• La pilule contraceptive -

    Le Comité Permanent : « Il n'est pas permis à la femme d'utiliser les pilules contraceptives pour ne pas avoir beaucoup d'enfants ou de peur d'être sujette à la pauvreté.

     

    Toutefois il est permis de l'utiliser pour prévenir d'une grossesse dans le cas où la femme aurait une maladie qui pourrait lui causer du tort si elle était amenée à tomber enceinte ou bien si elle ne peut donner naissance normalement c'est-à-dire qu'elle nécessite une intervention chirurgicale pour accoucher ou tout autre cas similaire.

     

    Dans ce type de cas il ne lui est permis d'utiliser la pilule contraceptive seulement après avoir consulté un médecin spécialisé dans ce domaine, par ailleurs, afin de savoir si ces pilules peuvent causer du tort à son organisme. »

     

    (« Fatâwa al-lajnah ad-dâ-ima lil-buhuth al-’ilmiyyah wal-iftâ / Fatawa ul-mara » p.98)

     

    Shaykh Ibn Baz (رحمه الله) dit : « (…) Il est un devoir pour la femme de délaisser ces choses, de ne pas les rendre licites et de ne les employer qu'en cas de nécessité. Lorsqu'il y a une nécessité, alors il n'y a pas de mal, comme c'est le cas pour une femme qui est atteinte d'une maladie de l’utérus ou autres, ce qui pourrait lui nuire si elle venait à tomber enceinte; dans ce cas il n'y a pas de mal à ce qu'elle les utilise selon la quantité suffisante nécessaire.

     

    De la même façon, si elle a déjà beaucoup d'enfants qui s'accumule et qu'une grossesse pourrait être une difficulté pour elle, alors il n'y a pas de mal à ce qu'elle utilise les pilules contraceptives pour une durée déterminée comme 1 an ou 2 (« durée de l'allaitement au sein ») jusqu'à tant que s'allège (ce mal) et qu'elle soit enfin dans la capacité d'éduquer ses enfants comme il convient.

     

    [Le Shaykh rajoute dans un autre avis : « (…) Ou encore la femme qui souhaite partir au Hajj et a peur d'avoir ses règles avant d'avoir terminé les obligations du Hajj et que cela risque de tomber avant son retour, ou bien encore, afin de profiter du mois de Ramadhân... Cela est permis dans un besoin particulier ou cas de nécessité. » (Voir Fatawa du Shaykh vol.17 p.60-61)]

     

    Par contre, si elle pense qu'elle a le droit de les utiliser pour se consacrer à un métier ou pour avoir une vie confortable, ou tout ce qui ressemble à cela parmi les raisons pour lesquelles les femmes les utilisent de nos jours, alors ceci n'est pas permis ».

     

    (Shaykh Ibn Baz dans « Fatawa ul-mara » p.98-99)

     

    Shaykh Al-‘Uthaymin (رحمه الله) dit : (…) La femme ne doit pas utiliser la pilule contraceptive à moins que 2 conditions ne soient réunies :

     

    - La première condition c'est qu'elle en ait besoin.

     

    Par exemple, si elle est malade et ne peut supporter une grossesse par année, ou bien que son corps soit trop affaibli, ou bien qu'elle est un autre mal qui l'empêche d'enfanter chaque année.

     

    - La deuxième condition c'est qu'elle est la permission de son mari.

     

    Car les enfants et le fait de procréer sont un droit du mari. En outre, ils doivent aussi consulter un médecin spécialisé dans ce domaine (c'est à dire les pilules) pour savoir si le fait de les utiliser peut nuire ou non à sa santé.

     

    Si les deux conditions précitées sont réunies, alors il n'y a pas de mal à ce qu'elle utilise ces pilules. Par contre, il ne faut pas que ceci ait une nature permanente, c'est à dire qu'elle les prenne tout le temps, car en faisant cela il y a une coupure de la progéniture. (…) »

     

    (Shaykh Al-'Uthaymin dans son recueil de fatawa vol.2 p.764)

     

    Shaykh Al-Fawzan (حفظه الله) dit : « Il n’est pas permis d’utiliser des pilules destinées à rendre la femme stérile, sauf en cas extrême ; s’il est établi au préalable par les médecins que la grossesse peut provoquer la mort de la mère. Toutefois, si celle-ci voulait utiliser des pilules uniquement pour retarder ses grossesses, il n’y a pas de mal à cela en cas de besoin.

     

    Si par exemple, sa santé ne lui permet pas de rapprocher les grossesses, ou si la grossesse devait porter préjudice à l’allaitement ; à la condition toutefois que ces pilules destinées à retarder les grossesses ne rendent pas la femme stérile. Il n’y a donc aucun mal à cela en cas de besoin, en veillant à consulter au préalable un médecin spécialisé. »

     

    (Shaykh Al-Fawzan dans son recueil de fatawa vol.3 n°452)

     

    Shaykh Al-Albani (رحمه الله) dit : « Il est permis de les utiliser si ce n'est par crainte de problèmes financiers (pauvreté etc…). Se dire par exemple « je vais avoir beaucoup d'enfants, comment vais je faire pour financer les frais...etc ». Dans ce cas il est interdit de les utiliser.

     

    Mais si le couple désire en faire usage dans le but de contrôler la durée entre 2 grossesses, ou pour des problèmes de santé chez la mères etc… Dans ce cas il faut soigneusement vérifier que ces produits contraceptifs ne constitue pas un danger pour la santé de l’épouse. En somme, il faut toujours détailler dans des jugements tels que celui-ci ».

     

    (Extrait d’une cassette du Shaykh « les pilules contraceptives » :http://media.islamway.com/lessons/nasser//hbobMNAalhml.rm)

     

    Shaykh Muhammad Ibn Ibrahim Al-Shaykh (رحمه الله) dit : « Concernant la pilule contraceptive… si l’objectif est l’organisation des périodes de grossesses pour une durée temporaire dû à une situation de famille ou une faiblesse de la santé de la femme ou qu’elle souffre de la grossesse ou que sa vie est en danger lors de l’accouchement ou qu’elle tombe enceinte avant de sevrer son premier enfant ou tout autre cas qui peut nuire à elle-même ou à son enfant alors pour ces situations il est permis d’utiliser la pilule pour un besoin donné. (…) Mais si l’objectif de l’utilisation de la pilule est de ne pas tomber enceinte pour limiter les naissances ou par crainte de ne pas être capable de pourvoir au dépense à cause du nombre des enfants, alors ceci est illicite et n’est pas permis, car cela s’apparente à une mauvais idée sur Allah et est contraire au chemin tracé par le seigneur des messagers. »

     

    (Shaykh Muhammad Ibn Ibrahim dans son recueil de fatawa vol.11 p.136)

     

    Shaykh 'Abdullah Ibn ’Uqayl (حفظه الله) dit : « Si le but visé de l’utilisation des moyens de contraception est pour interrompre complètement la grossesse pour ne plus avoir d’enfant, alors ce n’est pas permis. Que soit à cause de la répulsion des enfants ou par crainte de la pauvreté en dépensant pour eux, ou pour garder l’aspect physique de la femme et autre, car Allah (سبحانه و تعالى) a créé l’être humain et a placé en lui l’élément de la reproduction pour préserver la race humaine et Allah a accordé à ses serviteurs des épouses, et de ses épouses, ils ont eu des enfants. Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) encourageait et incitait au mariage, il disait : « Epousez la femme affectueuse et féconde car je souhaiterai être fier de votre grand nombre devant les autres communautés.» (Rapporté par Abû Dawud, An-Nasaï, authentifié par Al-Albani et Shaykh Muqbil)…

     

    Mais si l’objectif de l’utilisation de la pilule pour une chose exceptionnel et temporaire comme la maladie de la femme, ou sa faiblesse dans la grossesse, ou l’existence d’un danger pour sa vie lors de l’accouchement, ou que cela peut être nuisible à son enfant si elle tombe enceinte ou si c’est pour retarder un temps une future grossesse considérant les difficultés d’éducation d’un nouveau né avec ceux qui sont avant lui ou tout autre cas et situation temporaire, et lorsque la cause de la prise de la pilule n’est plus, elle interrompt sa prise, alors cela est permis…sous condition de l’accord du mari pour ce qui ne lui est pas nuisible car le mari a un droit sur la descendance. Et tout ceci se rapproche du ‘Azl que pratiquait les compagnons. »

     

    (Shaykh 'Abdullah Ibn 'Uqayl dans son recueil de fatawa vol.2 p.254)

     

    Shaykh Abdelaziz Ar-Rajihi (حفظه الله) dit : « La prise de pilule est permise sous condition :

     

    - La première condition : qu’il y ai un besoin réel tel que prendre la pilule pour qu’elle puisse jeuner avec les gens durant le mois de ramadan ou pour accomplir le hajj, ou dans le but d’organiser les grossesses.

     

    - La deuxième condition : que ça ne nuise pas à sa santé, et que cela ne mène pas à l’arrêt total des naissances.

     

    Si ces 2 conditions sont réunies, alors il n’y a pas de mal… Certaines personnes ne veulent qu’un ou deux enfants, cela n’est pas correct. Le Prophète (صلى الله عليه وسلم) a ordonné d’augmenter les naissances, et ceux afin d’augmenter la communauté…

     

    La prise de la pilule doit être pour un besoin, tel que le suivi des naissances, le problème de santé, ne pas être capable d’assumer son éducation, pour un besoin ou pour une nécessité, il n’y pas de réprobation en cela. »

     

    (Extr. d'une fatwa du Shaykh tirée du site salafway.free.fr)

     

    La pilule contraceptive -

     

    « Allah t'a crée pour Lui -O toi qui veut des enfants , des richesses ... appliques sa ! - »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :