• Les innovations liées au mois de Sha'bân


    Faire plus de prières, invocations, lectures du Coran le 15e jour en particulier:

    Question:

    Nous avons assisté à la pratique de certaines personnes qui, le 15ième jour spécifiquement du mois de Cha’bân, font des exhortations [Adhkâr] particulières, des récitations du Qor’ân, des prières et jeûnes. Est-ce que cela est authentique ? Et qu’Allâh vous récompense par le bien !

     

     

    Réponse:

    Ce qui est authentique [as-Sahîh], c’est que le jeûne à la moitié du mois de « Cha’bân » ou les récitations spécifiques [du Qor’ân] ou encore les exhortations, n’ont aucun fondement [dans la religion]. La moitié du mois de Cha’bân est comme tout autre jour de la moitié des autres mois.

    Ce qui est donc connu, c’est qu’il est légiféré pour la personne de jeûner les 13e, 14e et 15e jours de chaque mois. Ceci dit, Cha’bân est caractérisé à la différence des autres mois dans l’augmentation des jeûnes. Car certes le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a jeûné plus dans le mois de Cha’bân que dans tous les autres mois, au point qu’il lui arrivait de jeûner tout le mois de Cha’bân ou juste un peu de ce mois [3]. Il est donc recommandé aux gens, quand cela ne leur cause aucun tort, d’augmenter le jeûne pendant le mois de Cha’bân dans l’attachement [à l’exemple] du Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam). [4]

    Veiller la nuit en prières spécifiquement pour le 15e jour et le jeûner:

    Question:

    Est-il légiféré de veiller en prière [Qiyâm] la nuit de la moitié du mois de Cha’bân et de jeûner le 15ième jour de ce mois ?

    Réponse:

    Il n’a pas été authentifié du Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) qu’il s’est spécifiquement trouvé la nuit de la moitié du mois de Cha’bân en prière, et qu’il a jeûné spécifiquement le 15ième jour de Cha’bân. Ainsi, la 15ieme nuit de Cha’bân est comme toute autre nuit. Et si une personne à l’habitude de prier les autres nuits, alors elle peut veiller en prière cette nuit comme elle priait les autres nuits, sans donner d’intention particulière [à cette nuit]. Car la détermination en un temps particulier de tout acte d’adoration [’Ibâdât] nécessite une preuve authentique [Dalîl Sahîh], et quand il y a en cela une absence de preuve authentique, alors l’acte est considéré comme une innovation [Bid’ah], et toute innovation mène à l’égarement [Dhallâlah]. De même, rien n’est rapporté sur le jeûne spécifique du 15ième jour du mois de Cha’bân ou de la moitié de ce mois, aucune preuve [Dalîl] spécifique n’a été établie de la part du Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) indiquant une légalisation de jeûner ce jour.

    Et tout ce qui a été rapporté comme traditions [Ahâdîth] sur cela sont soit inventées ou toutes faibles comme les gens de connaissance [Ahl al-’Ilm] l’ont indiqué. Cependant, quiconque a l’habitude de jeûner peut alors continuer et jeûner pendant le mois de Cha’bân comme il jeûne durant les autres mois, sans qu’il ait d’intention particulière à ce jour [du 15 de Cha’bân]. Comme quand le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) avait l’habitude d’augmenter son jeûne pendant ce mois [Cha’bân], ceci dit, il n’a pas spécifié de jour précis, mais plutôt il continuait [son jeûne] normalement. [5]

    [4] Madjmu’ Fatâwa de SHeikh Ibn ’Uthaymîne, vol-20 p.23

    [5] Kitâb « al-Bida’u wal-Muhdathât wa mâ lâ Asla lahu » - Fatâwa du SHeikh Sâlih Ibn Fawzân al-Fawzân, p.614-615 - Et « Nûr ’Ala ad-Darb » vol-1 p.87

     



    Les hadith rapportés concernant le mérite de la prière et du jeûne effectués le 15 chabaane ne relèvent pas des hadith faibles mais plutôt des hadiths apocryphes donc faux. Il n'est donc pas permis de les appliquer ni comme preuve du caractère méritoire d'une action ni à d'autres propos. Un groupe d'ulémas ont jugé les hadiths en question faux. Parmi eux figurent Ibn al-Djawzi dans son ouvrage intitulé al-Mawdhou'at,2/440-445 , Ibn Qayyim al-Djawziyya dans al-Manar al-Mounif, n° 174-177 , Abou Chamah, le chafiite, dans al-Ba'ith alaa inkaar al-bid'a wal-hawadith (124-137) et al-Iraqui dans takhridj Ihyaa uloumiddine n° 858. Cheikh al-Islam a rapporté dans Madjmou' al-Fatawa (28/138)qu'un consensus s'était dégagé sur leur fausseté.

    Cheikh Ibn Baz (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit à propos de la célébration de la nuit du 15 chabaane: «Certes, le fait de célébrer la nuit du 15 chabaane en lui consacrant des prières ou d'autres actes et de consacrer sa journée au jeûne constitue une odieuse innovation selon la plupart des ulémas. Cela n'a aucun fondement dans la loi purifiée.»

    Il dit encore (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) : « Aucun hadith authentique n'est rapporté à propos de la nuit du 15 chabaane. Tous les hadiths rapportés à ce propos sont apocryphes et faibles et sans fondement. Rien de particulier n'est réservé à cette nuit ni une prière à faire ni une invocation ni une pratique collective. L'avis de certains ulémas selon lequel la nuit a quelque chose de spécial est un avis faible. Aussi ne faut il rien lui réserver. Voilà la vérité. Allah est le garant de l'assistance. »

    Fatwa islamique,4/511. Voir la question n° 8907

     

    Les innovations liées au mois de Sha'bân

     

     

    « Notre ennemi pour la viePourquoi le Coran emploie -t- il le pronom « Nous » dans les versets ? »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :