• Quelques idées reçues sur les femmes voilées que j'aimerais bien ne plus entendre

    Par Faïza Zerouala


    Vous les croisez chaque jour au supermarché, dans le métro ou encore dans la salle d’attente du médecin et vous avez le sentiment de tout savoir sur le foulard, coloré ou non, plus ou moins couvrant, qui cache leur chevelure et qui est au cœur des controverses depuis 25 ans.

    Ces femmes, vous les voyez à intervalles réguliers dans des reportages à la musique anxiogène ou à la Une des hebdomadaires à couverture rouge pour illustrer “le danger communautariste” ou “l’islam sans gêne”.

    Vous avez entendu pléthore d’experts ou d’hommes et femmes politiques en tout genre disserter sur le sujet jusqu’à plus soif. Vous les voyez certes partout, mais vous ne les entendez jamais. Ces silencieuses sont la variable manquante de l’équation. Personne, ou presque, n’a songé à les écouter sur la raison de leur voilement, leur manière de le vivre et leur sentiment vis-à-vis des débats infinis dont elles sont le sujet.


        La plupart des femmes musulmanes françaises se voilent de leur propre gré.

    J’ai décidé d’effectuer ce travail dans un livre, Des voix derrière le voile. Le postulat de départ était simple: aller rencontrer ces femmes, sans préjugés, pour donner une vision plus juste d’une pratique plus complexe qu’il n’y paraît. Mais s’intéresser au voile, c’est se confronter à de nombreuses idées reçues. En travaillant sur le sujet, je les ai toutes entendues.

     
    Les femmes se voileraient sous la contrainte

    D’abord, la plus répandue, dès lors que je parlais de ce livre en gestation et en exposais brièvement les grandes lignes, surgissait presque immédiatement: “Mais ces femmes, elles sont forcées par leur père, leur frère, leur mari, hein?”

    Celles que j’ai rencontrées ne sont pas toutes issues de grandes familles tentaculaires. La question de savoir si les femmes que j’ai interviewées se voilaient de leur propre initiative s’est évidemment posée. Or, pour toutes, il s’agit d’un choix individuel.

    Il serait faux de dire qu’absolument aucune femme en France n’est contrainte de le faire par son environnement familial ou social. Il serait tout aussi inexact de considérer que toutes les femmes voilées sont dans ce cas et d’ériger quelques exemples de voilement forcé comme une vérité absolue. La plupart des femmes musulmanes françaises se voilent de leur propre gré. La réalité comporte bien souvent plusieurs facettes et le voile n’échappe pas à cette règle.

        Elles refusent de coller au cliché de la femme musulmane fatalement cantonnée au foyer et à l’éducation d’une ribambelle d’enfants.

    Les témoins de Des voix derrière le voile sont françaises et ont toutes bien réfléchi avant de franchir le pas. Elles sont d’abord allées aux sources de leur foi et ont lu les textes religieux, se sont renseignées auprès de leur entourage, dans les livres pour nourrir leur réflexion. Ainsi se sont-elles forgé leur propre opinion sur le caractère obligatoire d’une prescription religieuse jugée ambiguë par certains. Le voile n’est certes pas l’un des cinq piliers de l’islam mais toutes les femmes rencontrées le considèrent comme un jalon important de leur foi.

    Un bon nombre d’entre elles vivent dans une famille où leur propre mère n’est pas voilée, où elles n’ont pas de frères ou de maris, ce qui tend à confirmer qu’il s’agit d’une décision d’adulte. Laisser entendre qu’elles sont soumises reste pour elles une affirmation vexatoire.

    Certaines d’entre elles travaillent, et en sont fières. Elles refusent de coller au cliché de la femme musulmane fatalement cantonnée au foyer et à l’éducation d’une ribambelle d’enfants, et conquièrent ainsi leur indépendance.

     
    Se voiler reviendrait à soutenir les puissances islamistes

    Le second cliché auquel j’ai régulièrement fait face concerne l’oppression des femmes dans les pays d’islam, que les femmes voilées françaises cautionneraient en se couvrant les cheveux.

    Au risque de devoir rappeler des évidences géographiques, l’Iran n’est pas l’Afghanistan et les deux pays ne sont pas la France. Une femme voilée française partage peut-être la même foi qu’une Afghane mais n’évolue absolument pas dans le même contexte social et politique.

        Interdire le voile à l’université ou aux mères accompagnant les sorties scolaires ne permettra pas, hélas, de résorber le chômage!

    Demander à une femme voilée française de cesser de se couvrir les cheveux pour lutter contre l’oppression iranienne ou afghane est aussi efficace que de cesser de s’alimenter pour résoudre la famine en Afrique.

    Tout comme interdire le voile à l’université ou aux mères accompagnant les sorties scolaires ne permettra pas, hélas, de résorber le chômage ou la crise économique!

     
    Le voile, antiféministe?

    Autre idée reçue contre laquelle j’ai dû lutter: non, les femmes voilées rencontrées n’ambitionnent pas d’être les fossoyeuses des luttes féministes. Certaines d’entre elles considèrent même que se voiler montre leur refus d’être considérées comme un objet sexuel. Une vision pas si éloignée des revendications féministes. Elles estiment que le destin d’une femme n’est pas forcément de finir à moitié nue sur un panneau publicitaire pour vendre du liquide vaisselle ni de servir de plante décorative et dénudée dans un clip de rap.



        Le voile n’est pas, en général, prison de tissu.

    Pour le reste, il est utile de préciser que les femmes voilées n’ont pas subi une greffe de tissu sur les cheveux. Elles le retirent sitôt franchi le pas de leur porte, quand elles sont en famille. Elles ne gardent pas leur foulard sous la douche, et se lavent même les cheveux! Elles ne dorment pas avec non plus. Elles ont le droit de rire, de réfléchir, de sortir, de plaisanter avec leurs copines et même de travailler. Le voile n’est pas, en général, prison de tissu. Ces femmes n’ont qu’une seule ambition, paradoxale: qu’on les laisse tranquilles et qu’on arrête de raconter des inepties à leur sujet. Elles rêvent de mener leur vie comme elles l’entendent, sans avoir le sentiment d’être scrutées et jugées.


    http://cheekmagazine.fr/societe/faiza-zerouala-quelques-idees-recues-les-femmes-voilees-jaimerais-bien-entendre/

    Quelques idées reçues sur les femmes voilées que j'aimerais bien ne plus entendre

     

     

    « La bonté envers la mère nous expie de nos péchésSavez vous où se trouve la plus grande université pour femmes? »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Timoté
    Vendredi 24 Avril 2015 à 08:58

    "Elles refusent de coller au cliché de la femme musulmane fatalement cantonnée au foyer et à l’éducation d’une ribambelle d’enfants."


     


    Il ne faut pas soutenir ce genre de phrase quand bien même ce fût pour soutenir votre thèse juste. Il n'y a aucun mal à se cantonnée au foyer et à l'éducation de nos enfants, c'est la chose la plus importante à ne pas opposé avec une vie épanouie. De plus pour la femme il est préférable de resté dans son foyer au point que même la prière lui apporte plus à la maison qu'à la mosquée. Le prophète salla allahou alayhi wa sallam à indiqué dans un hadith sa volonté de nous voir nombreux le jours du jugement dernier donc il est préférable de faire le nombre d'enfant qu'Allah nous destine sans voir sa comme une perte de liberté dut à cette ribambelle d'enfants.


     


    "Certaines d’entre elles travaillent, et en sont fières."


     N'y a-t-il pas d'autre motive de fierté beaucoup plus important ? Ne rentrer pas mes sœurs dans vos cœurs que travaillé est un motive de fierté comme avoir élevé une ribambelle d'enfants pieux par exemple ;) . je veut dire il y a toute la fierté à avoir de part notre action mais pas le statut de salarié. Une femme médecin (qui respecte les règles d'Allah comme la mixité) a tout à être fier de son travaille et son mari le seras pour elle car elle sauve des vie mais pour l'autre qui empile des boites de carton effectivement un homme se trouverais à dire "il faut bien gagné sa vie" et subvenir à sa famille serais sa fierté mais sont action en elle même.. mais que peut dire la femme qui n’a pas a subvenir financièrement, n'a-t-elle pas plus important a faire de ces responsabilités ? Et bien sur c'est pareil pour l'homme, les intensions compte.


     


    "Tout comme interdire le voile à l’université ou aux mères accompagnant les sorties scolaires ne permettra pas, hélas, de résorber le chômage ou la crise économique !"


    Je suis plié :D ! Bien vu chère écrivain.


    Quand je lit les clichés que vous devez porté je me dit que c'est dure de vivre en France. Heureusement que l'on trouve le repos dans nos foyer :).


     


    Courage et patience.

    2
    yseult
    Samedi 2 Mai 2015 à 22:50
    Mercii
    3
    abdl rahim
    Samedi 16 Mai 2015 à 12:33
    Et dire qu'il ya des muslimat qui milite pour interdire le voile
    4
    Hayet
    Dimanche 17 Mai 2015 à 16:01
    comolètement d'accord avec Timoté je refuse qu'on estime que mon choix de rester à la maison et d'éduquer ma petite tribu soit un manque de liberté ou de fierté! C'est mon choix et j'en suis fière!
    5
    Docteur Laouar
    Dimanche 7 Juin 2015 à 09:01
    Ce qu'il faudrait c'est arriver à faire intégrer le voile dans l'espace publique , comme ça été le cas pour les autres minorités et qu'on laisse vivre ces femmes tranquilles et libres de faire les choix qu'elles pensent meilleurs pour elles
    6
    safia
    Dimanche 7 Juin 2015 à 17:41

    D'accord avec toi docteur laouar  c'est aux femmes de choisir de faire le meilleur choix pas aux hommes de l'imposer, car ce ke j'ai pu lire sur d'autre site me fait froid dans le dos avec ces pseudo intégriste!

    7
    Muhammed
    Dimanche 12 Juillet 2015 à 18:48
    Bon article mais quelques préjugés persistent, le foyer et l'éducation des enfants n'est pas une tache ingrate bien au contraire, ce qui est ingrat c'est de travailler pour un patron et se voir esclave d'un système métro boulot dodo, les allemands l'ont bien compris et voient d'un très mauvais œil une femme avec plusieurs enfants qui travaille.
    8
    Muhammed
    Dimanche 12 Juillet 2015 à 18:53
    Celles qui militent pour l'interdire n'ont rien de musulman ce sont des mécréantes qui combattent l'islam comme un cancer qui nous touche de l'intérieur. Ce sont des intégristes athées qu'il faut combattre plus vigoureusement (dans le sens de la joute verbale) que le terrorisme. Elles veulent représenter les femmes Musulmane elles ne représentent que leur égarement mais certains journalistes athées corrompus les invitent sur les plateaux pour donner de l'importance à leur combats.
    9
    Nour
    Lundi 3 Août 2015 à 21:45
    Muhammad bravo machaa allah je suis fière d'être musulmans quand je vois des réactions pareille qu'allah te benice mon frère en allah
    10
    Muhammad
    Lundi 3 Août 2015 à 21:56
    Salam Nour
    Barak Allah o Fik Qu'Allah bénisse l'ensemble des Musulmans fiers de préserver notre Noble religion, dans le chemin de nos pieux prédécesseurs et non des égarés.
    11
    anonyme
    Lundi 3 Août 2015 à 22:03

    laissons les musulmanes faire leur choix. et nul n'a à dire qu'un  tel est mécréant ou pas, laissons ce jugement au Très Haut, et tachons de rester courtois sur ce blog.même si il y a des désaccord entre vous.Se respecter entre musulmans c'est déjà faire un grand pas, pour notre communauté qui souffre de tant de dissension, de guerre intestines!

    12
    Didi
    Mardi 4 Août 2015 à 05:10

    ^^C'est pour la plupart des femmes question de choix personnelles ce que je peux confirmer ayant demandé à une musulmane l'an passé pourquoi elle portait le voile et son amie et sa belle-soeur ne le portait pas.  Elle m'a bien dit que c'est parce qu'elle aime le porter.  Donc oui des femmes le portent pour montrer leur religion, d'autres le portent par obligation de leur famille, ce qui est possible, et d'autres le portent par choix.  C'est comme en toute chose, on fait ses choix et on vit avec ses choix.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :