• Ramadan des hommes, ramadan des femmes -

    Curieusement pourtant, le mois de ramadan n’est tristement pas culturellement, cul-tu-rel-le-ment, merci de relire ce mot une dizaine de fois avant de passer au suivant, le mois de l’épouse, de la fille, de la soeur ; ce pour deux raisons :


     

    1- tous les soirs, chez une écrasante majorité de musulmans, au moins en France, la table déborde de plats. Plusieurs entrées, plusieurs plats de résistance, plusieurs desserts, des sodas en veux-tu, en voilà. Du gras, beaucoup de gras, du sucre, beaucoup de sucre. Or, tous ces plats sont préparés dans la journée par la mère, la soeur, l’épouse… plusieurs heures en avance. Bienheureuses sont celles qui ne sacrifient pas leur après-midi et leur début de soirée à confectionner avec amour et courage le repas de l’iftar. Nous sommes là dans l’anti-ramadan : d’un mois de déconsommation, de frugalité, de tempérance et de modération on passe à un mois de surconsommation, d’excès, d’indécence et de gaspillage.

    La oumma souffre d’inculture. Elle ne connaît pas assez la vie de son modèle, la vie de notre Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui)

    2- la communauté musulmane souffre d’inculture. Elle ne connaît pas assez la vie de son modèle, la vie de notre Prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) qui participait aux tâches ménagères, nettoyait sa maison, prisait ses habits, assistait concrètement son épouse. Homme d’Etat, il enseignait l’islam à ses compagnons, priait de longues heures la nuit, dirigeait les batailles contre ses ennemis, administrait les contrées dont il avait la responsabilité, etc.,… et faisait le ménage. Si l’on s’en tient à cela, quel homme peut raisonnablement considérer qu’il est en droit de mettre ses jambes sous la table au moment de l’iftar sans lever le doigt avant et après le repas parce qu’il travaille pendant la journée ?

    Relisons la sira, changeons dès ce ramadan

    Mettons tout de suite de côté le débat, toujours vif, du partage des tâches, de « mais, je ne suis pas une boniche », « oui mais moi je travaille toute la journée ! ». Nous sommes entre bonnes gens, dotés de raison et si peu de mauvaise foi, n’est-ce pas ? Il ne s’agit ni pour les uns d’oublier que Madame est un être humain à part entière et non un aspirateur-cocotte-minute-lave-linge qui parle et fait des enfants ni que Monsieur est aussi un être humain doté d’un coeur et non un portefeuille-sur-pattes à qui l’on veut ajouter l’option aspirateur-cocotte-minute-lave-linge.

    Source Al -kanz

     

     

    Ramadan des hommes, ramadan des femmes

     

    « Celui qui raille son frère pour un péché, commettra ce péché -Les épreuves font partie de la vie - »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    nuage
    Mardi 23 Juin 2015 à 16:14

    c'est vrai , j'ai bien aimé le lire, hélas tout est vrai! chez moi les hommes ne lèvent pas un doigt pour aider, et le comble, et qu'ils sont au chômage, et en retraite, ils vont dehors voir leur amis, discutent, et reviennent à l'heure pour manger, et les autres se réveille à l'heure de la rupture,!! ils dorment toute la journée, ils ne font pas les courses,rien!


    et le soir, ils se permettent de faire des commentaire ou de choisir   dîner pour demain comme si on était leur servante à leur service, c'est injuste.ils ont été éduquer ainsi.Mais avec leur compagne non musulmane il les aide dans tout, ah les coutumes.

    2
    al kawthar
    Lundi 6 Juillet 2015 à 06:51
    On vit dans la fin des temps.
    Rien n'est comme avant ( y a à peine 10ans) encore moins comme le temps de notre prophète sws.
    Dommage car c'est un mois béni qui doit nous permettre de prier plus que d'habitude. De plus les frères, pères doivent nous enseigner pendant ce mois précis la religion, les ahadith , c'est un mois ou la famille doit être réunis autour du coran al Karim tout les soir et non autour d'une table bien garnis.
    Alors nous les femmes arrêtons de critiquer et reformons nos familles, aidons nos hommes à trouver le chemin d'Allah taa'la pour notre bien a tous.
    3
    Najia
    Lundi 6 Juillet 2015 à 10:58
    Al hamdouliLLAH chez moi une ou deux choses maximum sur la table. Après la salat du maghrib mon époux rentre de la mosquée, déjà plus d'une demi heure est passé, nous dînons ensemble et debarrasons la table... et voilà l'appel à la prière del 3icha .
    Les soeurs il faut aussi êtres logiques et avoir de la patience.
    Ne restons pas des heures dans la cuisine à suivre nos envies et celle de notre famille,
    ( bon on peut faire ou se faire plaisir quelques fois)
    mais ne nous infligons pas le rôle de la cuisinière, et choisissons d'être ce que nous voulons être, une maman éducatrice, un couple complémentaires, et aussi une élève assidu de l'islam .
    Même si ce n'est pas toujours facile avec le ménage , les courses; les enfants.
    Moi personnellement je demande à mon mari de m'aider mais quand je vois la fatigue qu'il porte sur son visage après plus de 10h00 de boulot dans cette chaleur,
    avec le Ramadhan ,le rythme des prières du Tarawih , ou il ne rentre jamais avant 1h30 pour se lever pour la prière du fadjar...
    là c'est moi qui lui dit d'aller ce poser tranquillement,
    ben oui , moi j'aménage ma journée et s'il fait trop chaud je ne sort pas, alors que lui il bosse dehors. Je peux faire une sieste mais pas lui ect...
    donc un équilibre est propice,il m'aide s'il est logique qu'il le fasse,les soirs les jours ou il n'est pas complètement à plat et les jours ou il ne travaille pas. QU'ALLAH nous guide inshALLAH


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :