• "La place de l’amour dans le couple"

    La place de l’amour dans le couple (partie 1) 

     

    Tout d’abord afin de bien saisir ce qu’est l’amour, il est nécessaire de revenir aux Textes. Le Coran n’envisage pas le mariage dans le seul but de sauvegarder l’espèce humaine, il y voit un moyen pour atteindre la tranquillité psychologique et la sérénité du cœur : 

     

    « Et parmi ses signes Il a crée de vous, pour vous des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles, et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent ».S30V21. 

     

    Quand Dieu créa le père de l’Humanité Adam (paix sur lui), il fut créé d’argile dans le Paradis (seul) à proximité de Dieu et au milieu des Anges. Par Sa grande Miséricorde, Dieu créa son âme sœur Hawa de sa côte. C’est un acte hautement symbolique riche en enseignements : 

    1. l’homme et la femme, complémentaires, ont besoin l’un de l’autre. 

    2. Ils sont liés par l’amour : la femme n’a pas été créée de la main qui agit, du pied qui se déplace ou de tout autre organe. Mais elle a été tirée de la poitrine de l’homme qui est, sachons-le, le lieu par excellence de l’expression affective. Tout son corps et tout son être sont amour. Elle devient le réceptacle d’amour. 

     

    Suite : Sans cette affection et cette bonté, il ne peut y avoir de tranquillité familiale. La tradition regorge d’exemples concernant la vie conjugale du Prophète (paix sur lui). Il était amoureux, affectueux, généreux, doux et plein de bonté envers ses femmes. 

    En effet on nous rapporte que quand Aicha (que Dieu l’agrée) demanda au Prophète (paix sur lui) s’il l’aimait, il compara son amour à un nœud solidement noué et de temps en temps Aicha l’interrogeait sur la solidité du nœud et au Prophète (paix sur lui) de répondre qu’il était comme au premier jour. 

    En parlant de sa femme Khadija (que Dieu l’agrée), le Prophète (paix sur lui) a dit : « Dieu ne m’a pas donné de meilleure femme qu’elle à sa place.». 

    Il passait tous les matins saluer ses femmes et invoquer Dieu pour elles. 

     

    L’amour est un sentiment noble et unique, autrement dit un sentiment sacré, indispensable à l’être humain. Malheureusement quand la brutalité, la violence et l’indifférence sont devenues si faciles à exprimer, nos mentalités et notre éducation ont rendu tabou le fait de montrer et prouver ses bons sentiments. Une fausse pudeur est évoquée pour ne pas en parler alors que l’amour fait partie de notre essence même. 

    Quand un homme et une femme débutent leur vie de couple, il se peut que l’amour ne soit pas encore au rendez vous. Quelques « ingrédients » sont nécessaires pour bâtir un amour véritable, un amour solide, un amour durable, et surtout un amour en Dieu pour être aimé de Dieu car Dieu dit dans un hadith qodsi « Ont droit à Mon Amour ceux qui s’aiment en Moi… ». 

    Lors de notre débat nous avons énoncé quelques uns de ces ingrédients qui restent indispensables tout au long de la vie de couple : 

     

    L’affection : 

     

    L’affection se traduit par un ensemble d’attentions qui témoignent de l’attachement que l’on éprouve envers son conjoint. Une carence affective dans le couple se traduira souvent par un manque de communication, de sécurité, et par des relations intimes perturbées. Bien souvent quand la femme se plaint d’un manque d’affection, son époux lui répondra «mais tu sais que je t’aime.» ou quand l’époux est demandeur sa femme lui répondra : « je suis désolée mais je n’ai pas le temps entre les enfants, le ménage et le manger. ». Il est vrai que certains culpabilisent parfois quand ils prennent le temps d’exprimer leur amour, ils ont le sentiment d’un éloignement de Dieu, alors que c’est tout à fait le contraire. Dieu dit du Prophète (paix sur lui) que s’il avait était rude il aurait éloigné les gens de Dieu, c’est donc que la douceur fait partie de l’adoration. 

     

    Certes nous nous aimons, mais pour prouver notre adoration et notre amour pour Dieu ne doit-on pas les concrétiser par des actes ? 

    Alors pourquoi en serait-il différent pour prouver les sentiments que nous éprouvons envers notre conjoint(e) ? 

    Le mariage n’est-il pas la moitié de la foi ? Prouver son amour à son conjoint(e) n’est- il pas alors un acte de consolidation de cette foi et donc un acte d’adoration ? 

     

    Safiya (que Dieu l’agrée) a été reçu par son époux, le Prophète (paix sur lui) lors d’une de ses retraites spirituelles du mois de Ramadan. Nous pouvons lire aussi que le Prophète (paix sur lui) a fortement recommandé un retour rapide des pèlerins auprès de leurs femmes en ces termes : « Lorsque l’un de vous a terminé son pèlerinage, qu’il rentre rapidement chez lui, car la récompense en sera plus grande ». Dans un autre hadith, il nous est rapporté qu’un homme est venu le voir pour lui dire son souhait d’aller combattre dans la voie de Dieu (jihad) mais que sa femme, elle, souhaitait aller au pèlerinage, le Prophète (paix sur lui) répondit « Accompagne ta femme ». 

    Les compagnons femmes du Prophète (paix sur lui) étaient, elles aussi, prévenantes, pleines de douceur et d’amour pour leurs maris. La tradition nous rapporte que Asma (que Dieu l’agrée) écartait les mouches du visage de son mari malade, Abou Bakr (que Dieu soit satisfait de lui). Oumm Soulaym annonça à son mari la mort de leur fils avec une grande douceur … Le Prophète (paix sur lui) était humain et c’est dans son humanité que nous devons le copier. Les hadiths précités montrent explicitement le comportement qu’avaient les époux et les épouses compagnons à cette époque là, des hommes et des femmes vertueux qui sont également de véritables exemples pour les hommes et les femmes d’aujourd’hui et de demain, à nous de les redécouvrir. 

     

    Comment concrétiser cette affection ? 

     

    1. Un petit cadeau de temps en temps a un effet magique! Ce qui donne de l’importance à ce geste n’est pas la valeur du présent mais surtout le fait qu’à un moment donné de la journée, oh combien surchargée, mon âme sœur a pensé à moi. Les cadeaux peuvent aussi servir à apaiser les tensions. Pensez aux anniversaires de mariage… 

    2. Un petit geste tendre fait des miracles! Beaucoup de couples n’ont pas de contacts physique en dehors des rapports intimes. Or on sait que le Prophète (paix sur lui) mettait souvent sa tête sur les genoux de Aicha (que Dieu soit satisfait d’elle), ils s’enlaçaient et s’embrassaient donc quoi de plus naturel que de prendre sa moitié par la main, lui caresser le visage, lui dire des mots doux, des compliments, instaurer de bonnes routines (comme les bisous du matin et du soir) qui quand on y déroge, renseigneront sur l’humeur du conjoint. A ce propos, le Prophète (paix sur lui) avait dit un jour à Aicha (que Dieu soit satisfait d’elle) « Je sais quand tu es contente de moi et quand tu es fâchée contre moi » Elle demanda comment, il répondit « quand tu es contente tu dis « par le Dieu de Mohammed » et quand tu es fâchée contre moi tu dis « par le Dieu de Ibrahim.». 

     

    Ces attentions, matérielles ou pas, alimentent la tendresse dans le couple et le rendent plus uni. 

     

     

    La place de l’amour dans le couple (partie 2) 

     

    La communication : 

     

    La communication dans le couple est vitale. Communiquer c’est pouvoir s’exprimer et être écouté sans être jugé .C’est aussi savoir écouter et être compréhensif. 

    La communication non verbale est aussi importante que la parole car les mots peuvent parfois dépasser la pensée alors que « le corps par ses attitudes est le reflet de l’âme intérieure ». Communiquer c’est donc aussi savoir décoder les comportements, les mimiques et la gestuelle. 

    Il faut du temps et de la patience pour comprendre tous ces codes. Prenons l’exemple du silence dans une conversation de couple, chez certains il est l’expression du mépris, chez d’autres il signifie l’incompréhension et chez d’autres encore le sentiment d’être compris sans même avoir à parler. 

    Malheureusement, la communication dans le couple est trop souvent réduite à parler du quotidien « où sont mes chaussettes, ramène moi 1kg d’oignons, qu’est ce que tu as fait à manger etc… », alors qu’elle doit aider à exprimer ses sentiments, ses désirs, ses états d’âme, à parler de ce qui ne va pas pour y remédier. Elle doit permettre un échange réciproque qui forgera la complicité dans le couple. La communication doit être enrichie pour durer. 

     

    Comment ? 

     

    Veiller à partager ses opinions à propos d’un événement, à avoir les mêmes centres d’intérêt, à impliquer le conjoint dans ses projets. Mais aussi prendre de temps en temps un peu de distance l’un par rapport à l’autre pour avoir des choses à se raconter. 

     

    Le respect : 

     

    Une relation humaine dénuée de respect, et à plus forte raison une relation conjugale, n’est pas viable. Malheureusement, il faut avouer que trop de couples musulmans vivent un rapport de dominant/dominé dans lequel le respect est absent. 

    Qu’entend on par respect ? 

    Le prophète (paix sur lui) a dit : « celui qui honore sa femme est un honorable, celui qui méprise sa femme est méprisable » 

    Respecter son conjoint, c’est l’écouter attentivement quand il parle, c’est-à-dire réagir sans dénigrer ce qu’il dit, mais réfléchir aux propos et s’il y a désaccord, l’exprimer sans haine ni mépris car loin de résoudre le problème, le mépris rabaisse la personne ce qui est réprouvé en islam. Se respecter c’est se concerter sur les petites comme les grandes choses (sauf s’il y un accord tacite, inutile d’alourdir la communication). Le respect c’est aussi tenir compte et essayer de comprendre les idées de son conjoint surtout si on ne les partage pas, c’est aussi tenir compte de ses envies et de ce qu’il ou elle n’aime pas. Respecter son conjoint se traduit par des égards particuliers pour la personne qui partage notre vie. En somme c’est avoir de la considération pour ce qu’il ou elle fait, ce qu’il ou elle dit et pour ses idées. 

     

    La confiance : 

     

    La confiance est un trésor que le couple se doit de protéger. Elle s’entretient, se renforce par une communication aussi claire que possible. L’engagement dans la vie à deux repose sur elle. Elle s’exprime dans la mise à nu du corps et de l’esprit. C’est donner son cœur, son corps dans l’espoir d’une alliance qui dure et d’un engagement véritable. C’est avoir la certitude que son époux ou épouse ne manquera pas à ses devoirs. 

    Le Prophète (paix sur lui) a dit « chacun de vous est un gardien et est responsable de ce dont il a la garde… ». La confiance en soi et en l’autre permet surtout un sentiment de sécurité et de sérénité, sentiments auxquels le couple ne peut se soustraire. 

     

    Conclusion : 

     

    Nos familles sont à l’image de nos sociétés. La stabilité du couple engendre la stabilité de la famille qui engendrera la stabilité de la société. Ces siècles de dictature et despotisme n’ont pas facilité l’expression et le développement de la séduction dans le couple. L’art de raviver la flamme, allumée depuis des années, doit faire partie de nous, nous devons nous rééduquer en ce sens. Il suffit pour cela de regarder de plus près nos Textes et pourquoi pas les écrits profanes sur ce sujet, car même s’il ne sont pas empreints de notre éthique, le travail de recherche n’est pas pour autant à dévaloriser, il faut apprendre à prendre le bien là où il se trouve. Se rappeler que chaque couple est une création unique. Nous venons de citer les grandes lignes pour une vie de couple réussi mais les petites lignes sont à découvrir ensemble, en apprenant à se connaître soi-même, à connaître son conjoint et permettre ainsi une cohésion dans la relation qui sera propre à chaque couple. 

     

    Rappelons que aimer et être aimé c’est vivre. Ce sentiment s’enracine dans le cœur et se traduit dans les actes. Il n’y a pas d’amour sans preuve d’amour. Il est la clé de voûte d’une relation durable, stable et apaisée. Nous avons volontairement ignoré la question de la sexualité dans le couple pour lui consacrer notre prochain débat. 

    Une relation de couple réussi ne va pas sans une relation sexuelle épanouie. Elles sont quelque part dépendantes l’une de l’autre 

     

    « "Le bavardage inutile la langue et ses méfaits""Les Djinns: apparence, forme, demeure et composition" »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It