• Les piliers et conditions de l'acte de mariage

    1- Les piliers :

    Al ijâb : C'est le fait que le tuteur de la femme dise : « je te mari à avec ma fille untel (on dit le nom de la fille) »
    Si le wali n’a qu’une fille il n’est pas obligé de la nommer.
    Si le wali ne dit pas cela l’acte n’est pas considéré comme valide.

    Al qaboul : C'est l’acceptation. Cela provient du mari qui dit : « j’accepte le mariage avec ta fille untel (on dit le nom de la fille) »
    Il est autorisé au tuteur de léguer quelqu’un c'est-à-dire de laisser parler quelqu’un en son nom, mais le mieux est qu’il fasse cela de lui-même. Et c’est aussi autorisé au mari de laisser par exemple son père parler en son nom.


     

    2- Les conditions :

    L’accord du tuteur :

    Allah a dit : « Et n´épousez pas les femmes associatrices tant qu´elles n´auront pas la foi, et certes, une esclave croyante vaut mieux qu´une associatrice, même si elle vous enchante. Et ne donnez pas d´épouses aux associateurs tant qu´ils n´auront pas la foi (…) » (Sourat 2 verset 221)

    "Et ne donnez pas d´épouses" : Allah a dit de ne pas donner c'est-à-dire l’accord.

    Selon Aicha (رضي الله عنها), le prophète alehi salat wa salam a dit : « Toute femme qui n’a pas été mariée par son tuteur, son mariage est nul, son mariage est nul, son mariage est nul ! Et si l’homme avec lequel elle s’est mariée à eu des rapports avec elle alors la dot qui a été accepté de part et d’autre doit être donné à la femme en compensation de ce rapport intime qui à été fait. » (rapporté par ibn majah, abu dawud, at tirmidhi)

    Les savants disent que la femme qui s’est mariée sans son tueur alors elle doit être séparée de l’homme et donc si le mariage était nul leur relation était haram (interdite).

    Mais lorsqu’il ya un désacord entre les tuteurs (par exemple entre les frères si le père est mort) la discorde doit être exposée aux gouverneurs et c’est lui qui désigne un tuteur ou qui se désigne wali.


    Les savants disent aussi que les tuteurs ne sont plus tuteurs en cas de discorde et que la tutelle du gouverneur passe au dessus. De même dans le cas ou le tuteur refuse à jamais le mariage pour la femme. Sauf si le refus est légitime par exemple en refusant de la marier à un homme qui ne fait pas la prière.

    Dans un pays non musulman les savants disent que se sont les institutions musulmanes (ex : imam ou quelqu'un qui est connu dans la communauté musulmane pour être une personne pieuse etc...) qui sont les gouverneurs.
     

    Le prophète alehi salat wa salam a dit : « Le gouverneur est le tuteur de celui qui n’a pas de tuteur. »

    Il y a plusieurs conditions au tuteur :

    1 - il doit être un homme
    2 - il doit être pubère
    3 - il doit avoir la raison
    4 - il doit être droit en matière du bien qu’il veut pour la femme
    5 - il doit être de la même religion que la fille c'est-à-dire musulman. Car le prophète alehi salat wa salam a dit : « Il n’y a pas de tutelle pour un non musulman envers un musulman. »

    Pour celle qui est reconvertie elle doit prendre parmi les personnes considérées pieuses parmi les musulmans et les institutions islamiques. Mais si la femme est juive ou chrétienne il faut demander au père.

    L’islam demande l’accord du tuteur car la femme peut se laisser tenter par ses passions et ses désirs.

     

     

     

    La présence de 2 témoins :

    Selon Aicha (رضي الله عنها), le prophète alehi salat wa salam a dit : « Point de mariage sans l’accord du tuteur et la présence de deux témoins justes. »

    3 conditions pour être témoin :

    1 - Ils doivent être 2 au minimum
    2 - Ils doivent être des hommes
    3 - Ils doivent être justes, c'est-à-dire délaisser les grands péchés et la plupart des petits.

    Certains savants considèrent la dot comme une condition mais l’avis le plus sûr est qu’il s’agit d’une obligation. On éclaircira cela dans le cours suivant Inshâ’allah

    L'obligation de demander l'autorisation de la femme et d'avoir son accord avant de la marier :

    C’est le tuteur qui doit demander l’autorisation.
    Après avoir pris connaissance qu’il n’y a pas de mariage sans l’autorisation du tuteur il faut néanmoins demander l'accord de celle qui sont sous sa tutelle avant le mariage et il est interdit de forcer la femme au mariage. Et une femme est mariée contre son gré, elle a le droit de rompre l’acte de mariage.

    Donc l’islam n’interdit pas seulement de forcer le mariage mais autorise aussi à la femme de rompre l’acte de mariage.

    Selon Abu Hurayra , le prophète alehi salat wa salam a dit : « La femme qui a déjà été mariée ne doit être mariée que lorsqu’elle en donnera l’ordre et on ne doit pas mariée la fille vierge jusqu'à ce qu’on lui demande son avis. Ils ont dit : « Ô envoyés d’Allah, comment connait-on son acceptation ? » Le prophète alehi salat wa salam a dit : « Son silence signifie son acceptation. »

    "Son silence signifie son acceptation" : Car en général les femmes vierges sont pudiques alors elles ne disent rien par honte

    Et selon Khamsa bint Khidâm al Ansarya (رضي الله عنها) qui dit que son père l’a mariée alors qu’elle avait déjà été mariée et divorcée et elle a détesté que son père l’a mari sans son accord et sans lui demander son avis. Cela lui déplaisant, elle parti voir le prophète alehi salat wa salam et il rompu son mariage car son père l’avait mariée de force sans son avis.

    Et selon 'Abdullah Ibnou 'Abbas : "Une fille vierge est venue vers le prophète alehi salat wa salam et lui a informé que son père l’avait mariée alors qu’elle ne le voulait pas. Et le prophète alehi salat wa salam lui a donné le choix, soit de rester soit de partir."

     

     

    Ces ahadith sont donc des preuves évidentes qu’il est interdit au tuteur de forcer sa fille au mariage et qu’il est interdit de la marier sans son avis et qu’il est autorisé à la femme de rompre le mariage.

    Source : EL-WADJÎZ FI FIQHI AS-SOUNNATI WA AL-KITÂBI EL 'AZÎZ DU CHEIKH 'ABDEL-'ADHDIM EL-BADAWI

    Cours audio du frère Abou Anas - Source des dourous : http://www.lavoiedroite.com/index.php…
    Retranscrit par Umm-Loqman

     

     

    Les piliers et conditions de l'acte de mariage

     

    « C'est l'histoire d'un jeune homme fiancé avec une fille...Je suis obligé de travailler car mon mari ne veut pas travailler »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :