• En entrant dans la mosquée accomplir obligatoirement deux Raka3ât avant de s’asseoir

    Accomplir obligatoirement deux Raka3ât avant de s’asseoir, d’après la parole du Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) : « Lorsque l’un d’entre vous entre à la mosquée, qu’il accomplisse deux Raka3ât avant de s’asseoir. » et dans une autre version : « Qu’il ne s’assied pas avant d’avoir accompli deux Raka3ât, ensuite qu’il s’assied s’il le veut, ou qu’il parte vaquer à ses occupations. » [Al-Bukhârî (1/426), Muslim (2/155)]


     

    Ce que l’on tire du hadith :

    Le hadith est une preuve de l’obligation d’accomplir deux Rakacât de salut de la mosquée, car dans la première version il en a donné l’ordre, et cela implique l’obligation, et dans la deuxième il a interdit de s’asseoir ce qui implique l’interdiction. Tous les membres de l’école Ad-Dhâhiriyyah ont été de cet avis, à l’exception d’Ibn Hazm qui a clairement dit dans Al-Muhallâ (2/231) que cela n’était qu’une Sunna, ce qui est l’avis de le majorité des savants. Ils ont affirmé cela en disant que l’ordre dans le hadith n’est qu’un encouragement, et ont donné des preuves qui ne tiennent pas. Le grand savant As-Shawkânî les a citées et les a commentées en montrant clairement qu’elles ne peuvent faire passer l’ordre [du Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam)] de l’obligation à la simple recommandation.

    Par exemple, lorsque le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) a dit à celui qui enjambait le cou des gens [pour se rapprocher au jour du vendredi] : « Assieds-toi ! Tu as mal agi ! » sans lui ordonner de prier.

    Al-Hâfidh dit à ce propos : « C’est l’argument qu’ont avancé At-Tahâwî et d’autres, mais il y a à redire à cela. »

    As-Shawkânî a dit : « Rien ne dit qu’il n’a pas accompli [deux Rakacât] dans un coin de la mosquée avant cela, ou que cela se soit passé avant l’ordre de les accomplir et l’interdiction de les délaisser. »

    Il en est de même pour toutes les preuves qu’ils ont avancées, lis le détail de cette question dans Nayl Al-Awtâr (3/58-59).

    Cette prière est connue sous le nom de « prière de salutation de la mosquée » est son accomplissement reste obligatoire même si on s’assied avant, qu’on oublie ou pour une autre raison. Cela apparaît dans le contexte du hadith, Abû Qatâdah rapporte : « Je suis entré dans la mosquée alors que le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) était assis parmi les gens. Je me suis assis, mais le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) m’a dit : « Qu’est-ce qui t’a empêché d’accomplir deux Rakacât avant de t’asseoir ? » Je dis : ô Messager d'Allah ! Je t’ai vu assis, de même que les gens. Il répondit.. (et cita le hadith). » [Muslim]

    Ce que l’on tire du hadith :

    Ibn Hibbân a intitulé le chapitre contenant ce hadith : « L’accomplissement de la prière de salutation de la mosquée reste obligatoire même après que l’on se soit assis. »

    Al-Hâfidh a dit : « Un groupe de savants a été d’avis que celui qui ne l’accomplit pas et s’asseoit, n’est pas obligé de la rattraper, mais il y a à redire en cela d’après le hadith d’Ibn Hibbân, mais aussi le récit de Sulayk. Al-Muhibb At-Tabarî a dit : « On pourrait dire qu’il est meilleur de les accomplir avant de s’asseoir et permis de les accomplir après, ou encore qu’en les accomplissant avant de s’asseoir on les accomplies comme il se doit, alors qu’après on ne fait que les compenser. On pourrait également dire que l’on peut les accomplir après s’être assis, si le temps écoulé n’est pas trop long. »

    Je dis : Cette dernière proposition est la plus proche de la vérité, car dans ces trois hadiths, le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) s’est empressé d’ordonner de les accomplir et n’a pas repoussé cela. Et Allah est plus savant.

    De plus la globalité du hadith montre la permission d’accomplir la prière de salutation de la mosquée pendant les temps où l’accomplissement de la prière est détestable. Les savants ont divergé à ce propos, mais le plus juste est ce qu’on tire de la globalité du hadith, car rien n’a été rapporté pour le limiter, comme cela va être montré en détails par la suite.

    De même, son accomplissement reste obligatoire pour celui qui entre à la mosquée le vendredi alors que l’imam prononce le sermon sur sa chaire, à la seule différence qu’il doit les accomplir rapidement. Ainsi, Sukayk Al-Ghatfânî est entré dans la mosquée le vendredi alors que le Messager d'Allah (salallahu ‘alayhi wasalam) prononçait le sermon sur sa chaire. Sulayk s’assit [avant d’avoir prié] et le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) lui dit : « Ô Sulayk ! As-tu accompli deux Rakacât ? » Il répondit non et il lui dit : « Lève-toi et accomplis deux Rakacât rapides. » Dans un autre hadith il est dit : « Il accomplit deux Rakacât alors que le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) prononçait son sermon, puis le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) se tourna vers les gens et dit : « Lorsque l’un d’entre vous vient à la mosquée le vendredi et que l’imam prononce son sermon, qu’il accomplisse deux Rakacât rapidement puis s’asseye. » [Muslim (3/14-15), Abû Dâwûd (1/175)]

    Ce que l’on tire du hadith :

    At-Tirmidhî a dit : « C’est ainsi qu’ont pratiqué certains savants, c’est l’avis de As-Shâficî, Ahmad et Ishâq. D’autres ont dit : s’il entre et que l’imam prononce son sermon, il s’asseoit sans prier, ce qui est l’avis de Sufyân At-Thawrî et des savants de Kûfah, mais le premier avis est plus authentique.

    Je dis : C’est également l’avis de Ad-Dârimî – l’auteur de As-Sunan – et c’est l’avis le plus authentique comme l’a dit At-Tirmidhî. L’imam At-Tahâwî s’est efforcé de réprouver cette Sunna par des avis et des considérations par lesquels il n’est pas permis de rejeter un Texte clair. Son argument textuel le plus fort était la parole du Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) : « Si tu dis à ton compagnon : tais-toi, alors que l’imam prononce son sermon, tu as commis une faute. » car le fait de commander le bien est supérieur au fait d’accomplir les deux Rakacât de salut, donc si cela est interdit, la prière le sera aussi a fortiori.

    C’est l’avis de l’école Hanafite sur ce hadith comme l’a rappelé As-Sindî, mais il ne l’a pas accepté et y a au contraire répondu en disant : « Plusieurs points à relever : Premièrement, c’est une argumentation par analogie qui fait face à un Texte clair, donc cela ne peut être entendu. Deuxièmement : il est permis à celui qui a débuté sa prière avant le début du sermon de continuer, alors que cela n’est pas permis à celui qui ordonne le bien. Ainsi, de la même manière qu’on ne peut comparer les deux actes dans leur continuité, on ne peut les comparer au départ. Et Allah est plus savant. »

    Je dis : Nous ne disons pas que le fait de commander le bien est supérieur au fait d’accomplir les deux Rakacât de salut, au contraire ! Et c’est ce qui apparaît dans les Textes : l’accomplissement de ces deux Rakacât est supérieur au fait d’ordonner le bien à ce moment. C’est pourquoi le Prophète (r) a ordonné une chose et pas l’autre, et c’est une preuve de son caractère obligatoire, comme il a précédé, alors médite bien sur cela.

    Pour rester clair, je m’abstiens de citer les autres avis et d’y répondre, et pour celui qui voudrait en apprendre d’avantage, qu’il se réfère à Fath Al-Bârî (2/326-329) et Nayl Al-Awtâr (3/217-219).

    [Ensuite shaykh Albânî montre la faiblesse de deux hadiths utilisés comme argument] :

    « Lorsque l’un d’entre vous entre à la mosquée alors que l’imam prononce son sermon sur la chaire, qu’il ne prie et ne parle pas, jusqu’à ce que l’imam ait fini. » (Al-Haythamî, 2/184)

    « Lorsque l’imam arrive, on ne doit ni prier ni parler. » (Az-Zaylacî, 2/201). […]

    Source : Ahkâm Al-Masâjid, les Règles relatives aux mosquées

    Traduit et publié par les Salafis de l’Est

     

     

    En entrant dans la mosquée accomplir obligatoirement deux Raka3ât avant de s’asseoir

     

     

    « Quelle est la meilleure façon pour choisir une femme pieuse ?La visite des tombes pour la femme »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    yacine
    Lundi 25 Juillet à 16:41

    salem aileykoum on ma dit que l'on devait s'abstenir de les faire lorsque le adan retentit et lorsque le preche du vendredi a déjà commencer et on devai les rattrapper a la fin

    2
    Abdelaziz DJABALI
    Mercredi 24 Août à 00:51

    ( Votre signalement

    hier Vous avez signalé le commentaire de Kruger Bors de manière anonyme pour incitation à la haine. Nous vous remercions pour vos commentaires  Aujourd’hui  Merci d’avoir pris le temps de signaler quelque chose qui, d’après vous, pourrait enfreindre nos standards de la communauté. Ces signalements comptent pour beaucoup dans nos efforts afin de faire de Facebook un environnement sûr et accueillant. Nous avons examiné le commentaire que vous avez signalé pour apologie de la haine et avons déterminé qu’il n’allait pas à l’encontre de nos Standards de la communauté. Veuillez nous informer si autre chose vous préoccupe. Nous souhaitons que Facebook reste un lieu sûr et accueillant pour tous. ) -Vous dites que ce Commentaire ci-après : ( Kruger Bors, je pisse sur Allah et je pisse sur l'islam ) -n'allait pas à l'encontre de nos Standards de la communauté ! ! ! -Je vais le Signalé, -et vous Signalé en même temps sur tous les Réseaux du Monde, -autre que votre Facebook !


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :