• *Le grand nombre des voies de bien*

    Dieu le Très-Haut a dit : 

     

    2.215 : « Tout ce que vous faites comme bien, Dieu le sait parfaitement » 

     

    2.197 : « Tout ce que vous faites comme bien Dieu le sait » 

     

    99.7 : « Celui qui fait le bien le poids d’un grain de poussière, le verra » 

     

    45.15 : « Celui qui fait du bien c’est à son propre avantage » 

     

    Les versets concernant ce chapitre sont très nombreux. Quant aux hadiths : 

     

     

     

    117. Abou Dharr Joundab Ibn Joumâda (RA) a dit :

    “J’ai dit : « O Messager de Dieu ! Quelle est la meilleure action ? »

    Il dit : « La foi en Dieu et le combat pour sa cause ».

    Je dis : « Quelles sont les personnes les plus dignes d’être affranchies ? »

    Il dit : « Celles qui sont les plus précieuses aux yeux de leurs maîtres et dont le prix est le plus cher ».

    Je dis : « Et si je ne peux pas faire de telles choses ?

    Il dit : « Tu aides un fabricant ou tu fabriques pour qui ne peut le faire ».

    Je dis : « Que dois-je faire d’autre si je ne peux faire tout cela ? »

    Il dit : « Tu épargnes aux autres ton mal car c’est là une aumône que tu peux faire pour toi-même ».

    (URA) 

     

     

     

    118. Toujours selon Abou Dharr (RA), le Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit :

    « Chaque matin vous avez à payer une aumône pour chacun de vos organes. Chaque fois que vous dites :

    « Gloire et pureté à Dieu (Soubhânallah) » c’est une aumône. Chaque fois que vous dites : « La Louange est à Dieu (Al Hamdoullillâh) c’est une aumône.

    Chaque fois que vous dites : « Dieu est plus grand : « Allâhou akbar) » c’est une aumône.

    Mais il suffit de faire à la place de tout cela deux unités de prières en cours de matinée ».

    (Rapporté par Moslem) 

     

     

     

    119. Toujours selon Abou Dharr (RA), le Prophète(Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit :

    « On m’a présenté les œuvres de ma communauté aussi bien les bonnes que les mauvaises. J’ai vu mentionner dans ses bonnes actions le fait d’ôter de la voie publique ce qui peut nuire aux passants.

    De même que j’ai vu mentionner dans ses mauvaises actions le fait de cracher dans la mosquée et de ne pas enterrer son crachat ». 

     

     

     

    120. Selon lui encore, le gens dirent :

    « O Messager de Dieu !

    Les gens riches ont emporté avec eux les salaires de Dieu.

    Ils font la prière comme nous, observent le jeûne comme nous et ils ont en plus la possibilité de faire aumône du surplus de leurs richesses. ».

    Il leur dit : « Est-ce que Dieu n’a pas mis à votre portée des choses dont vous pouvez faire aumône ?

    Chaque fois que vous dites : « Gloire et pureté à Dieu » c’est une aumône. Chaque fois que vous dites : « La Louange est à Dieu » c’est une aumône. Chaque fois que vous dite : « Il n’est de dieu que Dieu » c’est une aumône. La prescription du bien est une aumône et la proscription du mal est une aumône. Même dans vos rapports avec vos femmes il y a une aumône ».

    Ils dirent : « O Messager de Dieu ! L’un de nous satisfait son désir et en reçoit de plus un salaire ? »

    Il dit : « Dites-moi donc ! S’il avait déposé son sperme dans un lieu illicite, n’aurait-il pas commis un péché ? »

    C’est pourquoi lorsqu’il le dépose dans un endroit permis il en reçoit un salaire ».

    (Rapporté par Moslem) 

     

     

     

    121. Il a dit : « Le Prophète (Salalah Ahléhi Wa Salam) m’a dit :

    « Ne méprise aucune bonne action si petite soit-elle, comme le fait d’accueillir ton frère avec un visage souriant ». 

     

     

     

    122. Selon Abou Hourayra (RA), le Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit :

    « Tout organe de l’homme nécessite pour l’homme une aumône à chaque jour nouveau.

    Tu arbitres équitablement entre deux personnes et voilà pour toi une aumône.

    Tu aides quelqu’un à s’installer sur sa monture ou à la charger et c’est encore une aumône.

    La bonne parole est aussi une aumône. Pour chaque pas que tu fais en allant à la mosquée tu as une aumône.

    Tu retires de la voie publique ce qui peut nuire aux passants et c’est pour toi une aumône ».

    (URA) 

     

     

     

    Moslem l’a aussi rapporté selon une version de ‘Aïcha (RA) qui a dit :

    « Le Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit :

    « L’homme a été créé de trois cent soixante organes.

    Celui qui a dit : « Dieu est plus grand, la Louange est à Dieu, gloire et pureté à Dieu » qui a imploré l’absolution de Dieu, qui a écarté de la voie publique une pierre, une épine ou un os gênant le passage des gens, qui a prescrit le bien et proscrit le mal, tout ce la trois cent soixante fois par jour, s’est éloigné ce jour là du feu de l’Enfer. 

     

     

     

    123. Selon le même Abou Hourayra (RA), le Prophète (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit :

    « Celui qui va à la mosquée le matin et le soir, Dieu lui prépare dans le Paradis un endroit confortable pour chacun de ses allers ». 

     

     

     

    124. Toujours selon lui, le Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit : « O femmes de l’Islam ! Que l’une de vous ne méprise pas le cadeau qu’elle fait à sa voisine si petit soit-il, ne serait-ce que le sabot d’un agneau. » 

     

     

     

    125. Selon lui encore, le Prophète (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit :

    « La foi comporte un peu plus de soixante dix ou de soixante branches. Le plus élevée est la proclamation qu’il n’y a de dieu que Dieu et la moindre est le fait d’ôter de la voie publique ce qui peut nuire aux passants. La pudeur est l’une des branches de la foi ».

    (URA)

     

     

     

    126. Toujours selon lui, le Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit : « Cependant qu’un homme poursuivit son chemin, voilà qu’il ressentit une grande soif.

    Il trouva alors un puits, y descendit et en but.

    A sa sortie du puits se présenta un chien haletant et léchant la terre humide tellement il avait soif.

    L’homme se dit : « Ce chien souffre de la soif autant que j’en souffrais moi-même. Il redescendit dans le puits, remplit d’eau sa chaussure, la tint avec ses dents et remonta.

    Il en abreuva le chien et Dieu loua son acte et lui pardonna ses péchés ». Ils dirent :

    « O Messager de Dieu ! Avons-nous donc un salaire pour nos bonnes actions envers les animaux ? »

    Il dit : « Pour toute créature vivante il y a un salaire à qui lui fait du bien ». 

     

     

     

    Dans une autre version d’Al Boukhari : « Dieu loua son acte, lui pardonna ses péchés et l’introduisit au Paradis ».

     

    Dans une version commune aux deux Imams (Al Boukhari et Moslem) :

    « Cependant qu’un chien tournait autour d’un puits mourant de soif, voilà que le vit l’une des prostituées des enfants d’Israël. Elle ôta sa chaussure, la remplit d’eau du puits et l’en abreauva. Cela lui valut l’absolution de ses péchés. » 

     

     

     

    127. Selon lui encore, le Prophète (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit :

    « J’ai effectivement vu (lors de mon ascension miraculeuse au ciel) un homme qui jouissait à volonté de tous les délices du Paradis et ce parce qu’il avait arraché un arbre du milieu d’une route où il gênait les Musulmans ».

    (Rapporté par Moslem) 

     

     

     

    Dans une autre version : « Un homme passa devant la branche d’un arbre qui barrait la route aux passants. Il se dit : « Par Dieu, je vais enlever cette branche pour qu’elle ne nuise plus aux Musulmans ». Il fut introduit pour cela au Paradis ». 

     

     

     

    Dans une autre version communes aux deux : « Cependant que quelqu’un poursuivait sa route, voilà qu’il trouva une branche épineuse qu’il en retira. Dieu loua son acte et lui accorda Son absolution ». 

     

     

     

    128. Toujours selon lui, le Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit : « L’esclave musulman (ou croyant) a fait ses ablutions.

    Quand il s’est lavé le visage, il vit partir avec l’eau (ou avec la dernière goutte d’eau) les péchés qu’il avait commis en regardant les choses interdites. Lorsqu’il se lava les mains, il vit partir avec l’eau (ou la dernière goutte d’eau) les péchés commis par ses mains jusqu’à ce qu’il en sortît débarrassé de toute faute.

    Lorsqu’il se lava les pieds, il vit partir avec l’eau (ou avec la dernière goutte d’eau) les péchés qu’ils avaient commis jusqu’à ce qu’il en sortit propre de tout péché »

    (Rapporté par Moslem) 

     

     

     

    129. Selon lui encore, le Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit : « Celui qui a fait ses ablutions et qui les a bien faites puis est allé à la prière commune du Vendredi et en a écouté en silence le sermon, ses péchés lui sont pardonnés pour la période du Vendredi au Vendredi suivant et avec trois jours en sus. Mais celui qui s’amuse durant les sermon avec les cailloux, s’en est laissé distraire et a donc commis un péché ».

    (Rapporté par Moslem) 

     

     

     

    130. Toujours selon lui, le Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit : « Les cinq prières écrites (obligatoires), celles du Vendredi au Vendredi suivant, le jeûne du Ramadhân au Ramadhân suivant, font absoudre ce qu’il y a entre eux comme péchés si toutefois on en a évité les plus grands ».

    (Rapporté par Moslem) 

     

     

     

    131. Selon lui encore, le Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit : « Voulez-vous que je vous indique les actes pour lesquels Dieu absout les péchés et élève les degrés ? »

    Ils dirent : « Nous voulons bien, ô Messager de Dieu ! »

    Il dit : « Faire soigneusement les ablutions malgré les désagréments, se rendre souvent aux mosquées et attendre la prière suivante dès qu’on en a fait une, voilà qui équivaut à monter la garde dans les bastions de l’Islam ». 

     

     

     

    132. Abou Moussa Al Ach’ari (RA) rapporte que le Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit :

    « Celui qui a fait la prière des deux pleines lunes entre au Paradis ».

    Les deux pleines désignent ici la prière du Fajr (l’aube) et celle du ‘Asr (après-midi).

    (URA) 

     

     

     

    133.Toujours selon Abou Moussa Al Ash’ari (RA), le Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit : « Quand l’homme est malade ou en voyage, il se voit inscrire le salaire de tout ce qu’il faisait quand il était chez lui et en bonne santé ».

    (Rapporté par Al boukhari) 

     

     

     

    134. Jaber (RA) rapporté que le Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit : « Toute bonne action est une aumône ».

    (Rapporté par Moslem et Al Boukhari) 

     

     

     

    135. Toujours selon Jaber, le Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit : « Toutes les fois qu’un musulman plante un arbre, il se voit inscrire une aumône pour tout fruit qu’on en mange. Même ce qui est volé ou ce qui s’en perd est compté pour lui comme une aumône » 

     

    Dans une autre version de Moslem : « Toutes les fois qu’un musulman plante un arbre et qu’un être humain, une bête ou un oiseau en mangent, il se voit inscrire autant d’aumônes jusqu’au jour de la Résurrection ». Dans une autre version : « Toutes les fois qu’un musulman plante un arbre ou sème un champ et qu’un âtre humain, une bête ou autre en mangent, il se voit inscrire autant d’aumônes. » 

     

     

     

    136. Toujours selon lui : « Les membres de la tribu des Banou Salima ont voulu se transférer tout près de la mosquée (pour s’éviter des va et vient répétés à chaque heure de prière). Cela vint au Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) qui leur dit : « Je viens d’apprendre que vous voulez vous transférez près de la mosquée ». Ils dirent : « En effet, ô Messager de Dieu ! Nous avons projeté de la faire ». Il leur dit : « O Banou Salima ! Restez plutôt dans vos maisons et l’on inscrira ainsi pour vous tous vos pas vers la mosquée » (et il répéta cela deux fois).

    (Rapporté par Moslem) 

     

     

     

    137. Oubay Ibn Ka’b (RA) a dit : « Il y avait un homme (je ne connaissais personne habitant plus lojn que lui de la mosquée) qui n’y manquait pourtant aucune prière. On lui dit (ou je lui dis) : « Pourquoi ne t’achètes-tu pas un âne que tu monterais dans l’obscurité de la nuit et la canicule de l’été ? » Il dit : « Je ne serais pas heureux d’avoir une maison tout près de la mosquée. Je veux plutôt qu’on inscrive pour moi mes pas vers la mosquée et à mon retour si je retourne chez moi ». Le Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) dit : « Dieu a effectivement réuni tout cela pour toi »

    (Rapporté par Moslem) 

     

     

     

    Dans une autre version : « Tu as pour toi le salaire de tout ce que tu as fait pour Dieu » 

     

     

     

    138. Selon ‘Abdullâh Ibn ‘Amr Ibn ‘As (RA), le Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit : « Il y a quarante bonnes actions dont la plus haute est le fait de prêter à son prochain une chèvre pour le faire profiter de son lait. Tout être qui fait l’une de ces bonnes actions dans l’espoir de la récompense de Dieu et confiant dans ce que Dieu lui en a promis, Dieu l’introduis à cause d’elle au Paradis ». 

     

     

     

    139. ‘Adi Ibn Hatem a dit : « J’ai entendu dire le Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) : « Mettez-vous à l’abri du feu de l’Enfer ne serait-ce que par un morceau de datte ».

    (URA) 

     

    Dans une autre version de Moslem et Al Boukhari : « ‘Adi rapporte que le Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit : « Il n’est pas un seul d’entre vous à qui Dieu ne parlera pas sans l’intermédiaire d’un interprète. Il regarde à sa droite et n’y voit que ce qu’il a avancé (comme bonnes actions). Il regarde à sa gauche et n’y voit que ce qu’il a avancé (comme mauvaises actions). Il regarde devant lui et n’y voit que le feu de l’Enfer tout près de son visage. Aussi mettez-vous à l’abri du feu ne serait-ce que par un morceau de datte et celui qui n’en trouve pas, par une bonne parole ». 

     

     

     

    140. Selon Anas (RA), le Messager de Dieu (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit : « Dieu est assurément satisfait de celui qui mange quelque chose et Lui en rend grâce ou boit quelque chose et Lui en rend grâce ».

    (Rapporté par Moslem) 

     

     

     

    141. Selon Abiu Moussa (RA), le Prophète (Salalah Ahléhi Wa Salam) a dit : « Chaque Musulman est redevable d’une aumône ». On dit : « Et s’il n’en a pas les moyens ? » Il dit : « Il travaille de ses deux mains. Il se fait ainsi du bien à lui-même et peut faire l’aumône ». On dit : « Et s’il en est incapable ? » Il dit : « Il aide autrui à atteindre ce qui lui tient à cœur ». On dit : « Et s’il en est incapable ? » Il dit : « Il prescrit le bien » On dit : « Et s’il ne le fait pas ? » Il dit : « Il s’abstient de faire le mal et c’est déjà pour lui une aumône »

    (URA) 

     

    « *L'étranger qui faisait parti de la famille**Faut il prier dans l'avion ?* »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    elton02638 Profil de elton02638
    Jeudi 28 Mars 2013 à 09:38

    c tres tres interessant car sa  M APPREND BCOUP DE CHOSE

    2
    MohamedAli90
    Jeudi 28 Mars 2013 à 19:45

    Macha'Allah tous ces hadiths sont beaux, plein de sagesses, si agréables à lire et à relire ! qu'Allah nous pardonne et nous compte parmi les pieux, Amine

    3
    konatebakary116@
    Lundi 9 Septembre 2013 à 17:04

    Merci pour tous ces hadiths de sagesse.Qu'Allah vous benisse.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :