• Houd (Paix sur lui)

    Les événements de notre histoire d'aujourd’hui se déroulent dans la péninsule arabe et plus précisément dans une région entre le Yémen et l’Oman qu’on appelle «AlRob‘ Al-khaly » (le quart vide). Cette région a un autre nom dans le Coran qui est celui de « Al-‘ahqâf » (les dunes ou les sables mouvants). La région d’Al-‘ahqâf était, au temps du peuple de Hoûd, une région verte, fertile et pleine de rivières. Mais, suite à la désobéissance de ce peuple et son ingratitude envers Dieu, la région fut transformée en un désert et resta comme témoin sur ce qui s’y était, jadis, passé.

     
    Hoûd fut le premier prophète après le déluge
     
    Après la fin du déluge, le premier prophète envoyé fut Hoûd. Il a été envoyé parmi la tribu de ‘Aad, un nom qui signifie le retour, car ils sont les premiers humains qui ont peuplé la terre après le déluge. Ils ont incarné le retour à la vie, mais ils ne l'ont pas compris et Dieu les a anéantis.  Hoûd était arabe. Abû dhar raconte dans un hadith rapporté par Ibn Habbâne :

    « Le prophète me cita les prophètes et les messagers de Dieu et me dit que parmi eux, quatre sont arabes : Hoûd, Saleh, Chu‘aïb et ton prophète, Abû dhar ».

     

     Hoûd était le petit fils de Sâm qui est lui-même le fils de Noé. Noé est le petit fils du prophète Idris ‘Enoch’ qui est lui-même le petit fils de Chu‘aïb qui est à son tour un petit fils d’Adam. Notons que tous les prophètes sont d'une même famille.

     
    La tribu de ‘Aad
     
    La génération qui suivit Noé était croyante et resta obéissante à Dieu. Ils ont vu la grâce d’Allah qui les sauva du grand déluge et n’osaient pas Lui désobéir.

    La descendance de Noé resta croyante pendant deux générations et ce n’est qu’au bout de la troisième que Satan commença à introduire l’idolâtrie parmi eux. Il l’introduit toujours de la même manière : quand les gens aiment un homme bienfaisant, après son décès, ils lui font un grand tombeau et Satan les incite ensuite à lui vouer un culte et l’adorer graduellement.

    Et la tribu de Hoûd fut des premières à retourner dans l'idolâtrie. Cent ans après le déluge, l’homme revint idolâtre.

     

    La tribu du prophète Hoûd a été mentionnée sept fois dans le Coran et l’histoire de sa tribu, 18 fois. C’est une histoire qui n’a été mentionnée que par le Coran et jamais par les Livres précédents. Selon ce qui nous est rapporté par le Coran, cette tribu était d’une puissance extraordinaire, Allah Taala dit:

    « N’as-tu pas vu comment ton Seigneur a agi avec les ‘Aad. [Avec] Iram, [la cité] à la colonne remarquable, dont jamais pareille ne fut construite parmi les villes ? » (Sourate 89: 6-8). C’était une grande civilisation sans équivalent et sans précédent. La puissance qu’ils possédaient était également une puissance physique et c’est ce que nous indique le verset dans lequel Hoûd s’adresse à sa tribu en disant : « … Et rappelez-vous quand Il vous a fait succéder au peuple de Noé, et qu’il accrut votre corps en hauteur (et puissance)… » (Sourate 7:69).

    On raconte qu’ils avaient également une architecture très sophistiquée et développée. C’est ce qu’on comprend par la parole du prophète Hoûd qui leur disait :

    « Bâtissez-vous par frivolité sur chaque colline un monument ? » (Sourate 26:128).

    Dans un hadith, le prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) a dit: « Le jour de la résurrection n’arrivera pas avant que la péninsule arabe ne retrouve les rivières qui s’y trouvaient autrefois ».

     
    L’avertissement
     
    Allah Taala dit :

    « Et aux Aad, leur frère Hud : "Ô mon peuple, dit-il, adorez Dieu. Pour vous, pas d'autre divinité que Lui. Ne [Le] craignez-vous donc pas ?" » (Sourate 7 :65).

    Mais son peuple ont répondit:

    « Les notables de son peuple qui ne croyaient pas dirent : « Certes, nous te voyons en pleine sottise, et nous pensons que tu es du nombre des menteurs » » (Sourate 7: 66).

    Hoûd a répondit :

    « Il dit : ‘Ô mon peuple, il n’y a point de sottise en moi ; mais je suis un Messager de la part du Seigneur de l’Univers. Je vous communique les messages de mon seigneur, et je suis pour vous un conseiller digne de confiance. Quoi ! Vous vous étonnez qu’un rappel vous vienne de votre Seigneur à travers un homme issu de vous, pour qu’il vous avertisse ? Et rappelez-vous quand Il vous a fait succéder au peuple de Noé, et qu’Il accrut votre corps en hauteur (et puissance). Et bien, rappelez-vous les bienfaits d’Allah afin que vous réussissiez» (Sourate 7: 67-69).

     

    Allah Taala dit:

    « Les ‘Aad traitèrent de menteurs les Envoyés. Et quand Hoûd, leur frère, leur dit : ‘Ne craindrez-vous pas [Allah] ?’. Je suis pour vous un messager digne de confiance, Craignez Allah donc et obéissez-moi. Et je ne vous demande pas de salaire pour cela ; mon salaire n’incombe qu’au Seigneur de l’Univers. Bâtissez-vous par frivolité sur chaque colline un monument ? » (Sourate 26: 123-128)

     
    Les trois causes pour lesquelles Allah a détruit ‘Aad
     
    L’un des dangers contre lesquels Hoûd avertissait son peuple était celui de vivre dans la frivolité. Le peuple de Hoûd ne construisait pas les monuments pour s’en servir ou les bâtiments pour se loger : il faisait tout cela par frivolité.

    Le deuxième danger est de croire à une demeure éternelle dans l’ici-bas. Et l’injustice dans la répression.

     

    Allah Taala dit :

    « Craignez Celui qui vous a pourvus de [toutes les bonnes choses] que vous connaissez, qui vous a pourvus de bestiaux et d’enfants, de jardins et de sources. Je crains pour vous le châtiment d’un Jour terrible. Ils dirent : ‘Que tu nous exhortes ou pas, cela nous est parfaitement égal’. Ce ne sont là que des mœurs des anciens. Nous ne serons nullement châtiés".» (Sourate 28: 132-138).

     

    Allah Taala dit :

    « Et Nous avons envoyé aux ‘Aad, leur frère Hoûd, qui leur dit : ‘Ô mon peuple, adorez Allah. Vous n’avez point de divinité à part Lui. Vous n’êtes que des forgeurs (de mensonges). Ô mon peuple, je ne vous demande pas de salaire pour cela. Mon salaire n’incombe qu’à celui qui m’a créé. Ne raisonnez-vous pas ? Ô mon peuple, implorez le pardon de votre Seigneur et repentez-vous à Lui pour qu’Il envoie sur vous du ciel des pluies abondantes et qu’Il ajoute force à votre force. Et ne vous détournez pas [de Lui] en devenant coupables » (Sourate 11: 50-52).

     

    Le peuple de Hoûd lui dit:

    « …Ô Hoûd, tu n’es pas venu à nous avec une preuve, et nous ne sommes pas disposés à abandonner nos divinités sur ta parole, et nous n’avons pas de foi en toi. Nous dirons plutôt qu’une de nos divinités t’a affligé d’un mal. Il dit : ‘Je prends Allah à témoin –et vous aussi soyez témoins- qu’en vérité, je désavoue ce que vous associez, en dehors de Lui. Rusez donc tous  contre moi et ne me donnez pas de répit. Je place ma confiance en Allah, mon seigneur et le vôtre…» (Sourate 11: 53-56).

     

    Le miracle de Hoûd était donc le fait que son peuple n’ait pas pu le tuer bien qu’il soit sans allié.

     
    Le châtiment
     
    Dans la première étape, c’est un cri qui détruit tous les signes de vie dans la tribu, Allah Taala dit:

    « Le cri, donc, les saisit en toute justice ; puis Nous les rendîmes semblables à des débris emportés par le torrent. Que disparaissent à jamais les injustes ! » (Sourate 23:41).

     

    Puis arriva la deuxième étape :

    « Puis, voyant un nuage se dirigeant vers leur vallées, ils dirent ;

    « Voici un nuage qui nous apporte de la pluie ». Au contraire ! C’est cela même que vous cherchiez à hâter : C’est un vent qui contient un châtiment douloureux, détruisant tout, par le commandement de son Seigneur ». Puis, le lendemain on ne voyait plus que leurs demeures. Ainsi rétribuons-Nous les gens criminels » (Sourate 46: 24-25).

    Cette étape est mentionnée également dans une autre sourate:

    « Et quant aux ‘Aad, ils furent détruits par un vent mugissant et furieux qu’Allah déchaîna contre eux pendant sept nuits et huit jours consécutifs ; tu voyais alors les gens renversés par terre comme des souches de palmiers évidées. En vois-tu le moindre vestige ? » (Sourate 69: 6-8). 

    Et la terre verte fut réduite en poussière jusqu’à nos jours. Mais les signes de la présence de cette civilisation sont restés pour témoigner de cette histoire. Les satellites et des chercheurs américains ont récemment indiqué la présence de colonnes immenses et des traces de rivières sous le désert d’Al-Rob‘ Al-khaly:

    «Et Nous la laissâmes, comme un signe [d’avertissement]. Y a-t-il quelqu’un pour réfléchir ? » (Sourate 54: 15).

     

    Quant à Hoûd, il fut sauvé : « Et quand vint Notre Ordre, Nous sauvâmes par une miséricorde de Notre part, Hoûd et ceux qui avec lui avaient cru… » (Sourate 28: 83).

     

    Sources :

    Les histoires des Prophètes par Ibn Kathir

    « Idriss - Enoch (Paix sur lui)Salih (paix sur lui) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Elmaze Bint Sayid
    Lundi 29 Septembre 2014 à 21:15

    Baraka Allahou Fik  pour les histoires sur les Prophètes, Jazzakum Allahou Kheiran



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :