• S’emporter contre les malheurs -

    Question :

    On interrogea son éminence le cheikh Ibn ‘Uthaymîn à propos de celui qui s’emporte et s’irrite quand le frappe un malheur .


    Réponse :

    Les réactions des gens face au malheur sont de quatre degrés :


    – Le premier degrés : L’exaspération qui a plusieurs variétés :


    Première variété : Quand cela vient du coeur , comme s’exaspérer sincèrement de son Seigneur et de s’emporter contre la volonté d’Allah .

    Il s’agit dans ce cas d’un péché qui pourrait entraîner le blasphème et la mécréance. Allah exalté soit-Il a dit :
    "Il est parmi les gens qui adorent Allah marginalement . S’il leur arrive un bien , ils s’en tranquillisent , et s’il leur arrive une épreuve , ils détournent leurs visage , perdant ainsi le bien d’ici-bas et de l’au-delà »
    (Sourate Al Hajj verset 11)


    Deuxième variété : Elle s’exprime par la langue , comme l’imprécation et autres .Cela et interdit .

    Troisième variété : Elle se manifeste par les gestes , comme de se griffer le visage , de déchirer ses vêtements et de s’arracher les cheveux et autres manifestations de ce genre . Tout cela constitue un péché en ce qu’il contrevient à notre devoir d’être patient à la peine .


    – Deuxième degrés : La patience , dont le poète a si bien dit :


    La patience est , comme l’indique son nom , amère au goût
    Mais ses conséquences sont plus douces que le miel .
    L’individu sent le poids de son malheur mais il le supporte , il déteste ce qu’il lui arrive mais il est protégé par sa foi contre toute exaspération et toute révolte contre le mauvais sort. Il ne lui est pas égal d’être l’objet du malheur ou de ne l’être pas mais il prend son mal en patience , et cela est pour lui un devoir sacré. Allah exalté soit-Il a ordonné d’être patient :
    » Et soyez endurants , car Allah est avec les endurants »
    (Sourate Al Anfâl verset 46)


    – Troisième degrés : L’acceptation volontaire par l’homme du malheur qui le frappe de sorte que , pour lui , que cela soit arrivé ou non constitue la même chose.

    S’il supporte très bien le poids du malheur et ne s’en plaint pas , cela est méritoire mais n’est point un devoir , d’après l’avis de la majorité des savants .

    La différence entre ce degré et le degré précédent est claire : Malheur ou pas , c’est également accepté par celui-ci , tandis que pour le précédent , le malheur est difficile à supporter mais on le prend en patience .


    – Quatrième degré : Adresser les louanges à Allah , c’est le plus haut degré .

    Cela consiste à remercier Allah quand on est frappé par un malheur , car on a su par là que ce n’est qu’une épreuve par laquelle Il expie nos péchés , et peut-être on multiplie ses bonnes oeuvres . Le Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam a dit :
    » Il n’est aucun malheur dont Allah ne rachète les péchés du musulman , fût-ce l’égratignure d’une épine ‘
    (Hadith rapporté par Al Bukharî 5640 et Muslim 2572)


    (Source : Cheikh Uthaymin rahimahu Allah : Recueils de fatwas et de traités vol 2 p.109-111)

     

    S’emporter contre les malheurs -

     

    « La ‘awra de la femme devant ses mahârims -Remède contre les doutes - »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :