• *L'obligation de la zakat du jeûne*

      

    Où il est bon de considérer la zakat comme une obligation religieuse.
    L'indication de son mérite et de tout ce qui s'y rapporte

     


     

    Dieu le Très-Haut a dit:


    1. Chapitre 2 - verset 43: «Accomplissez correctement la prière, donnez l'aumône légale...».


    2. Chapitre 98 - verset 5: «On ne leur avait pourtant ordonné que d'adorer Dieu, de Lui consacrer à Lui seul toute leur dévotion, loin de toute association idolâtre, de pratiquer correctement la prière et de donner l'aumône légale. Voilà la religion de la communauté bien guidée».
     

    3. Chapitre 9 - verset 103: «Prends de leurs richesses une aumône avec laquelle tu les purifies et tu les bénis».
     

      

    Quant aux Hadiths:


    1206. Selon Ibn 'Omar , le Messager de Dieu (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) a dit: «L'Islam a été bâti sur cinq piliers:


    1. L'attestation qu'il n'y a de dieu que Dieu et que Mohammad est l'esclave et le Messager de Dieu.
    2. La prière.
    3. L'aumône légale.
    4. Le pèlerinage à la Mecque.
    5. Le jeûne de Ramadan.

    (Unanimement reconnu authentique)

      

    Selon Abou Hourayra, le Messager de Dieu (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) a dit:

    «Chaque fois que celui qui possède de l'or et de l'argent n'en acquitte pas l'aumône qui se doit, on lui en fabrique le jour de la résurrection des plaques de feu qu'on chauffe encore plus au feu de l'Enfer.

    On lui brûle avec elles son côté, son front et son dos.

    Dès qu'elles se refroidissent on les reporte pour lui en Enfer dans une journée évaluée à cinquante mille ans jusqu'à la fin du jugement universel.

    Il voit alors sa voie ou bien au Paradis, ou bien en Enfer».

    On dit: «O Messager de Dieu! Cela concerne-t-il aussi les chameaux?»

    Il dit: «Chaque fois qu'un propriétaire de chameaux ne s'acquitte pas de leur droit (entre dans ce droit l'obligation de traire les chamelles quand on les conduit à l'eau et d'en distribuer le lait aux passants), on 1’étend sur le sol sur un plateau désertique le jour de la résurrection et on laisse tous ses chameaux, y compris les plus jeunes, le piétiner de leurs sabots après les avoir engraissés au maximum.

    Ils passent ainsi et repassent à tour de rôle sur son corps dans une journée évaluée à cinquante mille ans jusqu'à la fin du jugement universel.

    Il voit alors sa voie au Paradis ou bien en Enfer».

    On dit: «O Messager de Dieu! Est-ce aussi les bovins et les ovins?».

    Il dit: «Chaque fois que le propriétaire de bovins ou d'ovins ne s'acquitte pas de leur droit, il est étendu le jour de la résurrection sur un plateau désertique.

    Toutes ses bêtes (il n'en manquera aucune et il n'y aura parmi elles aucune aux cornes recourbées, ou aux cornes manquantes ou brisées) toutes ses bêtes le frapperont de leurs cornes et le piétineront de leurs sabots.

    Elles passent ainsi et repassent sur son corps à tout de rôle en un jour évalué à cinquante mille ans, jusqu'à la fin du jugement universel.

    Il voit alors sa voie ou bien au Paradis, ou bien en Enfer».

    On dit: «O Messager de Dieu! Et les chevaux?»

    Il dit: «Les chevaux sont de trois catégories: Certains sont un lourd péché pour leur propriétaire.

    D'autres lui sont un paravent.

    D'autres enfin lui sont une source de salaire.

    Pour ce qui est des premiers, ce sont ceux qu'on a destinés à la parade, à la vanité et à combattre les Musulmans.

    Ils sont donc pour lui un lourd péché.

    Quant aux seconds, ce sont ceux qu'on a destinés au service de Dieu (pour la guerre sainte), qu'on n'a utilisés que dans les choses licites. On n'a pas omis de leur fournir les soins auxquels Dieu leur a donné droit.

    Ce sont alors un paravent pour leur propriétaire.

    Quant à ceux qui lui rapportent un salaire, c'est le cas d'un homme qui les a parqués dans un pré (ou un jardin) en les destinant à la guerre sainte pour la défense des Musulmans. Pour tout brin d'herbe qu'ils mangent de ce pré (ou de ce jardin) on lui inscrit une bonne action.

    De même qu'on lui inscrit des bonnes actions égales en nombre à leurs crottes et à leurs urines.

    Toutes les fois qu'ils rompent leur corde pour courir une ou deux étapes, il a autant de bonnes actions que les marques de leurs sabots.

    Chaque fois qu'il les mène à boire à la rivière, Dieu lui inscrit autant de bonnes actions que les gorgées qu'ils ont bues.

    On dit: «O Messager de Dieu! Et les ânes?»

    Il dit: «Rien ne m'a été descendu (révélé) au sujet des ânes si ce n'est ce verset unique dans son genre et tellement exhaustif: «Celui qui fait dans le bien le poids d'un grain de poussière le verra et celui qui fait dans le mal le poids d'un grain de poussière le verra».

    (Unanimement reconnu authentique)

      

    Le devoir de jeûner le mois de Ramadan. Le mérite du jeûne et l'exposé de tout ce qui s'y rapporte


    Dieu le Très-Haut a dit:
     

    1. Chapitre 2 - verset 183: «O vous qui avez cru! On vous a prescrit le jeûne comme on l'a prescrit à vos prédécesseurs...».


    Jusqu'à ce que Dieu exalté dise (verset 185):

    «Le mois de Ramadan où a été descendu le Coran comme bonne direction pour les Humains et comme preuve évidente de la bonne direction et du discernement parfait. Que celui d'entre vous qui constate la naissance du mois le jeûne!

    Celui qui est malade ou en voyage, un nombre équivalent d'autres jours».

     


    1215. Selon Abou Hourayra, le Messager de Dieu (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) a dit: «Dieu honoré et glorifié a dit:

    «Tout ce que fait le fils d'Adam est pour lui-même sauf le jeûne, il est pour Moi et c'est Moi qui en donne la récompense.

    Le jeûne est un bouclier (contre le feu et l'Enfer).

    Quand l'un de vous jeûne, qu'il s'abstienne de dire des choses obscènes et d'élever la voix.

    Si quelqu'un l'insulte ou le provoque au combat, qu'il se contente de dire: «Je suis en état de jeûne».

    Par Celui qui tient l'âme de Mohammad dans Sa Main, la mauvaise haleine du jeûneur a certainement pour Dieu une meilleure odeur que le musc.

    Le jeûneur connaît deux joies: Quand il rompt son jeûne il se réjouit et, quand il rencontre son Seigneur, il se réjouit de son jeûne».

    (Unanimement reconnu authentique)
     

      

    Telle est la version d'Al Boukhàri.

    Dans une autre version de lui, il est ajouté:

    «II renonce pour Moi à son manger, à son boire et à ses désirs charnels.

    Le jeûne est pour Moi et c'est Moi qui en donne la récompense.

    La bonne action est payée par dix fois sa valeur».


    Dans une autre version de Moslem:

    «Toutes les oeuvres du fils d'Adam voient se multiplier la valeur de leur salaire.

    La bonne action est payée par dix à sept cents fois sa valeur.

    Dieu exalté dit: «Sauf le jeûne. Il est pour Moi et c'est Moi qui en donne la récompense.

    Il renonce en effet à cause de Moi à ses désirs charnels et à son manger. Le jeûneur à deux joies:

    Une fois quand il rompt son jeûne et une autre quand il rencontre son Seigneur. La mauvaise haleine du jeûneur a certainement pour Dieu une meilleure odeur que le musc».

     


    1216. Selon lui encore, le Messager de Dieu (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) a dit:

    «Celui qui réunit deux bonnes actions (deux bêtes à sacrifier, deux unités de prière, deux jours de jeûne volontaire etc...) au service de Dieu, s'entend appeler à partir des portes du Paradis: «O esclave de Dieu! Voilà une bonne chose que tu viens de faire».

    Celui qui fait partie des pratiquants fervents de la prière est appelé à partir de la porte de la prière.

    Celui qui fait partie des volontaires fervents à la guerre sainte est appelé à partir de la porte de la guerre sainte.

    Celui qui fait partie des pratiquants fervents du jeûne est appelé à partir de la porte dite «du Rayyan» et celui qui fait partie des dispensateurs fervents d'aumônes est appelé à partir de la porte de l'aumône».

      

    Abou Bakr dit: «O Messager de Dieu! Que mon père et ma mère te servent de rançon! Il suffit d'être appelé à partir de l'une de ces portes pour être sûr du succès (d'entrer au Paradis)? Est-il possible que quelqu'un soit appelé à partir de toutes ces portes à la fois?»

    Il (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) dit: «Oui et j'ai bon espoir que tu sois l'un d'eux».

    (Unanimement reconnu authentique)
     

      

    1217. Selon Sahl Ibn Sa'd (das), le Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) a dit:

    «L'une des porte du Paradis s'appelle «Rayyan».

    C'est par elle qu'entrent les jeûneurs au jour de la résurrection.

    Nul autre qu'eux ne passe par cette porte.

    On dira alors: «Où sont les jeûneurs?», et les jeûneurs se lèveront (de leurs tombes).

    Aucun autre qu'eux n'entre par cette porte.

    Quand tous les jeûneurs seront passés par cette porte, on la ferme pour que personne ne l'emprunte après eux».

    (Unanimement reconnu authentique)
     

      

    1218. Selon Abou Sa'id Al Khoudri, le Messager de Dieu (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) a dit:

    «Chaque fois que quelqu'un jeûne un jour par amour de Dieu, Dieu éloigne à cause de ce jour son visage du feu de l'Enfer d'une distance égale à ce qu'on parcourt en soixante dix ans».

    (Unanimement reconnu authentique)
     

      

    1219. Selon Abou Hourayra, le Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) a dit:

    «Quiconque jeûne le mois de Ramadan poussé par sa foi et dans l'espoir de la récompense divine, Dieu l'absout de tous ses péchés passés».

    (Unanimement reconnu authentique)

     


    1220. Selon lui encore, le Messager de Dieu (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) a dit:

    «Quand arrive le mois de Ramadan, on ouvre les portes du Paradis, on ferme celles de l'Enfer et des démons sont mis aux fers».

    (Unanimement reconnu authentique)
     

      

    1221. Toujours selon lui, le Messager de Dieu (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) a dit: «Jeûnez dès que vous voyez la nouvelle lune (de Ramadan) et rompez le jeûne dès que vous voyez la nouvelle lune (de Shawàl). Si des nuages vous empêchent de la voir, complétez à trente jours le mois de Sha'bân (celui qui précède Ramadan).

    (Unanimement reconnu authentique)
     

    Commentaire
    Ce Hadith vient appuyer le verset du Coran qui dit: «Que celui d'entre vous qui constate la naissance du mois le jeûne». (Chapitre 2 - verset 185).

    Il s'agit donc bien de la constatation, c'est-à-dire de la vue matérielle du nouveau croissant.

    Cette vue peut se faire à l'oeil nu mais rien n'empêche de se servir des inventions d'optique les plus perfectionnées et les plus récentes pour détecter la nouvelle lune.

    Il est même du devoir de toute la nation islamique de construire les observatoires les plus sophistiqués et ses aïeux furent de brillants pionniers dans ce domaine.

    Ainsi, quand on constate la naissance de la nouvelle lune dans n’importe quel pays musulman de la terre, cela indique la naissance du mois pour tous les pays du monde car on ne peut concevoir l'existence de plus d'un calendrier valable, qu'il soit solaire ou lunaire.

    Les moyens de communication actuels permettent largement d'annoncer instantanément à tous les pays du monde n'importe quelle nouvelle.
     

    Cependant le simple calcul astronomique ne peut suffire à la détermination du début des mois pour toutes les longitudes.

    Il se peut en effet que le croissant de lune qui naît dans tel pays à telle heure de la journée ne soit vu dans un autre que plusieurs heures plus tard.

    Cela dépend de la position de la lune par rapport à la région intéressée et par rapport au soleil.

    Il est normal, vu la sphéricité de la terre, que cette position varie dans le temps selon la situation géographique de ces régions.

    Nos scientistes avant la lettre, qui sont loin d'être des savants, veulent pourtant astreindre les divers pays musulmans à suivre le soi-disant calcul astronomique sans se baser sur la constatation visuelle.

    Il en résulte que le mois de Ramadan ou de Shawâl débute avec une différence de un à trois jours selon les différents pays musulmans.

    Or le vrai calcul astronomique ne peut logiquement donner qu'un décalage maximum de dix heures entre les régions les plus éloignées de la terre.

    Mais on dirait qu'il y a une force externe qui tient à jeter la discorde entre les Musulmans même dans leur façon de compter les jours et ils ont beau jeu avec les hochets dociles qui leur sont servilement acquis.

    N'est-il pas en effet révoltant et ridicule de voir tous ces pays commencer leur mois lunaire avec un décalage atteignant jusqu'à trois jours?

    La générosité et la bienfaisance.

    Le devoir de multiplier les oeuvres de bien pendant le mois de Ramadan et d'en faire davantage encore dans les dix derniers jours de ce mois

     


    1222. Ibn 'Abbàs (das) rapporte que le Messager de Dieu (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) était l'homme le plus généreux.

    C'était au mois de Ramadan, quand il rencontrait Gabriel, qu'il était le plus généreux.

    Or Gabriel le rencontrait à chaque nuit de Ramadan où ils étudiaient ensemble le Coran.

    Quand Gabriel rencontrait le Messager de Dieu (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) , ce dernier était certainement plus généreux à dispenser le bien que le vent qui souffle sans arrêt.

    (Unanimement reconnu authentique)
     

      

    1223. Selon 'Àisha, le Messager de Dieu (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui), quand entraient les dix dernières nuits de Ramadan, les veillait en prière, réveillait sa famille et redoublait de ferveur (m.à.m: serrait son pagne autour de son corps).

    (Unanimement reconnu authentique)

      

    « *Le commencement de la vie future**Les devoirs de l'homme envers les animaux et les plantes* »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :