• Est-ce que l’homme est un ennemi pour la femme ? -

    On veut faire croire que l’homme est un ennemi pour la femme et que l’homme doit user de toutes les ruses pour ne pas « se faire avoir » par la femme et la femme doit utiliser tous les moyens pour ne pas « se faire avoir » par le mari.


     

    L’Islam nous donne une autre conception de la vie de couple

     

    Dans trois hadiths que j’ai choisi, on va voir si l’homme et la femme sont des ennemis l’un pour l’autre ou bien si ce sont deux êtres qui doivent vivre ensemble et s’entraider pour leur bien, pour le bien de leur foi, pour gagner la satisfaction d’Allâh.

     

    D’après `Amr ibn Al-`As , le Prophète (alehi salat wsalam) l'ayant mis à la tête des troupes de l'expédition de Dhât as-Salâsil, il alla le trouver et lui dit :

     

    « Quelle est la personne que tu aimes le plus ? » -« A'icha », répondit-il. - « Et parmi les hommes ? », reprit `Amr.

    - «Son père [Abû Bakr] ». - « Et qui encore ? » -« Umar [ibn Al-Khattâb] ». Puis il énuméra d'autres hommes.

    [ Rapporté par al boukhari ]

     

     

    L’Islam par cet exemple dans la vie du Prophète (alehi salat wsalam) montre clairement ce que représente l’homme pour la femme et la femme pour l’homme. Le meilleur des prophètes déclare en public que la personne qu’il aime le plus est son épouse Aisha .

     

    Aisha n’éprouvait pas de jalousie lorsque le Prophète (alehi salat wsalam) parlait de ses épouses excepté lorsqu’il parlait de Khadija . Un jour elle se mit en colère et traita Khadija de « vieille femme, âgée ». Le Prophète (alehi salat wsalam) lui répondit :  « Ne dis pas cela de Khadija, Allâh m’a donné beaucoup d’amour pour elle ».

     

    Ceci est la conception de l’Islam.

     

    Le Prophète (alehi salat wsalam) déclare qu’il aimait beaucoup son épouse Khadija.

     

    Comment peut-on considérer que l’homme est l’ennemi de sa femme alors que logiquement la vie ne peut pas continuer sans qu’il y ait la participation des deux. L’un des objectifs ou des buts du mariage est d’avoir des enfants et il faut pour cela un mariage, une participation de l’homme et de la femme.

     

    L’homme ne peut pas être, ne doit pas être un ennemi pour sa femme. Parce que cet homme, il est soit un père pour cette femme, soit un mari, soit un fils, soit un frère, soit un oncle. La femme ne doit pas être une ennemie pour l’homme car elle ne peut être que sa sœur, sa fille, son épouse, sa mère…

     

    Ils sont forcément des proches les uns pour les autres alors comment peuvent-ils être des ennemis les uns pour les autres ?

     

    est-ce que dans le couple il doit y avoir concurrence ou entraide ?

     

    Dans la réalité c’est hélas plus une concurrence qu’une entraide.

     

    Qui va avoir l’autorité ? Qui va avoir le dernier mot? Mais est-ce que c’est ça l’Islam ?

     

    Je m’adresse à la fois à la raison et à la foi.

     

    Loin de tout ce qui se passe dans les couples musulmans, loin de toutes les traditions, je m’adresse à l’homme et à la femme en tant que musulmans qui ont la foi et la raison à partir de ce qui est dit dans le Saint Coran et à partir de ce qui est rapporté dans la sounnah authentique de notre Prophète (alehi salat wsalam).

     

    L’Islam appelle l’homme et la femme à s’entraider et non pas à chercher à écraser l’autre.

     

    Au contraire, Allâh parle dans le Saint Coran de « mawadda », l’amour, l’affection et de « rahma », la miséricorde entre les époux. La femme pour le musulman est un facteur, une source de bonheur.

     

    Tout le monde court derrière le bonheur aujourd’hui et ce depuis toujours, et on peut l’acquérir par différents moyens. Le plus important c’est la croyance et la foi. Allâh nous a donné des moyens qui contribuent au bonheur de l’être humain notamment d’avoir une épouse vertueuse.

     

    Comme le dit le Prophète (alehi salat wsalam) dans le hadith authentique rapporté par Al-bayyaqi, quatre choses amènent le bonheur au musulman: une femme vertueuse, une demeure assez spacieuse, un moyen de transport confortable, un bon voisin.

     

    La femme vertueuse est un facteur très important pour construire le bonheur de l’être humain, de la famille, dans ce bas monde

     

     

    « Celui à qui qu'Allah procure une femme pieuse, Il l'a aidé dans la moitié de sa religion,qu'il Le craigne alors dans la moitié qui reste » [ Rapporté par at-tabaranî et al-Hakim. Hadith hassan ]

     

    Alors si on fait une comparaison entre ce qui est dit par le Prophète et ce qui est pratiqué par les musulmans on voit qu’il y a une grande différence.

     

    Qu’est-ce que l’on trouve chez des musulmans pratiquants ?

     

    Et bien le mari après quelques mois ou quelques années de mariage, il décide de divorcer ou bien c’est la femme qui décide cela et quand tu essayes de les réconcilier, il ou elle te répond : « Depuis que je me suis séparé de mon mari/ma femme, je me sens très à l’aise al hamdulillâh. Je prends mon appartement seul, je vis seul et je n’ai pas besoin de tous ces problèmes quotidiens ».

     

    Qu’un homme ou une femme mariés se sentent heureux loin l’un de l’autre c’est qu’il y a un grand problème dans le couple, dans nos idées, dans nos pensées. Il faut tout d’abord corriger nos idées, nos pensées avant de parler ou d’agir.

     

    Parce qu’aujourd’hui on ne réfléchit pas en tant que musulmans et on donne selon ce que l’on a reçu et malheureusement, beaucoup de gens parmi la communauté n’ont pas reçu d’éducation islamique ni même de pratiques islamiques. Et c’est pour cela que l’on réagit de la sorte, pour un petit problème, on réclame la séparation, le divorce.

     

    Le Prophète (alehi salat wsalam) nous montre ce que représente la femme ou l’homme pour l’autre, c’est la moitié de la foi et dans un autre hadith authentique, le Prophète (alehi salat wsalam) appelle les hommes en disant:« Cherche à avoir une langue qui prie Allah, un coeur qui est reconnaissant envers Allah et une épouse croyante qui t'aide à pratiquer sa religion.»

     

    Autrefois, avant le mariage, chez les musulmans, l’homme devait apprendre comment vivre avec son épouse et la femme également. Quelques années avant le mariage, ils étaient préparés pour qu’une fois mariés, ils n’éprouvent pas de grandes difficultés pour accomplir leurs nouvelles responsabilités, chose qui n’existe presque plus aujourd’hui.

     

    Si tu demandes à la jeune femme qui vient de se marier ce que doit faire une femme musulmane mariée, quels sont ses droits et ses devoirs ou que tu demandes au jeune garçon quels sont ses droits et ses devoirs en temps que mari, ils ne savent pas...

     

     Tout cela était une introduction et je vais commencer à présent par aborder les droits du mari sur sa femme.

     

     Le prophète (alehi salat wsalam) nous a donné toute une série de droits, toute une série de mérites de l’homme et de la femme, mais aujourd’hui in sha Allâh j’insisterai sur les droits de l’homme sur sa femme.

     

    Il faut dire à nos sœurs, à nos filles, à nos mères, que le mari à une place importante en Islam. Et ceci va être un rappel à nos sœurs qui ne connaissent pas ces droits ou bien qui ne les appliquent pas et également je préfère que ce soit la femme musulmane qui soit consciente de ce que représente ou doit représenter le mari dans sa vie.

     

    Dans un hadith authentique, Husayn Ibn Muhsin a dit :

     

    Ma tante paternelle m'a raconté et dit : « Je vins au Prophète pour quelque besoin et il dit : « Ô toi ! As-tu un

    mari ? ». - Je dis : « Oui ». - « Comment es-tu envers lui ? », demanda-t-il. - « Je ne le lèse que

    pour ce dont je suis incapable », dit-elle. - « [Vois donc] où en es-tu vis-à-vis de lui. Car il

    est ton Paradis et ton Enfer », répliqua-t-il.»

     

     

    Normalement est-ce que ce hadith doit nous suffire ou pas ?

     

    L’homme pour sa femme est soit le paradis soit l’enfer, c'est-à-dire et je parle là des croyants, si la croyante -mou’mina- réussit à donner ce bonheur à son mari eh bien le Jour du jugement elle rentrera au Paradis par n’importe quelle porte.

     

    Le Prophète (alehi salat wsalam) a vu l’un de ses compagnons :

     

    Mu’adh ibnu jabal est venu du cham où il a vu les gens se prosterner devant leur patriarche et il s’est dit que si eux se prosternaient devant leur patriarche alors les musulmans devaient se prosterner devant le Prophète (alehi salat wsalam) . Alors une fois arrivé à Médine il a vu le Prophète (alehi salat wsalam) et il s’est prosterné.

     

    Le Prophète (alehi salat wsalam) lui demande « ô Mu’adh qu’est-ce que tu fais ? » Il lui répond : « ô Prophète ! J’ai vu les gens dans mon voyage se prosterner devant leur patriarche et je me suis dit que les musulmans devaient aussi se prosterner devant leur Prophète. »

     

    Le Prophète (alehi salat wsalam) lui a dit : « Ne le fais plus. Si je devais ordonner à quelqu’un de se prosterner devant autre qu’Allâh , j’aurais ordonné à la femme de se prosterner devant son mari », vu l’importance de la place qu’a le mari pour sa femme.

     

    Qui a dit cette parole ? Le Prophète (alehi salat wsalam) .

     

    Le chemin du Paradis passe par ton mari comme l’a dit le Prophète (alehi salat wsalam) :

     

    « Si la femme s’acquitte de ses 5 prières, si elle jeûne son mois, si elle préserve sa chasteté et si elle obéit à son mari, alors elle entre au Paradis par la porte qu’elle veut ».

    [ Rapporté par Ibnou Hibban ]

     

     

    D'après Abû Hurayra le Messager d'Allah (alehi salat wsalam) a dit:

     

    « Lorsqu'un homme invite son épouse à venir partager sa couche, qu'elle refuse et qu'alors il passe sa nuit en colère, les anges la maudissent jusqu'à son réveil au matin. »

    [ Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim ]

     

    Malheureusement, j’entends beaucoup de frères me parler de ce problème...

     

    Un frère est venu me voir et m’a dit que cela fait six ou sept mois qu’il n’a pas eu de rapports intimes avec sa femme car elle s’y refuse. L’un des objectifs du mariage pour l’homme et pour la femme c’est de préserver la chasteté -al-‘ifa- pour que ni l’un ni l’autre ne cherche al-haram, ce qui est illicite. C’est un droit des deux et c’est pour cela que le Prophète (alehi salat wsalam), a été si clair sur ce point et a mis en garde la femme quant au fait de ne pas obéir au mari lorsqu’il l’appelle pour se préserver du péché.

     

    Bien sûr il ne faut pas que le mari appelle sa femme pour accomplir un acte qui n’est pas permis, dans ce cas la femme doit lui désobéir. Et on connaît des cas dans des familles musulmanes où le mari veut commettre le haram avec son épouse dans ses rapports et s’il le fait il encourt la malédiction d’Allâh et sa femme ne doit pas lui obéir. Donc quand on parle de l’obéissance de la femme envers son mari c’est dans le cadre du halal.

     

     

    Parmi les choses que l’islam demande à la femme c’est de préserver sa chasteté que ce soit en l’absence de son mari ou en sa présence. Allâh nous décrit les femmes pieuses en disant :

     

    « Les femmes vertueuses sont obéissantes [à leurs maris], et protègent ce qui doit être protégé,

    pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. »

    [ Sourate 4 – Verset 34 ]

     

     

    Al-imam at-Tabaranî rapporte un hadith où le Prophète (alehi salat wsalam) dit :

     

    « La meilleure des femmes est celle qui te réjouis quand tu la regardes, et qui t'obéis

    quand tu lui ordonnes et qui préserve en ton absence sa personne et tes biens ».

    [ Nasa’y et d’autres ont rapportés ce hadith selon une chaîne authentique. ]

     

     

    Le Prophète (alehi salat wsalam) dit à la femme de ne pas faire rentrer à la maison une personne que le mari ne veut pas, que cette personne soit de la famille, une amie ou autre.

     

    La femme ne peut pas faire un jeûne surérogatoire si le mari ne l’y autorise pas. Et à partir de ce point les ulamas ont tirés une règle : le droit du mari passe avant an-nafila, les actes surérogatoires.

     

    Croire que si tu fais beaucoup de jeûnes surérogatoires, de prières surérogatoires, de lecture du Coran est le bon chemin, tout en négligeant ton mari, tout en ne se souciant pas de savoir s’il est content d’elle ou pas, est une grave erreur car Allâh n’acceptera pas d’elle ce qu’elle fait. L’obligatoire passe avant le surérogatoire.

     

    Donner ses droits à son mari est une obligation, satisfaire son mari c’est une obligation qui passe avant les actes surérogatoires et même dans l’obéissance on a demandé à Ibnu Taymiyya :

     

    « ô Cheikh, la femme mariée doit-elle obéir à ses parents davantage qu’à son mari ou bien est-ce le contraire ?»

     

    Il a répondu : « avant le mariage, ce sont les parents qui ont le plus de droits sur la fille et une fois la fille mariée alors c’est le mari ».

     

    Le mari a plus de droits sur son épouse que la famille, que les parents, que les frères, les sœurs, que tout le monde. C’est quelque chose de très important à savoir pour mettre le droit de chacun à la bonne place et ainsi la femme musulmane sait ce que lui demande l’islam et l’homme musulman sait ce que lui demande l’islam et c’est à chacun d’essayer de donner à l’autre son droit.

     

    Parmi les droit du mari sur son épouse, que la femme garde les secrets du couple : on ne doit pas raconter tous nos problèmes à n’importe qui. Parfois pour un simple problème entre un mari et sa femme, deux heures après, toute la ville est au courant ! Toute la famille est au courant de ce qui se passe entre le mari et sa femme. C’est une erreur, l’islam demande aux époux de garder les secrets, pas seulement la vie intime. Ça détruit le couple.

     

    Il y a des frères, soubhan Allâh, à peine leur femme leur dit quelque chose, ils vont le raconter à leur famille, à leurs parents.

     

    A présent je vais relater des exemples de couples qui ont appliqué les commandements de l’Islam et qui ont vécu dans le bonheur de l’islam et qui ont vécu cette paix et cette affection dont parle le Coran.  

     

    Quand, dans le couple, on construit notre vie sur l’Islam, sur la foi, al-iman, sur la piété, sur la connaissance de l’islam, al-ma’rifah, la tendresse, la fraternité, sur le respect et bien, on gagnera le Paradis à deux et on laissera derrière nous des enfants pieux qui feront de bonnes actions pour nous après notre mort.

     

    Je citerai quelques exemples de certains sahabas et sahabiyyat pour montrer comment la femme musulmane s’attachait à son mari et comment l’homme musulman s’attachait à sa femme et lui demandait de rester avec lui jusqu’à la mort pour se retrouver ensemble au Paradis comme c’est le cas pour Hudheïfa.

     

    Le premier exemple est celui de  Aisha, Oumm al-mou’minine, l'épouse du Prophète (alehi salat wsalam) .

     

    Elle a eu un jour un problème avec le Prophète (alehi salat wsalam) et il s’est mis en colère contre elle et pendant presque un mois ce problème a duré entre eux deux. Puis au bout de un mois le Prophète est venu lui dire après la révélation du Verset dans la sourate al-ahzab : « ô Aisha ! C’est à toi de décider, choisis si tu le veux dunia, les biens matériels, ou bien si tu me veux, moi et Allâh dans l’au-delà.»

     

    Elle lui répondit : « Je choisis mon mari. »

     

    Après la mort de Abou Darda , Mu’awuya a voulu épouser Oum Darda car elle était une femme pieuse. Elle lui répondit :  « Je n’accepte pas d’être ton épouse car j’ai entendu un jour mon mari dire qu’il avait entendu le Prophète (alehi salat wsalam) dire : « la femme le Jour de la Résurrection sera avec le dernier de ses maris au Paradis».

     

    Et comme j’aime beaucoup mon mari Abou Darda qui est mort, je veux que l’on soit ensemble dans le Paradis. J’ai donc décidé de ne plus me remarier après Abou Darda ».

     

     

    Oummu Salama , Oum al-mouminine (mère des croyants), son mari Abou Salama était le frère de lait du Prophète (alehi salat wsalam) et il mourut quelques mois après la bataille de Uhud. Oummu Salama avait des enfants et elle est restée sans mari.

     

    Certains compagnons comme Abû Bakr se sont proposés pour la prendre comme femme et elle a refusé. Et un jour le Prophète (alehi salat wsalam) lui dit :

     

    « Ô Oum Salama ! Dis: " allâhoumma journi fi musibati wa khloufnî kheyrane minha " car celui qui dit cette invocation Allâh après le malheur lui donne quelque chose de meilleur. » Oum Salama lui répondit :

     

    " Ô Prophète ! Y a-t-il parmi les musulmans quelqu’un de meilleur que Abou Salama ?"

     

    Soubhan Allâh ! Regardez quelle estime elle avait pour son mari, quel respect elle avait pour lui et qu’est-ce qu’il représentait pour elle tellement elle a vécu dans le bonheur avec lui.

     

    Ibnu Hicham dans son recueil de " As-Sirah " rapporte ceci sur l’épouse de mus’ab bnu Umayr, bint Jahsh :

     

    Il est tombé martyr dans la bataille de Uhud. Alors elle est venue pour rencontrer le Prophète (alehi salat wsalam) et on lui annonce la mort de son frère Abdullâh ibnu Jashsh. Alors elle dit : « c’est à Allâh que nous appartenons et c’est à Allâh que nous retournerons ».

     

    On lui annonce la mort de son Oncle maternel Hamza et elle dit : « c’est à Allâh que nous appartenons et c’est à Allâh que nous retournerons ». Et lorsqu’on lui a annoncé la mort de Musa’b ibnu Oumayr son époux elle a commencé à pleurer.

     

    Elle a beaucoup pleuré et il est rapporté que le Prophète (alehi salat wsalam) a dit à ce propos : « Est-ce que vous êtes étonnés de la voir pleurer ainsi ? Le mari représente beaucoup de choses pour la femme. »

     

     

    Ummu Hakim bintu Hârith , l’épouse de Ikrima, le fils de Abû Jahl :

     

    A la 8ème année de l’Hégire, lorsque le Prophète (alehi salat wsalam) est rentré à la Mecque, il y eut une annonce générale du Prophète (alehi salat wsalam) pour avertir que toute personne qui rentre chez lui et ferme sa porte sera en paix, que toute personne entrant dans la Mosquée Sainte sera en paix et que toute personne qui rentre chez Abû Soufian sera en paix. Tout le monde était pardonné par le Prophète (alehi salat wsalam) excepté un certains nombre de personnes qui l’ont trahi ou fait énormément de mal. Parmi ces gens là il y avait Ikrima, fils de Abû Jahl.

     

    Son épouse Ummu Hakim était devenue musulmane et son mari s’était enfui jusqu’au Yemen. Alors elle demanda au Prophète (alehi salat wsalam) qu’elle puisse aller chercher son mari. Une fois qu’elle le retrouva, elle insista pour qu’il vienne rencontrer le Prophète (alehi salat wsalam)  pour lui demander pardon.

     

    Soubhan Allâh, elle a insisté pour garder son mari, elle ne voulait pas le perdre. Grâce à son épouse, Ikrima est revenu, il a rencontré le Prophète (alehi salat wsalam) , il est devenu musulman, le Prophète (alehi salat wsalam) lui a pardonné et il est devenu un des grands héros de l’Islam. Grâce à qui ? A son épouse.

     

    Une femme qui avait décidé d’aller au pèlerinage avec les compagnons hommes et femmes. Une confiance totale, l’honnêteté, le sérieux…et son mari était inscrit parmi les gens qui devaient aller au Jihad. L’homme vint chez le Prophète (alehi salat wsalam) et le Prophète (alehi salat wsalam) lui dit :

     

    " Efface ton nom de la liste de ceux qui vont aller au Jihad et rejoins ta femme pour aller au pèlerinage avec elle."

     

     

    Où que vous alliez, faites-le ensemble, la Oumra ensemble, le hajj ensemble, les voyages ensemble, et ainsi vous vivrez ensemble dans le bonheur et in sha Allâh yawm al qiyyamah (le Jour du Jugement) vous resterez ensemble.

     

    Femme musulmane, femme croyante, si ton mari te donne un bon conseil, accepte-le. C’est un signe d’amour envers ton mari.

     

    Aisha était avec un groupe de femmes qui parlaient des mérites des femmes de Quraïsh. Elles étaient des femmes distinguées dans leurs qualités. Et comme le dit le Prophète (alehi salat wsalam) dans un hadith authentique en parlant d’elles : elles ont beaucoup d’amour envers leurs enfants et elles ont beaucoup de respect à l’égard de leurs maris et se mettent beaucoup à leur service.

     

    Lorsque Aisha entendit les paroles de ces femmes sur les femmes de Quraish elle dit :

     

    « Mais je ne connais pas de femmes meilleures que les femmes des Ansars (les médinoises). Dès que Allâh révéla le Verset qui ordonna le port du hijab, elles sont directement rentrées chez elles et on porté le jilbab. Le lendemain, elles sont venues assister à la prière de soubh derrière le Prophète (alehi salat wsalam) et elles ressemblaient à des corbeaux ».

     

     Dans le hadith il est aussi dit que lorsque les hommes ont entendu le verset qui ordonne à la femme musulmane de se couvrir, ils sont directement rentrés dans leurs maisons pour informer leurs femmes de cela.

     

    Dès qu’elles ont entendu ces paroles de la part de leurs maris, elles ont directement obéis et mis le jilbab.

     

    Donc, chères sœurs, acceptez ce que votre mari vous dit lorsque c’est du bien, cela lui donnera un grand plaisir et cela contribuera à la construction d’un grand bonheur dans la famille bi idhnillâh.

     

      D’après Ikrima , Asma , la fille de Abû Bakr as-Siddiq , était l’épouse de Zubayr Ibn AI-'Awwâ un des dix à qui le Prophète (alehi salat wsalam) a annoncé le Paradis. Zubayr était un peu sévère avec elle et elle s’en plaint au près de son père qui lui dit :

     

    « Ô ma fille, fais preuve d’endurance, patiente, car une femme qui a un mari pieux et

    qui lorsqu’il meurt reste veuve, ils seront réunis au Paradis. »

     

     

    Un jour Hudhaïfa dit à son épouse :

     

    « Si tu veux être mon épouse au Paradis, ne te marie pas après ma mort, car la femme sera au Paradis avec le dernier de ses maris sur terre. C’est pour cette raison que Allâh a interdit aux femmes du Prophète de se remarier après sa mort, afin qu’elles restent ses épouses au Paradis ».

     

     

     Je termine par la parole suivante : le train de la vie parcourt un chemin qui est très court, une soixantaine d’années dans la plupart des cas, et ce chemin de la vie est construit par deux personnes, un homme et une femme. Le jugement du Jour de la Résurrection est très lourd.

     

    C’est un jour qui durera 50000 ans. Après ces 50.000 ans, il y aura un Paradis éternel ou un Enfer éternel et c’est à chacun à l’homme et à la femme de faire son choix, de vivre pour l’islam, dans la piété et de chercher la satisfaction d’Allâh et c’est ce qui fera le bonheur et la paix, et que nos générations futures seront des générations de bien, qui répandront le bien et la lumière à laquelle nous a appelée le Prophète (alehi salat wsalam) .

     

    Sans cela, les problèmes ne feront qu’augmenter, les divorces ne feront qu’augmenter, les couples ne feront que se déchirer et se détruire et c’est une chose que ne veut pas Allâh .

     

    Ceci est un rappel pour chacun d’entre nous .

     

    Est-ce que l’homme est un ennemi pour la femme ? -

     

    « Définition l'hypocrisie - An-Nifaq (mounafiq) -Comment l’islam traite la déprime et l’anxiété ? - »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    anonyme
    Vendredi 21 Août 2015 à 22:37

    dans ces temps libre je pense qu'on est devenu hélas ennemis..


    mais je pense qu'on parle trop des devoirs de la femme et peu de ceux de l'homme?

    2
    anonyme
    Vendredi 21 Août 2015 à 22:38

    je vois qu'on a effacé le post avant!!! vive la liberté d'expression!

    3
    Ak
    Dimanche 23 Août 2015 à 23:39
    Islam H souna)je vous remercie infiniment que Allah vous donne la forces assalam aleikoum
    4
    Raja
    Mercredi 26 Août 2015 à 05:20
    Quand le mariage est basé sur un rapport de force et d'interdit (interdit de voir ses parents, ses amies, de s'acheter de nouveau vetement , de dormir avant le mari quand la fatigue nous prend, de manger avant lui quand il rentre tard, de sortir prendre l'air, de faire un repas qui sort de l'ordinaire, d'inviter qa famille et lui faire honneur, de donner son avis, de s'exprimer librement, de se plaindre quand on est malade, de se confier quand on est chagriné...d'etre obligée en plus de travailler pour subvenir aux besoins bitaux familiaux) et par dessus tout, lorsqu'il a des soucis ou contrarieté quelconques a ´exterieur ou avec autrui obligation d'etre le receptacle des coups, des insultes et d'humiliation. Oui, j'ai toutes les raisons de penser que l'homme est l'ennemi de la femme il se sert du terme "obeissance de l'epouse" pourfaire valoir ses caprices. Oui, mon mariage m'avait eloigné de Dieu car trop´concentrée a assouvir les caprices de mon mari et OUI je suis plus heureuse d'etre desormais seule, de reprendre ma relation avec Allah que j'avais delaissée pendant ces années d'horeur par peur des represailles du mari. Quand on n'est plus en securité Chez soi avec son mari comment ne peut on pas considerer l'homme comme un ennemi. Quand le mari vous a brisé psychiquement, physiquement, socialement, moralemenr, comment le considerer comme un compagnon, un ami, une moitié. Et OUI pour moi le mariage est plus un enfer qu'une moitié de la foi! Mais il faut vivre le mariage au moins une fois pour se faire son idée et malheureusement pour moi j'en n'ai gardé qu'un souvenir amere, si amere que je vis traumatisée a jamais.
    L'homme ami de la femme? Plus de nos jours malheureusement.
    5
    Une soeur
    Mercredi 26 Août 2015 à 13:34

    @Raja 

    Assalam3aleki warahmatu Allah ma soeur je viens de lire ton commentaire et je connais beaucoup de femmes dans cette situation malheureusement (Qu'Allah nous en préserve )

    j'aimerais savoir si tu compte réster célibataire ou si tu penses qu'un jour tu pourras avoir le courage de te remarier ? 

    Avais-tu des enfants avec cet homme ? 

    Baraqa Allah oufik oukhty fi' lah 

    6
    Raja
    Mercredi 26 Août 2015 à 15:32
    Salamou alaik ma soeur,
    A ce jour, je suis trop detruite pour refaire confiance et etre une bonne epouse comme nous le commande Allah. Si je me remarie maintenant je serais constamment sur la défensive, sur le quivive, plus par desir de protection et par peur de revivre le meme cauchemar. Ce ne sera bon ni pour moi, ni pour mon mari ni pour nos enfants et ni vis a vis d'Allah.
    Aussi tant que je ne me serais pas liberer du traumatisme de mon 1er mariage je compte rester celibataire. Allah m'a fait vivre cette epreuve, j'en suis reconnaissante mais humainement, et pour le moment, je suis trop dans la colere envers les hommes pour me remarier. Je sais qu'ils ne sont pas tous pareil mais le trauma est tel que je ne peux différencier les bons des mauvais.

    Al hamdolilah je n'ai pas eu d'enfant, je ne souhaitais pas enfanter tant que les coups, les insultes, les humiliations continuaient. Quel cadre de vie donner a cet enfant? Et quand mon corps et mes nerfs se sont epuisés, j'ai preféré fuir avant d'etre enchainée par un enfant avec lui.
    Evidemment je pardonne pour l'amour d'Allah a mon ex-mari, ses "demons" interieurs sont une epreuve pour lui aussi, il a fait de son mieux pour lutter mais c'etait plus fort que lui. On s'est séparé dans la douceur car il a vu que j'etais en phase terminale moralement et physiquement. Il est vrai que je conserve une grande colere envers lui car je suis tellement detruite. Mais Allah sait mieux ce qui est bon pour nous alors je m'en remets entierement a lui. Si ma vie futur doit se faire sans enfants et sans mari c'est qu'Allah l'a décidé et j'accepte.
    Voila ma soeur, si tu traverse la meme epreuve, remets toi a Allah, c'est tellement apaisant de l'avoir a nos coté. Qu'allah nous vienne tous en aide.
    Salam
    7
    Une soeur
    Mercredi 26 Août 2015 à 16:05

    Ton histoire m'interresse beaucoup subhana Allah beaucoup de femme subissent ce genre de situation dans le silence Al hamdulilah tu a été tirée d'affaire 

     

    je ne suis pas dans cette situation Al hamdulilah je suis encore assez jeune pour penser à me marier

    mais je veux tout savoir avant de m'engager avec un homme ...

    donc si tu as un conseil à me donner çela me ferait très plaisir ...

    Car beaucoup d'homme paraissent au premier aspect (au debut ) très respectieux et sympatique et après .

    ..ils deviennent tel un animal subhana Allah

    j'éspère que tu vis bien maintenant et remets toi à Allah car Allah seul te suffit ..vraiment ..

     

    8
    Raja
    Mercredi 26 Août 2015 à 16:48
    Ma chere soeur,
    Le vecu des personnes ne doit en aucun cas te mettre le doute ni la pression pour connaitre tout de ton futur mari. Le seul conseil que je te donne et wallahi que quelque soit le resultat tu sera apaisée et reconnaissante, c'est de faire confiance a Allah une confiance totale et tu ne seras pas decue du tout.
    Vois tu, lorsque mon mari m'a demandé je n'ai pris en compte que la religion et son milieu familial. Je me suis remise a Allah par salat istikhara et j'ai accepté sa demande meme si je ne le connaissais pas. Lorsque je suis arrivée dans mon nouveau chez moi, les exigences et les coleres ont commencé, j'ai obeis a tout et patienté, puis ce sont les coups et les insultes qui suivirent, j'ai pris sur moi et j'ai patienté, j'ai tenté de l'aider, de le soutenir par tout moyen, j'ai interdit a nos familles d'intervenir dans un premier temps pour eviter d'envenimer les choses (j'avais une belle mere et une famille en or machallah) ils sont intervenus plus tard en douceur, tout s'est bien passé mais cela n'a rien changé. wallahi que je n'ai AUCUN regret, wallahi que c'est un enorme bien car cette epreuve m'a changé, m'a renforcée, a renforcée ma relation avec Allah. wallahi que bien que traumatisée j'accepte ce decret d'Allah car j'ai pris ma décision grace a Lui et je lui suis reconnaissante et j'ai une totale confiance en mon avenir car je sais qu'Allah me reservera que ce qui est bon pour moi(bonne ou mauvaise epreuve). Je suis apaisée et optimiste d'un coté meme si effectivement je dois me reconstruire profondement. Le temps et Allah effaceront ma colere actuelle.
    Donc ma soeur METs ALLAH DANS CHACUNE de tes décisions et tu ne sera jamais décue que tu rencontre de bonnes ou mauvaises epreuves!
    Apprend a connaitre tes devoirs d'epouse et essaie de les appliquer avant le mariage notamment avec tes parents ( je ne vois pas enormément de différence...) c'est ce qui m'a permis de tenir, connaitre mes devoirs m'ont aidé a patienter et a soutenir mon mari, et connaitre mes droits m'a aidé a m'en sortir et d'arreter ce cercle vicieux lorsque c'est devenu nécéssaire.
    Ne cherche pas a connaitre personnellement ton pretendant cela n'empeche que tu peux enqueter pour savoir qui il est, son comportement, sa famille, son passé mais meme avec ca...l'humain reste une pochette surprise!
    Ne t'arrete pas aux vecus des gens mais prends en uniquement bonne lecon pour te preparer mais cela ne doit pas etre un frein.
    Vis ce qu'Allah t'a reservé et dis toi que c'est Lui qui planifie tout pour nous.
    Qu'allah mette sur ton chemin un homme pieux, sain d'esprit et au BON COMPORTEMENT.
    Allah ihafdek.
    9
    Une Soeur
    Mercredi 26 Août 2015 à 17:15

    Ma soeur bien aimée Raja,

    subhana Allah tu as un coeur en or macha Allah !! Tu es une femme courageuse et dôté d'une grande intelligence 

    je ne pourrais pas être aussi patiente que toi , tu as su rester calme , à l'écoute car tu craint Allah et ceci est la meilleur des choses 

    Merci du fond du coeur pour tes conseils . J'essayerais de les mettre en oeuvre in sha Allah 

    Allah ouma Amin merci chère soeur je l'éspère aussi et pour toi : Qu'Allah t'accorde l'avenir que tu mérites et bien sur

     

    un homme pieux qui te protègera te réspectera et t'aimera par Allah (je l'espere du fond du coeur car je pense que tu mérites vraiment un homme pieux ☝

    10
    Une Soeur
    Mercredi 26 Août 2015 à 17:17

    Jaazaka Allah ouraiiran Qu'Allah te récompense dans l'au dela 

    wassalam3aleyki Raja ma soeur bien aimée

    11
    Raja
    Mercredi 26 Août 2015 à 18:13
    Barakallahou fiki ma soeur. Tes douas me touchent, qu'Allah les acceptent. Et je souhaite de meme a toute femme pieuse. Salamou alaikoum.
    12
    anonyme
    Jeudi 27 Août 2015 à 00:16

    salam,


    reprends courage raja ton récit m'a touché! et   j'espère que cette mauvaise expérience te donnera plus de force, mais si tu restes détruite tu auras donné la victoire à ton exmari?


    Hélas, il y a des filles biens ki tombent sur des hommes mauvais et des filles mauvaises ki tombent sur des bons mari parfois je vois ça...et je trouve la vie étrange, ce n'est pas parce que on est gentille, et pieuse qu'on tomberas systématiquement sur un mari doux, gentil etc..la vie mes expériences et celui de mes proches, et j'ai constaté cela.Courage ma sœur!  un jour il tombera sur quelqu'un de plus fort ke lui,  ! tu as Dieu qui est à tes côté!

    13
    Raja
    Jeudi 27 Août 2015 à 16:02
    Baraka llahou fiki anonyme pour tes encouragements. Ca me touche.
    Effectivement la bonté d'une personne ne le destine pas qu'aux bonnes choses et ce n'est pas pour rien qu'il est ecrit "Est-ce que les gens pensent qu'on les laissera dire : "Nous croyons!" sans les éprouver?"
    Qu'allah recompense chacun de ses bonnes oeuvres.
    Salam.
    14
    Fatima
    Mercredi 2 Septembre 2015 à 21:51
    Je pense que tout est question de chance. ..moi je suis tombée sur un mari pieux doux et gentil.et pourtant j étais effrayée à l idée du mariage....car mes soeurs aînées étaient malchanceuses côté sentimental...le secret c est de placer sa confiance en Allah le Tout Puissant.l essence du croyant réside dans la foi
    15
    Oum S.
    Jeudi 5 Mai à 01:38
    Salam,
    Vous ne parlez que de la responsabilité de la femme et pas du tout des devoirs du mari, il faut être équitable jusqu'au bout monsieur ou madame l'auteur(e) de l'article. Je me mets à la place d'une jeune personne ou autre personne qui se renseigne ça donne pas envie...
    Wa 3alayloum salam
    P.S: à la soeur Raja qu'Allah te récompense et compensé ton épreuve par quelqu'un de Bien qui te rendra heureuse jusqu'au paradis. Amine
      • Vendredi 6 Mai à 11:10

        Wa aleikoum asalam , nous avons fait plusieurs articles concernant le devoir du mari , il suffit de ch chercher sur notre blog ! baraka Allah oufik

    16
    ISLAM deen
    Dimanche 25 Septembre à 13:25
    Salam aleykoum .
    Texte trés instructif ....Nous vivons malheureusement une époque bien sombre, le plus souvent dans des societes dont les principes vont à l'encontre des preceptes islamiques. Pas etonnant qu il soit difficle d'appliquer ces memes preceptes. L'entente au sein des couples en prends un coup par la meme occasion. La foi etant le moteur essentiel a l'ententente si celle ci est faible, l'entente homme/femme ne peut se faire. Rappelons que l'occident veille a detruire le model parenntal et par la meme le couple. Difficile donc de resister a toutes ces tentations du quotidien. Beaucoup de femmes resteront seules toute leur vie .La societé s'occupant de leur cas.
    Salam aleykoum


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :