• *Réciter du coran après l’enterrement d’une personne*

    Question :

     

    Quel est le jugement concernant le fait de lire la sourate « Yassin » après l’enterrement d’une personne ?

     

     

    Réponse :

     

    Réciter la sourate « Yassin » près de la tombe du défunt est une innovation qui n’a aucun fondement religieux.

     

    De la même manière, la récitation du Qor’ân après l’enterrement d’une personne ne fait pas partie de la Sounnah, bien plus, cela est une innovation.

     

    A ce sujet, lorsque le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) participait à un enterrement, il se tenait devant le défunt et disait :

     

    « Demandez le pardon pour votre frère, et demandez pour lui l’apaisement, car certes, il est en ce moment même interrogé. »

     

    Et il n’a pas été rapporté de lui qu’il récitait sur la tombe, ou qu’il ait pu ordonner cela. [1 ]

     

    Notes

    [1 ] Madjmu’ Fatâwa de Ibn ‘Uthaymîn, 17/222

     

    copié de manhajulhaqq.com

    Cheikh Mouhammad Ibn Salih Ibn ’Outheymine

     

    Réciter du coran après l’enterrement d’une personne

    « *Le Khol**Quelle est la cause de l'augmentation de la Foi (îmân) ?* »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    bashkim
    Mardi 4 Novembre 2014 à 02:03
    Est ce que on peut reciter la sourate yasin avant
    la mort d'une personne ou le coran.
    2
    tarik
    Mardi 12 Mai 2015 à 19:12
    Écouter islam ibn ahmad il est spécialisé dans le hadith et sur ce sujet je trouve que vous donnez qu'une seule version
    3
    IBRAHIM
    Lundi 14 Septembre 2015 à 16:25

    Et c'est qui, qui dit que c'est une innovation. Sortez des preuves solides aux lieux d'égarer les gens. Donnez plusieurs version de savants et commentez pas selon vos passions. Est-ce qu'il y a un avis unanime des savants sur la question.

      • Keyran
        Mardi 22 Décembre 2015 à 23:40

        Salam waleykoum , moi je penses que faut bien faire attention a tout ce qu'on entend par ci et par la, ''les savants'' ont dit ou auraient dit ... certes il n'est pas question de jugement, moi honnetement je respecte vraiment les savants , mais vous savez quand il ya quelque chose qui apparait il faut faire attention comme je l'ai dit, particulièrement moi quand  je veux etre sur qu'une chose est preferable de faire ou de laisser je me refaire au niveau de la troisième generation dont le prophete (Paix , salutation prière et benediction d'Allah sur lui) a fait les eloges, puis je monte a la deuxième generation pour verifier jusqu'a arriver aux Califes bien guidé, et Jusqu'Au Prophete, Si certaines pratiques sont faites sa sera claire que les compagnons les feraient, une chose nous ne somme pas MEILLEURS QUE LES COMPAGNONS DU PROPHETE(PAix, Salutation prière et benediction d'Allah sur lui) et faire attention il nous a mis en garde contre toute innovation, il na pas manquer de faire passeeer TOUT LE MESSAGE de la révélatio, il a bien dit 

        Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.


        D'après Jabir Ibn Abdillah (qu'Allah les agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) avait l'habitude de dire dans ses sermons après avoir loué Allah et lui avoir fait des éloges par ce qu'il mérite: « Celui que Allah guide personne ne peut l'égarer, et celui que Allah a égaré personne ne peut le guider. Certes la parole la plus véridique est le livre d'Allah et la meilleure guidée est la guidée de Muhammad. Certes les plus mauvaises choses sont les choses nouvelles et chaque chose nouvelle est innovation, et chaque innovation est égarement et chaque égarement est en enfer ».
        Rapporté par Nasai 

         

        si il yavait une bonne innovation il n'aurait pas manquez de le dire certe il a été formel, il ne faut pas chercher , ah mais untel a dit, untel a fait, as tu vu avec une chaine authentique claire que les califes ont faits tel ou tel ? ou Le Prophète (Paix, salutation, prières et Benediction d'Allah sur lui) faire tel ?? J'ai fait un tour de la question et a chaque fois a propo de reciter le coran  est toujours proposer par les contemporains , or Rassoulallah(SalaAllah Aleyhi wa Salam) a dit 

        Selon Abou Hourayra (RadhiAllah Anhou), : «Quand l'homme (ou la femme) meurt, son oeuvre s'arrête

        sauf dans trois choses:

        1. Un bien qu'il a légué en aumônes continues.

        2. Une oeuvre scientifique dont les gens tirent profit.

        3. Un enfant vertueux qui prie pour lui ou qui, par ses bonnes actions, pousse les gens à lui bénir ses parents». (Rapporté parMoslem)

        Ya t-il autre chose concernant la recitation du coran pour lui sur sa sa tombe ??

         

        Ce que l'on récite dans la prière des morts

        On dit quatre fois de suite: «Allàhou akbar». (Dieu est plus grand).

        1. Après la première fois on dit: «Je me mets sous la protection de Dieu contre le Diable lapidé», puis on récite le premier

        chapitre du Coran (Al Fàtiha).

        2. Après la deuxième fois on dit: «Seigneur Dieu! Bénis Mohammad et ceux qui appartiennent à Mohammad», et le mieux est

        de terminer par cette formule: «... comme Tu as béni Abrahàm...», jusqu'aux mots: «Tu es digne de louange et de

        glorification». On ne dit pas comme le font la plupart des gens peu avertis: «Dieu et Ses Anges bénissent le Prophète...»

        (Chapitre 33— verset 56) car la prière n'est pas valable si l'on s'en tient à ce verset.

        3. Après la troisième fois on invoque Dieu pour le mort et pour les Musulmans selon la formule qu'on indiquera dans les

        Hadiths suivants, si Dieu exalté veut.

        4. Après la quatrième fois on invoque Dieu et de préférence comme suit: «Seigneur Dieu! Ne nous prive pas de son salaire et

        ne nous tente pas après lui. Absous-nous ainsi que lui». Il est bon de prolonger les invocations contrairement à ce qu'on fait

        en général, comme l'affirme le Hadith de Ibn Abi 'Awf que nous citerons plus loin, si Dieu le Très-Haut veut. Pour ce qui est

         

        des invocations qu'on prononce à la troisième fois, en voici quelques formules de ce qu'on a hérité:

        935. "Awf Ibn Màlek (das) a dit: «Le Messager de Dieu a prié une fois sur un mort. Parmi les invocations qu'il a

        prononcées, j'ai retenu ceci: «Seigneur Dieu! Absous-le et donne-lui Ta miséricorde. Donne-lui le salut et Ton pardon.

        Installe-le dans une demeure généreuse. Elargis sa tombe et lave-le avec l'eau, la neige et la grêle (symboles de la miséricorde

        divine). Nettoie-le de ses péchés comme tu as nettoyé le vêtement blanc de sa saleté. Donne-lui en remplacement de sa

        maison (ici-bas) une maison meilleure qu'elle et donne-lui une famille meilleure que la sienne et une épouse meilleure que la

        sienne. Introduis-le au Paradis et préserve-le des tourments de la tombe et des tourments de l'Enfer». Si bien que j'ai souhaité

        être à la place de ce mort». (Rapporté par Moslem)

        936. Selon Abou Hourayra (das), Abou Qatàda (das) et Abou Ibràhim Al Ashhali d'après son père qui fut compagnon du

        Prophète , le Prophète pria une fois sur un mort et dit: «Seigneur Dieu! Absous notre vivant et notre mort,

        notre jeune et notre vieux, notre homme et notre femme, notre présent et notre absent. Seigneur Dieu! Celui d'entre nous

        que Tu maintiens en vie, fais-le vivre conformément à l'Islam et celui d'entre nous dont tu as repris l'âme, fais-le mourir dans

        la foi. Seigneur Dieu! Ne nous prive pas de son salaire et ne nous tente pas après lui!» (Rapporté par Attirmidhi et Abou

        Dawûd)

        937. Abou Hourayra (das) rapporte: «J'ai entendu le Messager de Dieu dire: «Quand vous priez sur un mort, soyez

        sincères dans vos invocations pour lui». (Rapporté par Abou Dawùd)

        938. Selon lui encore, le Prophète pria sur un mort et dit: «Seigneur Dieu! Tu es son Seigneur et Maître. C'est Toi qui

        l'as créé. C'est Toi qui l'as guidé à l'Islam. C'est Toi qui lui as repris son âme. C'est Toi qui connais le mieux ce qu'il a fait en

        secret et ce qu'il a fait en public. Nous voici donc venus à Toi pour intercéder en sa faveur. Absous-le». (Rapporté par Abou

        Dawùd)

        939. Wàthila Ibn Asqa' (das) rapporte; «Le Messager de Dieu a présidé à notre prière sur un mort d'entre les

        Musulmans. Je l'y ai entendu dire: «Seigneur Dieu! Untel, fils d'untel, est sous Ta protection et à l'ombre de Ton voisinage.

        Préserve-le donc de la tentation de la tombe et des tourments du Peu. Tu es digne de loyauté et de louange. Seigneur Dieu!

        Absous-le et donne-lui Ta miséricorde. C'est Toi l'Absoluteur et Le Miséricordieux infinis». (Rapporté par Abou Dawùd)

         

        selon la logique on lit le Coran pour le comprendre le mediter et l'appliquer ou faut-il le lire pour des morts???? faire une oeuvre autre que pour Allah est du SHIRK

        c'etait juste une petite remarque, wa Allah Aalam qu'Allah nous donne la bonne comprehension et nous guide vers ce qui est plus correcte Allahouman Amine

    4
    IBRAHIM
    Lundi 14 Septembre 2015 à 17:43

    Et Al Imâm 'Abdu Llâh Ibn 'Alawî Al Haddâd (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit également : « On doit également réciter la Sourate Yâ Sîn pour lui (le défunt). [Un hadîth authentique dit] : « Récitez Yâ Sîn pour les morts. » [Abû Dâwud]. On a dit que cela rend le départ de l'âme plus facile, car la mort, même si elle s'accompagne de détresse et d'agonie, peut être rendue plus facile et plus supportable à certains croyants. Il est rapporté que l'Ange de la mort a dit : « Je suis compatissant et doux envers les croyants. ». » [Sabîl Ul Iddikar]. A ce titre, l'Imâm Ahmad Ibn Hanbal (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Abul Mughîrah nous rapporta que Safwân nous rapporta que les savants avaient l'habitude de dire : « Si Yâ Sîn est récitée sur le défunt, sa mort sera facilitée grâce à cela. ». » [Al Musnad

      • Keyran
        Mardi 22 Décembre 2015 à 23:43

        Salam waleykoum sinon je pourais avoir une preuve concrète avec les références des compagnons qui appliquaient cela ?? car si l'un deux ne pratiquaeint pas, je pense c'est sur que nous ne sommes pas meilleurs que et nous ne serons pas meilleurs qu'eux Alors...

    5
    IBRAHIM
    Lundi 14 Septembre 2015 à 17:44

    Il y a divergence au sein du Madh-hab Mâlikî sur le statut juridique de la lecture du Qur°ân auprès du mourant ou auprès de sa tombe. Certains déconseillent cela, d'autres la rendent simplement permise, et d'autres encore la recommandent.

     

    La plupart des Salaf la déconseillent tandis que la plupart des Khalaf la recommandent. Al Imâm 'Abdu Llâh Ibn Abî Zayd Al Qayrawânî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a ainsi dit : « Certains savants ont permis que l'on récite la Sourate Yâ Sîn à son chevet, bien que cela ne fût pas l'avis suivi par Mâlik. » [Ar Risâlah].

     

    Al Imâm Ahmad Ad Dardîr (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit également : « La récitation du Qur°ân après sa mort ou sur sa tombe est déconseillée, car cela ne faisait pas partie des habitudes des Salaf, mais les Khalaf considèrent qu'il n'y a aucun mal à lire le Qur°ân et faire du dhikr, puis ensuite destiner la récompense au défunt ; et il en recevra la récompense si Allâh le veut. Tel est l'avis des gens vertueux et des gens doués de dévoilements spirituels (les saints). » [Sharh Ul Kabîr].

     

    Al Imâm Muhammad Ibn Ahmad Ibn 'Arafah Ad Dusûqî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) commenta cela en disant : « Sa parole « car cela ne faisait pas partie des habitudes des Salaf » veut dire que lors d'un tel moment, leurs actes consistaient plutôt au fait de donner l'aumône et à la pratique de l'invocation [en faveur du mort], et non à la récitation du Qur°ân. L'auteur [Ahmad Ad Dardîr] a mentionné dans le chapitre du pèlerinage que le Madh-hab de l'Imâm Mâlik est que la récitation du Qur°ân auprès des tombes est déconseillée, et Ibn Abî Jamrah l'a également rapporté dans son Sharh Mukhtasar Al Bukhârî, dans lequel il dit ensuite : « Ceci car il nous est recommandé de méditer sur ce qui leur est dit (ce qui est dit aux morts par les Anges) et de méditer sur leur condition et ce qu'ils vivent, ainsi que sur ce qu'ils reçoivent dans ce monde [de la tombe]. », mais vu qu'il nous est également demandé de méditer sur les paroles du Qur°ân, il fallait donc bien annuler l'une des deux actions. » [Hâshiyah 'Alâ Sharh Il Kabîr].

     

    Telle est donc la raison pour laquelle les Salaf déconseillaient la récitation du Qur°ân auprès du défunt ou de sa tombe. Mais quoiqu'il en soit, cela n'est pas interdit et même conseillé par beaucoup de savants.

     

    Concernant la récitation du Qur°ân auprès des tombes, Al Imâm Abû 'Abdi Llâh Al Qurtubî Al Ansârî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Concernant la récitation du Qur°ân auprès des tombes, nos compagnons [les malikites] sont catégoriques sur le fait que cela est permis par la Sharî'ah, et d'autres [parmi les savants des autres écoles juridiques] ont dit la même chose. » [At Tadhkirah].

     

    C'est ainsi que l'Imâm Shâfi'ite Muhyi Ddîn An Nawawî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta que l'Imâm Ash Shâfi'î (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :« Il est recommandé de réciter une partie du Qur°ân auprès de lui, et si le Qur°ân est entièrement récité, alors cela sera encore mieux. » [Riyâd Us Sâlihîn].

     

    Et le Shaykh Hanafite Ya'qûb Ibn As Sayyid 'Alî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « [Celui qui se rend auprès d'une tombe] doit réciter la Sourate Yâ Sîn ou bien ce qu'il lui est facile de réciter du Qur°ân. Sache que Abû Hanîfah considère cela comme étant déconseillé, mais pas Muhammad [Ibn Al Hasan Ash Shaybânî]. » [Mafâtih Ul Jinân].

     

    Et l'Imâm Hanbalite Shams Ud Dîn Ibn Muflih Al Maqdisî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « La récitation auprès de la tombe ou dans un cimetière n'est pas déconseillée. Abû Bakr Al Qâdî ainsi que d'autres mentionnèrent cela et préférèrent cet avis. Et tel est l'avis du Madh-hab [Hanbalite] […] Il est authentiquement rapporté que Ibn 'Umar demanda à ce que les premiers et les derniers versets de Al Baqarah soient récités lors de son enterrement. Cela fut la cause de la rétractation de Ahmad qui pensait avant que cela était déconseillé. Al Khallâl et ses compagnons ont d'ailleurs dit que le Madh-hab [Hanbalite] n'avait qu'un seul et unique avis sur la question, à savoir que cela n'était pas déconseillé. » [Al Furû'].

     

    Cet avis trouve également sa source dans le Sahîh Muslim au sein duquel il est rapporté que le Prophète (que Le Salut et La Paix d'Allâh soient sur lui) a dit après avoir enterré deux musulmans et qu'il ait pris une branche humide de palmier, l'eut divisé en deux et eut fixé les deux parties sur les tombes de chacun : « Nous espérons que toute épreuve sera facilitée tant que les branches restent encore humides. »

     

    Al Qâdî 'Iyâd Ibn Mûsâ Al Yahsubî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit en commentant ce hadîth : « Les savants ont déduit de ce hadîth qu'il était recommandé (mustahabb) de réciter le Qur°ân sur les morts, car si l'épreuve peut être allégée par le tasbîh des branches qui ne sont que des objets, et étant donné la priorité du Qur°ân [sur tout dhikr], sa récitation sur les morts est alors une chose recommandée. » [Ikmâl Ul Mu'lim].

     

    Aussi, Al Imâm Abû Bakr Al Bayhaqî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta que l'Imâm Al 'Alâ° Ibn Al Lajlâj (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Mon père, Al Lajlâl Abû Khâlid, m'a dit : « Ô mon fils ! Lorsque je mourrai, mets-moi dans la tombe et dit : « Au Nom d'Allâh, selon la tradition de Son Messager. » Ensuite, replaces doucement la terre sur ma tombe. Puis, lis les premiers et les derniers versets de la Sourate Al Baqarah auprès de la tête, car j'ai entendu le Messager d'Allâh (que La Grâce et La Paix d'Allâh soient sur lui) recommander cela. ». » [Sunan Ul Kubrâ]. Et dans son Majmû' Uz Zawâ°îd, Al Imâm Ahmad Ibn Hajar Al Haythamî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) jugea les transmetteurs de ce récit comme étant tous fiables.

     

    Et le Shaykh Al Hâjj Mâlik Ibn 'Uthmân Sî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit dans son Ifhâm Ul Munkir Il Jânî : « Dans RûhUl Bayân, il est mentionné que Al Kharâ°itî a dit dans le Kitâb Uth Thubûr en commentant le verset : « En vérité, l'homme ne sera rétribué qu'en fonction de ce qu'il aura accompli » [Sourate 53 – Verset 39] : « Il 'était une habitude chez les Ansâr de réciter la Sourate Al Baqarah en allant enterrer un mort. ». »

     

    Plus loin, dans le même ouvrage, le Shaykh Al Hâjj Mâlik Ibn 'Uthmân Sî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit :

     

    « L'auteur des vers suivant a excellemment dit :

     

    زر والديك و قف على قبريهما فكأنني بك فد حملت اليهما

     

    « Visite tes parents et recueille-toi auprès de leurs tombes. Je m'imagine déjà te voir les rejoindre.

     

    و قرأت من آي الكتاب ب قدرما تستطيعه وبعثت ذاك إليهما

     

    Récite, dans la mesure du possible, des versets du Qur°ân pour le salut de leurs âmes. ». »

     

    Et Al Imâm 'Abdu Llâh Ibn 'Alawî Al Haddâd (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit également : « On doit également réciter la Sourate Yâ Sîn pour lui (le défunt). [Un hadîth authentique dit] : « Récitez Yâ Sîn pour les morts. » [Abû Dâwud]. On a dit que cela rend le départ de l'âme plus facile, car la mort, même si elle s'accompagne de détresse et d'agonie, peut être rendue plus facile et plus supportable à certains croyants. Il est rapporté que l'Ange de la mort a dit : « Je suis compatissant et doux envers les croyants. ». » [Sabîl Ul Iddikar].

     

    A ce titre, l'Imâm Ahmad Ibn Hanbal (qu'Allâh lui fasse miséricorde) a dit : « Abul Mughîrah nous rapporta que Safwân nous rapporta que les savants avaient l'habitude de dire : « Si Yâ Sîn est récitée sur le défunt, sa mort sera facilitée grâce à cela. ». » [Al Musnad].

     

    Et Al Imâm An Nawawî (qu'Allâh lui fasse miséricorde) rapporta également dans son Majmû' que certains parmi les Tâbi'în recommandaient de réciter la Sourate Ar Ra'd (13) pour celui qui était mourant.

     

    Que le croyant récite donc du Qur°ân en en donnant la récompense au mort et n'oublie pas de méditer profondément sur la bassesse de ce bas-monde et son caractère éphémère, sur le fait que la mort viendra le saisir tôt ou tard et à un moment qu'il ignore, et que le vrai sens de la vie ne se trouve que dans l'adoration d'Allâh (qu'Il soit glorifié et exalté) pratiquée selon la Sunnah du Messager d'Allâh (que La Grâce et La Paix d'Allâh soient sur lui) avec sincérité.

     

    Wa Llâhu a'lam.

     

    6
    hammar
    Vendredi 18 Septembre 2015 à 22:43

    il n'y a que halla qui peut dire le jour si il veux que tu soit a ces coté ma shallal ce jour là j'ai la foi en vers n'autre père a tous 



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :