• Retarder ou rassembler les prières*

    Lettre [Rissâlah] adressée à l’éminent SHeikh Muhammad Ibn Sâlih al-‘Uthaymîne (qu’Allâh le préserve) [1]

    Que la paix soit sur vous ainsi que la Miséricorde d’Allâh et Sa Bénédiction.

    Nous avons pu remarqué que beaucoup rassemblent les prières parmi les gens et qu’ils prennent cela à la légère. Est-ce que le froid constant par exemple est une excuse valable qui permettrait de rassembler les prières ?




    Réponse :

    Que la paix soit sur vous ainsi que la Miséricorde d’Allâh et Sa Bénédiction.

    Il n’est pas permis aux gens d’être insouciants quant au fait de rassembler [les prières], certes Allâh - Ta’âla - a dit :

    « Accomplissez la Salat (normalement), car la Salat demeure, pour les croyants, une prescription, à des temps déterminés. » [1]



    Et Il - Ta’âla - dit :

    « Accomplis la Salat au déclin du soleil jusqu’à l’obscurité de la nuit, et [fais] aussi la Lecture à l’aube, car la Lecture à l’aube a des témoins. » [2]



    Etant donné que la prière obligatoire est à faire à des temps déterminés, il est donc obligatoire de respecter son temps prescrit, tel qu’Allâh - Ta’âla - le dit :

    « Accomplis la prière au déclin du soleil » Jusqu’à la fin du verset.



    Le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) nous dit aussi : « Le temps de midi est quand le soleil décline et jusqu’à ce que l’ombre de l’homme corresponde à sa hauteur. Le temps du ‘Asr commence à partir de ce moment jusqu’à ce que la lumière du soleil devienne terne. Le temps du Maghreb demeure tant que le crépuscule est visible, alors que le temps du ‘Ishâ se prolonge jusqu’à minuit. » [3]




    Etant donné que le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a fixé les temps des prières dans le détail, il n’est donc plus permis d’agir autrement, car ce serait une transgression des limites [d’Allâh] :

    « Et ceux qui transgressent les ordres d’Allah, ceux-là sont les injustes. » [4]



    Celui qui a donc fait la prière avant son temps dû, sciemment, commet un péché et il doit refaire la prière, mais s’il ne sait pas qu’il a fait la prière avant son temps, il n’est pas pêcheur, mais il doit tout de même refaire sa prière. Cette règle s’applique à celui qui rassemble les deux prières sans raison reconnue par la loi, car certes la prière avancée de son temps n’est pas authentique et elle doit être refaite. Celui qui retarde la prière jusqu’à l’écoulement de son temps dû, sciemment, sans raison valable, commet un péché et sa prière n’est pas acceptée selon l’avis le plus dominant [sur la question]. Et cela est la règle pour ce qui est du rassemblement des deux prières après leurs temps sans raison reconnue par la loi, car certes la prière retardée n’est pas acceptée selon l’avis le plus dominant [sur la question].

    Le musulman se doit de craindre Allâh et de ne pas être insouciant sur cette grande affaire qui se veut être dangereuse.

    Il a été authentifié dans le Sahîh de Muslim d’après Ibn ‘Abbâs (radhiallâhu ‘anhumâ) que : « Le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) joignit ses prières du Dhuhr et du ‘Asr, et celle du Maghreb et du ‘Ishâ sans qu’il n’y ait de raison de crainte et de pluie. » Il n’y a pas de preuve dans ce hadîth quant au fait d’être insouciant sur cette affaire. Certes, Ibn ‘Abbâs (radhiallâhu ‘anhumâ) fût interrogé de la sorte : « Comment répondre à cela ? C’est-à-dire du cas du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) ? » Il dit : « C’est qu’il (le Prophète) ne voulait pas causer de tort à sa communauté. » [5] Cela est une preuve que la prière doit être faite en son temps, et que le musulman a le droit de joindre ses deux prières dans le cas d’une gêne, et s’il n’a pas de gêne, il doit obligatoirement faire ses prières en leurs temps fixes.

    Basé sur cela, le froid normal ne peut être une excuse permettant le rassemblement [des prières], sauf si celui-ci [le froid] empêche les gens de sortir pour la mosquée, ou que celui-ci est accompagné de neige et que cela cause un mal pour les gens.

    Certes mon conseil aux frères musulmans et particulièrement aux imâms, est de craindre Allâh sur cela, et de demander secours auprès Allâh afin qu’Il les aide à s’acquitter de leurs obligations de la manière qu’Il agrée. [6]

    Retarder ou rassembler les prières



    [1] Il était indiqué « hafidhahullâh » [qu’Allâh le préserve] de son vivant.

    [1] Coran, 4/103

    [2] Coran, 17/78

    [3] Rapporté par Muslim

    [4] Coran, 2/229

    [5] Rapporté par Muslim

    [6] Madjmu’ Fatâwa de SHeikh Ibn ‘Uthaymîn, 15/386-388

    « La science et les oeuvres pieuses *L’interdiction de célébrer les fêtes des mécréants »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It