• La louange entière est à Allah qui nous a guidé à l'Islam

    L'imam al-Barbahâri dit :

     

    « La louange entière est à Allah qui nous a guidé à l'Islam, nous en a fait don, et nous a fait surgir dans la meilleure communauté.

    Nous Lui demandons donc de nous faciliter ce qu'Il aime et agrée, ainsi que de nous préserver de ce qu'Il méprise et le courrouce ».


     

    Explication

     

    - Concernant la parole de l'auteur « La louange entière est à Allah qui nous a guidé à l'Islam »

    L'Islam est le plus grand bienfait.

     

    Allah le Très-Haut dit (traduction rapprochée du sens du verset) :

    {Aujourd'hui J'ai parachevé pour vous votre religion, accompli sur vous Mon bienfait, et agréé pour vous l'Islam comme religion}.

     

    Par l'Islam, donc, le bienfait d'Allah a été accompli sur les musulmans.

     

    Et Allah -Honoré et Vénéré soit-Il- dit (traduction rapprochée du sens du verset) :

    {Dis : "De la grâce d'Allah et de Sa miséricorde, qu'ils se réjouissent donc de cela…}.

    [Dans ce verset], la grâce d'Allah désigne l'Islam, quant à la miséricorde, elle désigne le Coran; donc qu'ils se réjouissent de l'Islam et du Coran.

     

    Il y a en cela ta reconnaissance que le mérite de ta guidée à l'Islam revient à Allah qui t'a orienté vers lui (c-à-d. l'Islam) et t'a affermi dessus.

     

    Ceci est une grâce d'Allah !

     

    Ce n'est ni par ta puissance ni par ta force, mais c'est une faveur d'Allah -Glorifié et Exalté soit-Il-.

    C'est Lui qui t'a guidé !

     

    Et c'est pour cela qu'au jour de la Résurrection lorsque les gens du Paradis y entreront, ils diront :

    "La louange est à Allah qui nous a guidé à ceci! Nous n'aurions pas pu être dans le droit chemin si Allah ne nous avait pas guidés".

     

     

    - Concernant la parole de l'auteur « nous en a fait don »

     

    L'Islam est un don d'Allah -Glorifié et Exalté soit-Il-.

    Allah ne doit rien à personne, mais Il accorde Sa grâce à Ses créatures par l'Islam, les bienfaits, la santé et la subsistance.

     

     

    - Concernant la parole de l'auteur « et nous a fait surgir dans la meilleure communauté »

     

    Ceci est tiré de la parole d'Allah le Très-Haut (traduction rapprochée du sens du verset) :

    {Vous êtes la meilleure communauté qu'on ait fait surgir pour les hommes}.

     

    Sa parole {Vous êtes} : ceci s'adresse aux musulmans

    {la meilleure communauté} : c'est-à-dire la meilleure des communautés, et ce qui est voulu par la "communauté" c'est le groupe

    {la meilleure communauté qu'on ait fait surgir pour les hommes} : médite sur Sa parole {pour les hommes}!

     

    En effet, le bien de cette communauté ne se limite pas qu'à elle, mais il s'étend au reste des gens par la prédication, le djihad, l'enseignement et l'orientation.

     

    Il ne suffit pas à l'homme d'apprendre et d'appliquer pour lui-même en délaissant les autres, mais il lui incombe de propager la religion, la science et le bien.

     

    Il doit prêcher à Allah, ordonner le bien et interdire le mal, de sorte à être un membre actif dans la société musulmane.

     

    Donc Sa parole {pour les hommes} signifie qu'ils n'ont pas surgi pour eux-mêmes uniquement, mais Allah les a fait surgir pour les gens.

     

     

    - Concernant la parole de l'auteur « Nous Lui demandons donc de nous faciliter ce qu'Il aime et agrée »

     

    L'homme doit toujours demander à Allah l'affermissement, même s'il connait la vérité, l'applique et y croit avec conviction, car il n'est pas à l'abri de dévier et d'être tenté : que surviennent des troubles, l'ébranlent, et qu'il s'égare du sentier d'Allah.

     

    C'est pourquoi le Prophète -qu'Allah lui accorde la bénédiction et le salut- disait :

    "Ô Toi qui tourne les coeurs, affermis mon coeur sur Ta religion"

     

    Et Ibrahim -que la bénédiction et le salut soient sur lui- a dit dans son invocation :

    "…et éloigne-moi ainsi que mes enfants de l'adoration des idoles, ô mon Seigneur, elles ont égaré beaucoup de gens".

    Il a eu peur pour lui-même.

     

    Et ainsi, plus la foi de l'homme en Allah est forte, plus il a peur et ne se sent pas à l'abri des tentations.

     

    Il ne se vante pas, mais au contraire, il demande toujours et constamment à Allah de l'affermir et de lui accorder une fin heureuse.

     

    Il a peur de la mauvaise fin, peur des tentations, peur de la déviation, de l'égarement et des prêcheurs du mal.

     

     

    - Concernant la parole de l'auteur « ainsi que de nous préserver de ce qu'Il méprise et Le courrouce»

     

    Donc, nous Lui demandons qu'Il nous facilite ce qu'Il aime et agrée parmi les paroles, les actes et les croyances, de même que nous Lui demandons de nous préserver de ce qui Le courrouce parmi les paroles, les actes et les croyances, car Il est certes le Guide, et Celui qui facilite, indique et oriente-Glorifié et Exalté soit-Il-.

     

    [Fin de l'extrait n°1 (vol.1, p. 51-54)]

     

    livre "charh as-sunna" de l'imam Al Barbahari , suivis de l'explication de cheikh Salih Al Fawzan.

    "إتحاف القاري بالتعليقات على شرح السنة للإمام البربهاري"

    Traduit par Souleyman Abou 'Ali al-Gwadeloupi

    copié de forum-alminhadj.com

    Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

     

     

     

    « Lorsque l’un d’entre vous fini le dernier tachahud, qu’il demande la protection d’Allah contre 4 chosesAl-Mutâba’a (le suivi) ne se réalise qu’à travers six caractéristiques »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :