateur se décontenancèrent et ce fut leur déroute. 

    Les prédictions du Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) se réalisaient, ses invocations étaient exaucées, et Dieu le préservait des gens au point qu'il n'avait pas besoin de garde du corps.

     

     

     

    Le Caractère du Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) :

     

    Nous devons croire que Dieu lui apporta Son assistance en lui fournissant des arguments concluants et des preuves manifestes, lesquels étaient représentés par son être, ses qualités et sa moralité.

     

    Nous croyons que Dieu l'a doté d'un caractère et d'une physionomie tels que celui qui l'observait y voyait les signes de sa Prophétie et de sa sincérité.

     

    Nous croyons que Dieu - Gloire à Lu i et Exalté soit Il - a fait sienne la morale du Coran, ce qui confirme sa probité ainsi que le soutien divin dont il disposait ; jamais il ne mentait, qu'il s'agisse des affaires religieuses ou temporelles, que ce soit avant ou après sa mission apostolique, sinon ses détracteurs n'auraient épargné aucun effort pour le faire savoir. 

    Jamais ni avant ni après qu'il ne soit fait Prophète et Messager, il n'a commis quelque infamie. 

    Il n'a jamais fui devant ses ennemis quelle que soit la gravité de la situation comme ce fut le cas lors de la bataille d'Uhud ou des Coalisés.

     

    Sa miséricorde et sa compassion vis-à-vis de sa communauté étaient telles que Son Seigneur lui demanda de les tempérer : 

     

    « Que ton âme ne se répande donc pas en regrets pour eux. » 

    (Coran 35.8)

     

    « Certes, un Messager pris parmi vous, est venu à vous, auquel pèsent lourd les difficultés que vous subissez, qui est plein de sollicitude pour vous, qui est compatissant et miséricordieux envers les croyants. » 

    (Coran 9.128)

     

     Il était généreux, ascète, se contentant de peu et ne cherchant pas à faire des économies. 

    Son éloquence était avérée et il avait la faculté exclusive d'exprimer beaucoup d'idées en peu de mots. 

    Il était indulgent et clément, ne se mettant en colère que lorsque étaient violées les limites de Dieu ; il était humble avec les croyants, adorateur de Dieu, combattant pour Sa cause et confiant en Lui. Il f ut ainsi toute sa vie durant. 

    C'est ce à quoi fait allusion ce verset : 

     

    « Je ne suis pas de ceux qui se forcent. » 

    (Coran 38.86)

     

     Or, celui qui se force à observer une qualité ou à faire sien un caractère ne peut être constant toute sa vie.

     

    Dans toutes ces qualités et dans d'autres encore, le Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) représentait la perfection même, laquelle n'était donnée qu'à ceux que Dieu préservait. La réunion de ces attributs et de ces caractères dans la personne du Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) constituait les signes les plus éminents de sa qualité de Prophète.

    C'est pourquoi beaucoup d'esprits sagaces ont conclu à la sincérité du Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui)  en observant sa moralité, sa probité et sa bonne conduite. 

    Ce fut le cas de Khadija   - son épouse - qui, informée par le Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) de sa réception de la Révélation et de la peur qu'il en ressentit, dit : 

     

    « Que non ! Jamais Dieu ne t'humiliera car tu honores les liens du sang, soutiens les faibles, fais profiter de tes largesses le misérable, tu es Hospitalier et tu secours ceux qui sont dans l'adversité. » 

    [Bukhari]

     

     

     

    Lorsque Héraclius reçut la lettre du Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) dans laquelle il l'invitait à embrasser l'Islam, il envoya chercher des Arabes qui se trouvaient sur ses terres. 

    Séjournant en Syrie avec un groupe de commerçants mecquois, Abu Sufyan (qui était à l'époque un farouche opposant au Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui)) fut conduit auprès de Héraclius, lequel invita son interprète à leur dire :

     

    - Lequel d'entre vous est le plus proche de cet homme prétendant à la Prophétie ?

    - Moi, répondit Abu Sufyan.

    - Qu'on le fasse avancer, dit l'empereur, lui et ses compagnons et que ces derniers se tiennent derrière lui . Et s'adressant à son interprète, il dit :

    - Dis leur que je vais l'interroger sur cet homme ; s'il vient à mentir qu'ils le corrigent.

    Abu Sufyân dira après : « Par Dieu ! Si je ne craignais d'être démenti, j'aurai menti à son compte. » La première question à m'être posée fut la suivante :

    - Quel est le statut de sa famille ?

    - Elle est d'un haut lignage.

    - A-t-on avant lui émis les mêmes prétentions ?

    - Non.

    - Compte-t-il parmi ses ancêtres un roi ?

    - Non.

    - Est-il suivi par les nobles ou par les faibles ?

    - Par les faibles.

    - Est-ce que leur nombre augmente ou diminue ?

    - Il ne cesse d'augmenter.

    - En est-il qui après avoir adopté sa religion l'ont reniée ?

    - Non.

    - Le soupçonniez-vous de mensonge avant qu'il ne dise ce qu'il a dit ?

    - Non.

    - Trahit-il ses engagements ?

    - Non, et nous avons signé avec lui une trêve et nous ignorons quelle sera sa conduite.

    Ce fut la seule fois, ajoutera plus tard Abu Sufyan que j'ai pu laisser entendre ce que je voulais [sur Muhammad].

    Poursuivant ses questions, Héraclius dit :

    - L'avez-vous combattu ?

    - Oui.

    - Quelle a été l'issue de ces combats ?

    - La victoire est tantôt à nous, tantôt à lui.

    - Et que vous ordonne-t-il ?

    - Il nous recommande l'adoration de Dieu Seul, sans rien Lui associer, de renoncer aux croyances de nos pères. Il nous ordonne la prière, la sincérité, la chasteté et la préservation des liens de parenté.

     

    Alors Héraclius chargea son interprète de dire à Abu Sufyân :

    « Je t'ai interrogé sur son lignage, et tu m'as affirmé qu'il était d'un lignage noble. Or les Envoyés de Dieu sont issus du lignage le plus noble. Je t'ai demandé si quelqu'un parmi vous avait déjà soutenu de tels propos, et tu m'as dit que non. Je me suis alors dit : S'il n'avait pas été le premier à soutenir ce qu'il soutient, j'aurais pensé que c'est là un homme qui reprend les prétentions de ses prédécesseurs.

     

    Je t'ai questionné sur ses ancêtres pour savoir s'il y en avait qui était roi, et tu m'as répondu négativement. Je me suis alors dit que si cela avait été le cas, il serait un homme qui aspire au trône de ses aïeuls. Je t'ai demandé si, avant, vous le soupçonniez de mensonge, et tu m'as répondu que non. J'ai su qu'il n'aurait pas menti sur Dieu dès lors qu'il ne ment pas sur les gens.

     

    Je t'ai interrogé sur ses disciples, et tu m'as dit que les faibles le suivent or ces derniers sont les partisans des Messagers. Je t'ai encore demandé si leur nombre allait en augmentant ou en diminuant, et tu m'as confirmé qu'il allait en augmentant. Or c'est bien là le propre de la foi jusqu'à sa complète évolution.

     

    Puis je t'ai demandé si quelques-uns d'entre eux après avoir embrassé la foi s'en détournaient, et tu m'as répondu que non. Or c'est bien le cas de la foi lorsque sa douceur entre dans le coeur. Je t'ai demandé s'il manquait à ses engagements et tu m'as répondu que non. Il en est ainsi des Messagers de Dieu, jamais ils ne trahissent.

     

    Je t'ai demandé ce qu'il vous ordonnait et tu m'as répondu qu'il vous ordonnait d'adorer Dieu sans rien Lui associer, qu'il vous défendait d'adorer les idoles, qu'il vous prescrivait la prière, la sincérité et la chasteté. Si donc tu dis vrai, cet homme prendra possession de ce lieu même où je suis maintenant.

     

    Je savais d'ailleurs que cet homme allait bientôt paraître, mais je ne pensais pas que ce serait l'un d'entre vous. Quant à moi, si je savais que je pourrais parvenir jusqu'à lui, je me serais dirigé vers lui et si j'avais été auprès de lui je lui aurais lavé les pieds. »

     

    Après quoi, Héraclius a demandé la lettre du Messager d’Allah (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) , laquelle lettre a été lue. 

     

    Elle contenait  :

     

    Au nom d’Allah, le Tout miséricorde, le Très Miséricordieux. 

    De Muhammad, le serviteur d’Allah et Son messager, à Héraclius, le grand chef des Byzantins. 

    Que la paix soit sur celui qui est sur la voie de la Guidance. Cela dit, je t’appelle selon la formule de l’islâm  : 

    embrasse l’islâm et tu seras sauvé, embrasse l’Islam et Allah te fera part d’une double récompense. 

    Et si tu refuses, tu assumeras les péchés de tes sujets...

     

    Dis : "ô gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous : que nous n’adorions qu’Allah, sans rien Lui associer, et que nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en dehors d’Allah". Puis, s’ils tournent le dos, dites  : "Soyez témoins que nous, nous sommes soumis" 

    (sourate al Imran verset 64)

      

    Et une fois la lecture de la lettre terminée, les voix des seigneurs byzantins qui étaient présents se sont élevées et un grand tumulte s’en est suivi. Je ne sais ce qu’ils ont dit ; on a donné l’ordre et on nous a fait sortir. 

    Lorsque je me suis trouvé dehors avec mes compagnons et que je me suis trouvé à l’écart avec eux, je leur ai dit : "L’affaire d’ibn Abu Kabcha a pris de l’importance. Voilà le roi des banû al- ’Asfar qui le redoute."

    Par Allah ! je suis demeuré humblement convaincu que sa cause prendrait le dessus jusqu’au moment où Allah a amené l’Islam dans mon cœur malgré ma répugnance. »

     (bukhary n°  2941)

     

     

    Source : http://islammedia.free.fr/Pages/foi-messagers.html

    « Croire aux Livres**Croire au Jour Dernier* »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    selimetismael
    Lundi 6 Mai 2013 à 11:11
    Salam alaykoum il manque le prophete Ibrahim que la paix soit sur lui dans la liste des prophète mentionné dans le coran
    2
    selimetismael
    Lundi 6 Mai 2013 à 11:12
    Ah non désolé ....


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :