• Six Choses te suffisent

    Le célèbre ascète Shaqîq Al BalKhî dit un jour à son disciple Hâtim Al Asamm : « Qu’as-tu appris de moi depuis que tu m’as accompagné (depuis 30 ans) ? »

     

    Hâtim lui répondit : Six choses » et il me les a énumérer :



    La première : j’ai constaté que les gens sont dans le doute quant à la garantie de leur subsistance. C’est pourquoi ils sont avares de bien qu’ils possèdent et s’y attachent énormément. J’ai alors placé ma confiance à Allah le Très-Haut qui a dit : « Il n’est aucun être évoluant sur terre dont la subsistance n’incombe à Allah… » (sourate 11 verset 6). Puisque je fais partie des êtres évoluant sur terre, mon cœur ne s’est pas préoccupé ce dont le Puissant et l’Inébranlable s’est chargé.
    - Parfait, dit Al Balkhî !

    La deuxième : continua Hâtim : j’ai constaté que tout homme à un ami à qui il livre ses secrets et ne le soutient pas quand il est victime d’un revers de fortune. J’ai alors adopté comme confident l’œuvre pie afin qu’il soit mon grand soutient lorsque je rendrais des comptes à Allah le Très haut, qu’il m’affermisse lorsque je comparaîtrai devant Allah le Très-Haut et qu’il m’accompagne lors de mon passage sur le pont jeté sur l’enfer- sirât-.
    - Parfait !

    La troisième : J’ai constaté que chaque homme a un ennemi. J’ai bien réfléchi à ce sujet et je me suis aperçu que celui qui m’a calomnié, ou agi injustement à mon égard, ou m’a fait du mal, n’est pas mon ennemi, parce qu’il n’a fait que de me faire présent de ses bonnes actions et de me délivrer de mes péchés pour les endosser à ma place. Mon vrai ennemi est celui qui, quand il me voit en train d’accomplir une œuvre pie, me pousse à désobéir à Allah le Très Haut et me tente. Or cet ennemi n’est autre que satan, ce bas monde et la passion. Je les alors pris comme ennemi. Je me suis mis sur mes gardes et j’ai préparé l’équipement nécessaire pour les combattre, afin d’influencer aucun d’eux de près ou de loin.
    - Parfait !

    La quatrième : j’ai constaté que tout homme est sollicité et que l’ange de la mort est le solliciteur. J’ai dépouillé mon âme de toutes les attaches de la vie pour le rencontrer. Ainsi lorsqu’il viendra, je serais prêt à l’accompagner.
    - Parfait !

    La cinquième : j’ai observé les gens qui s’aiment et les gens qui se détestent et j’ai constaté que l’homme est incapable d’attirer le moindre profit à celui qu’il aime, ni de repousser de lui le moindre mal. J’ai cherché les causes de l’amour et de la haine. Je me suis alors débarrassé de celle-ci en éliminant toutes les attaches qui existent entre elles et moi. Ces attaches ne sont autres que les passions et les désirs concupiscents. J’ai pu ainsi aimer tous les musulmans si bien que j’agréer pour eux ce que j’agréer pour moi-même.
    - Parfait !

    La sixième : j’ai constaté que tout habitant doit quitter un jour son habitation vers sa tombe. J’ai alors préparé pour ce jour tout ce que j’ai pu comme œuvres qui me réconforteront dans cette nouvelle demeure (la tombe) après laquelle il n’y a d’autre demeure que le Paradis ou l’Enfer.


    Ces vertus te suffisent largement, lui dit Al Balkhî. Il te reste de mettre en pratique tout cela jusqu’à ta mort.



    Histoire tirée du livre de Shaykh Mahmû Al Misrî

    « Histoires Merveilleuses et Inédites »

    Récit des Contemporains et des Pieux Prédécesseurs

    « La Cigarette et son commerceEmouvant: La réaction d'un voleur lorsqu'il voit qu'il a volé un Coran »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :