• *Sourate 18 : Al Kahf (La caverne)*

    La sourate Al-Kahf comprend quatre histoires: celle des gens de la caverne, celle du propriétaire des deux jardins, celle de Moïse et Al-Khidr, et celle de Dhul-Qarnayn. 

    Quelques versets viennent commenter chacune d’elle à sa fin. 

     

     

     

    Le bienfait et le mérite de sourate Al-Kahf

     

    Le Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) dit : “Celui qui lit sourate Al-Kahf le vendredi ou durant le vendredi, Allah lui allumera une lumière qui ira de sous ses pieds jusqu’au plus haut du ciel.” 

     

    Il a dit également : “Celui qui lira les dix derniers versets de sourate Al-Kahf sera protégé de Ad-Dajjâl (l’Antéchrist). 

     

    Et dans un troisième hadith : “Que celui qui se trouvera en sa présence –c’est à dire devant Ad-Dajjâl – lise les versets du début de sourate Al-Kahf.” 

     

    Quelle est donc la relation entre sourate Al-Kahf et Ad-Dajjâl et quel rapport y a-t-il entre les quatre histoires racontées dans cette sourate ? Voyons-le rapidement. 

     

    Al-Bara' ben Azeb a dit : 'Un homme lisait la sourate 'La Caverne', et avait un cheval attaché par deux cordes, un nuage vint le couvrir et s'abaissa peu à peu. Le cheval fut effarouché. Au matin cet homme vint trouver le Prophète Mohamed et lui raconta ce qui s'etait passé. Il lui répondit : ' C'est une sérénité, qui est descendue grâce à la récitation du Coran' 

     

    Rapporté par Al-Bokhari et Mouslem 

     

     

     

    La caverne de la miséricorde

     

    La première histoire est celle de jeunes hommes qui croyaient en Allah (que Son nom soit glorifié et exalté) et invitaient vers Lui malgré le roi tyran et incroyant qui gouvernait leur village. Ils présentaient leur doctrine aux gens qui la refusaient : 

     

    “Nous avons fortifié leurs cœurs lorsqu’ils s’étaient levés pour dire: «Notre Seigneur est le Seigneur des cieux et de la terre: jamais nous n’invoquerons de divinité en dehors de Lui, sans quoi, nous transgresserions dans nos paroles.* Voilà que nos concitoyens ont adopté en dehors de Lui des divinités. Que n’apportent-ils sur elles une preuve évidente? Quel pire injuste, donc que celui qui invente un mensonge contre Allah?” 

    versets 14, 15

     

    Ces jeunes hommes étaient traités de menteurs et persécutés à cause de leur invitation à la religion et Allah leur inspira de se réfugier dans la caverne : 

     

    “ ... réfugiez-vous donc dans la caverne: votre Seigneur répandra de Sa miséricorde sur vous et disposera pour vous un adoucissement à votre sort.” 

    verset 16

     

    Allah les soutint avec de grands miracles et ils demeurèrent dans la caverne : 

     

    “... trois cents ans et en ajoutèrent neuf (années).” 

    verset 25

     

    “ Tu aurais vu le soleil, quand il se lève, s’écarter de leur caverne vers la droite, et quand il se couche, passer à leur gauche, tandis qu’eux-mêmes sont là dans une partie spacieuse (de la caverne)...” 

    verset 17

     

    “ Et tu les aurais cru éveillés, alors qu’ils dorment. Et Nous les tournons sur le côté droit et sur le côté gauche ... ” 

    verset 18

     

    Tous ces miracles étaient dans le but de préserver ces jeunes hommes jusqu’à leur réveil trois cent neuf ans plus tard afin qu’ils constatent que tous les gens étaient devenus croyants dans une société pleine de foi. 

     

     

     

    L’arrogance qui ébranle les principes

     

    La seconde histoire est celle d’un homme auquel Allah a donné des bienfaits qui lui ont fait oublier le donneur et dépasser la mesure dans la mise en cause et le doute en ce qui concerne les bases de la foi : 

     

    “Donne-leur l’exemple de deux hommes: à l’un d’eux Nous avons assigné deux jardins de vignes que Nous avons entourés de palmiers et Nous avons mis entre les deux jardins des champs cultivés * Les deux jardins produisaient leur récolte sans jamais manquer. Et Nous avons fait jaillir entre eux un ruisseau* Et il avait des fruits et dit alors à son compagnon avec qui il conversait: «Je possède plus de biens que toi, et je suis plus puissant que toi grâce à mon clan». * Il entra dans son jardin coupable envers lui-même [par sa mécréance]; il dit: «Je ne pense pas que ceci puisse jamais périr” 

    versets 32-35

     

    Il a été mis à l’épreuve par les biens et il a oublié d’avoir recours à Allah (que Son nom soit glorifié et exalté) : 

     

    “et je ne pense pas que l’Heure viendra. Et si on me ramène vers mon Seigneur, je trouverai certes meilleur lieu de retour que ce jardin.* Son compagnon lui dit, tout en conversant avec lui: «Serais-tu mécréant envers Celui qui t’a créé de terre, puis de sperme et enfin t’a façonné en homme»? ” 

    versets 36, 37

     

    Cela jusqu’à la perte de cet homme infatué par ses biens : 

     

    “Et sa récolte fut détruite et il se mit alors à se tordre les deux mains à cause de ce qu’il y avait dépensé, cependant que ses treilles étaient complètement ravagées. Et il disait: «Que je souhaite n’avoir associé personne à mon Seigneur!»” 

    verset 42. 

     

     

     

    Comment se comporter avec l’ordonnance d’Allah

     

    La troisième histoire est celle du prophète Moïse (la paix sur lui) avec Al-Khidr. Un homme de son peuple lui avait demandé quelle était la personne la plus savante sur Terre. Pensant l’être, puisqu’il était un des prophètes messagers, il leur avait répondu que c’était lui. 

    Mais Allah lui révéla qu’il y avait des hommes plus savants que lui et lui demanda d’aller rencontrer l’un de ces hommes au confluent des deux fleuves.

    Il fit un long bout de chemin et, tout fatigué à son arrivée, il dit à son valet : 

     

    “Apporte-nous notre déjeuner: nous avons rencontré de la fatigue dans notre présent voyage.” 

    verset 62 

     

    Il avait fait un grand effort pour atteindre l’homme pieux qui possédait une science rare, celle de la confiance en la puissance d’Allah et en Sa sagesse, qui permet de percevoir Son ordonnance et Ses décrets. 

    C’était pour cela que, avant de permettre à Moïse de l’accompagner, Al-Khidr lui avait posé ces conditions : 

     

    “Si tu me suis, dit [l’autre,] ne m’interroge sur rien tant que je ne t’en aurai pas fait mention.” 

    verset 70

     

    Moïse lui avait répondu : “Si Allah veut, tu me trouveras patient; et je ne désobéirai à aucun de tes ordres.” 

     

    Les deux compagnons connaîtront trois incidents en apparence immérités et iniques. 

    Al-Khidr (la paix sur lui) avait : 

    1. Endommagé le bateau, à cause de la présence d’un roi tyran qui s’emparait des bateaux en bon état. 

    2. Tué le garçon qui était ingrat envers ses parents et les surmenait avec sa désobéissance. 

    3. Construit le mur sans rémunération, seul moyen pour préserver le trésor appartenant à deux orphelins, dans la ville d’où les habitants les avaient chassés. 

     

     

    Ces trois histoires ont en commun le fait que la sagesse d’Allah n’y est pas visible, car ce qui apparaît semble injustifié. 

    Le croyant apprend ainsi qu’Allah ordonne des choses dont nous ne percevons pas la sagesse. 

    Ce qui apparaît comme un malheur, peut en réalité être la source d’un bien. 

    C’est une science qui ne se trouve pas dans les livres et qu’Allah nous apprend par l’intermédiaire de Moïse. 

     

     

     

    Nous avons affermi sa puissance sur terre 

     

    La dernière histoire est celle de Dhul-Qarnayn, le roi juste qui répandait la vérité, la justice et le bien sur Terre et possédait des ressources matérielles, comme la science et la technologie, qui lui donnaient le pouvoir et le succès. 

     

    “Vraiment, Nous avons affermi sa puissance sur terre, et Nous lui avons donné libre voie à toute chose.” 

    verset 84

     

    Il parcourait la Terre d’est en ouest pour l’emplir de justice et de bienfaisance et répandre la sagesse parmi les peuples. Il finit par arriver chez des gens qui ne comprenaient presque aucun langage et qui lui dirent : “Ô Dul-Qarnayn, les Ya’juj et les Ma’juj commettent du désordre sur terre. Est-ce que nous pourrons t’accorder un tribut pour construire une barrière entre eux et nous? ” 

    verset 94

     

    Dhul-Qarnayn aurait pu le faire lui-même, pourtant il leur demanda de l’aider pour leur apprendre à avoir une attitude positive : 

     

    “Aidez-moi donc avec votre force et je construirai un remblai entre vous et eux.” 

    verset 95

     

    Il bâtit la muraille qui se tient debout jusqu’à ce jour et grâce à laquelle nous ne connaissons pas le lieu des Ya’ jûj et des Ma’ jûj qui n’apparaîtront qu’à la venue de l’Heure. 

     

     

     

    La relation entre les quatre histoires

     

    Nous devons savoir que le Coran ne nous raconte pas des histoires sans rapport les unes avec les autres. Bien au contraire, elles servent toutes à construire et appuyer une certaine idée. Ainsi, dans cette sourate, l’histoire de Moïse ne fait allusion ni à Pharaon ni au bâton parce que ces éléments du récit ne servent pas son but. Quel est donc le thème commun, le fil directeur de ces quatre histoires ? Nous remarquons qu’elles traitent toutes des principales épreuves de la vie : 

     

    1. La religion : 

    L’homme est éprouvé dans sa religion et s’en éloigne parce qu’il est agressé, tyrannisé ou effrayé. C’est le genre d’épreuve que les gens de la caverne ont traversé avec succès. 

     

    2. Les biens : 

    Ce fut l’épreuve du propriétaire des deux jardins qui était si infatué de ses biens qu’il renia la vie éternelle. 

     

    3. L’épreuve de la science : 

    L’homme est fier de sa science, pense que personne ne le dépasse et oublie l’humilité ou bien apprend ce qui est inutile ou nuisible à la société. L’histoire de Moïse avec Al-Khidr est un exemple de ce genre d’épreuve. Distrait, le premier a pensé que personne n’était plus savant que lui. Mais lorsqu’il a su qu’il y avait un homme plus savant que lui, il a parcouru un long chemin pour aller s’instruire avec l’humilité d’un étudiant : 

     

    “Puis-je te suivre, à la condition que tu m’apprennes de ce qu’on t’a appris concernant une bonne direction?” 

    verset 66

     

     

    4. Le pouvoir : 

    Que ce soit une civilisation puissante, la technologie, l’influence, le pouvoir, l’homme à qui une de ces formes de pouvoir est donnée est gagné par la vanité, et finit par oublier Allah et se transformer en oppresseur. Mais l’histoire de Dhul-Qarnayn nous montre un exemple tout à fait différent. C’est un chef juste, équitable envers les gens, qui sait que sa force est une faveur de la part d’Allah Seul : 

     

    “Il dit: «Quant à celui qui est injuste, nous le châtierons; ensuite il sera ramené vers son Seigneur qui le punira d’un châtiment terrible.* Il dit: «Quant à celui qui est injuste, nous le châtierons; ensuite il sera ramené vers son Seigneur qui le punira d’un châtiment terrible.»” 

    versets 87, 88

     

     “Il dit: «C’est une miséricorde de la part de mon Seigneur»” 

    verset 98

     

    Lecture Sourate Al Kahf - La Caverne

     

    18.1 Louange à Allah qui a fait descendre sur Son serviteur (Muhammad), le Livre, et n´y a point introduit de tortuosité (ambiguïté)! Al-Ĥamdu Lillāhi Al-Ladhī 'Anzala `Alá `Abdihi Al-Kitāba Wa Lam Yaj`al Llahu `Iwajā

     

    18.2 [Un livre] d´une parfaite droiture pour avertir d´une sévère punition venant de Sa part et pour annoncer aux croyants qui font de bonnes oeuvres qu´il y aura pour eux une belle récompense Qayyimāan Liyundhira Ba'sāan Shadīdāan Min Ladunhu Wa Yubashira Al-Mu'uminīna Al-Ladhīna Ya`malūna Aş-Şāliĥāti 'Anna Lahum 'Ajrāan Ĥasanāan

     

    18.3 où ils demeureront éternellement Mākithīna Fīhi 'Abadāan

     

    18.4 et pour avertir ceux qui disent: "Allah S´est attribué un enfant." Wa Yundhira Al-Ladhīna Qālū Attakhadha Allāhu Waladāan

     

    18.5 Ni eux ni leurs ancêtres n´en savent rien. Quelle monstrueuse parole que celle qui sort de leurs bouches! Ce qu´ils disent n´est que mensonge. Mmā Lahum Bihi Min `Ilmin Wa Lā Li'ābā'ihim Kaburat Kalimatan Takhruju Min 'Afwāhihim 'In Yaqūlūna 'Illā Kadhibāan

     

    18.6 Tu vas peut-être te consumer de chagrin parce qu´ils se détournent de toi et ne croient pas en ce discours! Fala`allaka Bākhi`un Nafsaka `Alá 'Āthārihim 'In Lam Yu'uminū Bihadhā Al-Ĥadīthi 'Asafāan

     

    18.7 Nous avons placé ce qu´il y a sur la terre pour l´embellir, afin d´éprouver (les hommes et afin de savoir) qui d´entre eux sont les meilleurs dans leurs actions 'Innā Ja`alnā Mā `Alá Al-'Arđi Zīnatan Lahā Linabluwahum 'Ayyuhum 'Aĥsanu `Amalāan

     

    18.8 Puis, Nous allons sûrement transformer sa surface en sol aride. Wa 'Innā Lajā`ilūna Mā `Alayhā Şa`īdāan Juruzāan

     

    18.9 Penses-tu que les gens de la Caverne et d´ar-Raquim ont constitué une chose extraordinaire d´entre Nos prodiges? 'Am Ĥasibta 'Anna 'Aşĥāba Al-Kahfi Wa Ar-Raqīmi Kānū Min 'Āyātinā `Ajabāan

     

    18.10 Quand les jeunes se furent réfugiés dans la caverne, ils dirent : "ô notre Seigneur, donne nous de Ta part une miséricorde; et assure nous la droiture dans tout ce qui nous concerne". 'Idh 'Awá Al-Fityatu 'Ilá Al-Kahfi Faqālū Rabbanā 'Ātinā Min Ladunka Raĥmatan Wa Hayyi' Lanā Min 'Amrinā Rashadāan

     

    18.11 Alors, Nous avons assourdi leurs oreilles, dans la caverne pendant nombreuses années. Fađarabnā `Alá 'Ādhānihim Fī Al-Kahfi Sinīna `Adadāan

     

    18.12 Ensuite, Nous les avons ressuscités, afin de savoir lequel des deux groupes saurait le mieux calculer la durée exacte de leur séjour. Thumma Ba`athnāhum Lina`lama 'Ayyu Al-Ĥizbayni 'Aĥşá Limā Labithū 'Amadāan

     

    18.13 Nous allons te raconter leur récit en toute vérité. Ce sont des jeunes gens qui croyaient en leur Seigneur; et Nous leurs avons accordé les plus grands moyens de se diriger [dans la bonne voie]. Naĥnu Naquşşu `Alayka Naba'ahum Bil-Ĥaqqi 'Innahum Fityatun 'Āmanū Birabbihim Wa Zidnāhum Hudáan

     

    18.14 Nous avons fortifié leurs coeurs lorsqu´ils s´étaient levés pour dire: "Notre Seigneur est le Seigneur des cieux et de la terre: jamais nous n´invoquerons de divinité en dehors de Lui, sans quoi, nous transgresserions dans nos paroles. Wa Rabaţnā `Alá Qulūbihim 'Idh Qāmū Faqālū Rabbunā Rabbu As-Samāwāti Wa Al-'Arđi Lan Nad`uwa Min Dūnihi 'Ilahāan Laqad Qulnā 'Idhāan Shaţaţāan

     

    18.15 Voilà que nos concitoyens ont adopté en dehors de Lui des divinités. Que n´apportent-ils sur elles une preuve évidente? Quel pire injuste, donc que celui qui invente un mensonge contre Allah? Hā'ulā' Qawmunā Attakhadhū Min Dūnihi 'Ālihatan Lawlā Ya'tūna `Alayhim Bisulţānin Bayyinin Faman 'Ažlamu Mimmani Aftará `Alá Allāhi Kadhibāan

     

    18.16 Et quand vous vous serez séparés d´eux et de ce qu´ils adorent en dehors d´Allah, réfugiez-vous donc dans la caverne: votre Seigneur répandra de Sa miséricorde sur vous et disposera pour vous un adoucissement à votre sort". Wa 'Idh A`tazaltumūhum Wa Mā Ya`budūna 'Illā Allāha Fa'wū 'Ilá Al-Kahfi Yanshur Lakum Rabbukum Min Raĥmatihi Wa Yuhayyi' Lakum Min 'Amrikum Mirfaqāan

     

    18.17 Tu aurais vu le soleil, quand il se lève, s´écarter de leur caverne vers la droite, et quant il se couche, passer à leur gauche, tandis qu´eux-mêmes sont là dans une partie spacieuse (de la caverne)... Cela est une des merveilles d´Allah. Celui qu´Allah guide, c´est lui le bien-guidé. Et quiconque Il égare, tu ne trouvera alors pour lui aucun allié pour le mettre sur la bonne voie. Wa Tará Ash-Shamsa 'Idhā Ţala`at Tazāwaru `An Kahfihim Dhāta Al-Yamīni Wa 'Idhā Gharabat Taqriđuhum Dhāta Ash-Shimāli Wa Hum Fī Fajwatin Minhu Dhālika Min 'Āyāti Allāhi Man Yahdi Allāhu Fahuwa Al-Muhtadi Wa Man Yuđlil Falan Tajida Lahu Walīyāan Murshidāan

     

    18.18 Et tu les aurais cru éveillés, alors qu´ils dorment. Et Nous les tournons sur le côté droit et sur le côté gauche, tandis que leur chien est à l´entrée, pattes étendues. Si tu les avais aperçus, certes tu leur aurais tourné le dos en fuyant; et tu aurais été assurément rempli d´effroi devant eux Wa Taĥsabuhum 'Ayqāžāan Wa Hum Ruqūdun Wa Nuqallibuhum Dhāta Al-Yamīni Wa Dhāta Ash-Shimāli Wa Kalbuhum Bāsiţun Dhirā`ayhi Bil-Waşīdi Lawi Aţţala`ta `Alayhim Lawallayta Minhum Firārāan Wa Lamuli'ta Minhum Ru`bāan

     

    18.19 Et c´est ainsi que Nous les ressuscitâmes, afin qu´ils s´interrogent entre eux. L´un parmi eux dit: "Combien de temps avez-vous demeuré là?" Ils dirent: "Nous avons demeuré un jour ou une partie d´un jour". D´autres dirent: "Votre Seigneur sait mieux combien [de temps] vous y avez demeuré. Envoyez donc l´un de vous à la ville avec votre argent que voici, pour qu´il voit quel aliment est le plus pur et qu´il vous apporte de quoi vous nourrir. Qu´il agisse avec tact; et qu´il ne donne l´éveil à personne sur vous. Wa Kadhalika Ba`athnāhum Liyatasā'alū Baynahum Qāla Qā'ilun Minhum Kam Labithtum Qālū Labithnā Yawmāan 'Aw Ba`đa Yawmin Qālū Rabbukum 'A`lamu Bimā Labithtum Fāb`athū 'Aĥadakum Biwariqikum Hadhihi 'Ilá Al-Madīnati Falyanžur 'Ayyuhā 'Azká Ţa`āmāan Falya'tikum Birizqin Minhu Wa Līatalaţţaf Wa Lā Yush`iranna Bikum 'Aĥadāan

     

    18.20 Si jamais ils vous attrapent, ils vous lapideront ou vous feront retourner à leur religion, et vous ne réussirez alors plus jamais". 'Innahum 'In Yažharū `Alaykum Yarjumūkum 'Aw Yu`īdūkum Fī Millatihim Wa Lan Tufliĥū 'Idhāan 'Abadāan

     

    18.21 Et c´est ainsi que Nous fîmes qu´ils furent découverts, afin qu´ils [les gens de la cité] sachent que la promesse d´Allah est vérité et qu´il n´y ait point de doute au sujet de l´Heure. Aussi se disputèrent-ils à leur sujet et déclarèrent-ils: "Construisez sur eux un édifice. Leur Seigneur les connaît mieux". Mais ceux qui l´emportèrent [dans la discussion] dirent: "Elevons sur eux un sanctuaire". Wa Kadhalika 'A`tharnā `Alayhim Liya`lamū 'Anna Wa`da Allāhi Ĥaqqun Wa 'Anna As-Sā`ata Lā Rayba Fīhā 'Idh Yatanāza`ūna Baynahum 'Amrahum Faqālū Abnū `Alayhim Bunyānāan Rabbuhum 'A`lamu Bihim Qāla Al-Ladhīna Ghalabū `Alá 'Amrihim Lanattakhidhanna `Alayhim Masjidāan

     

    18.22 Ils diront: "ils étaient trois et le quatrième était leur chien". Et ils diront en conjecturant sur leur mystère qu´ils étaient cinq, le sixième étant leur chien et ils diront: "sept, le huitième étant leur chien". Dis: "Mon Seigneur connaît mieux leur nombre. Il n´en est que peu qui le savent". Ne discute à leur sujet que d´une façon apparente et ne consulte personne en ce qui les concerne. Sayaqūlūna Thalāthatun Rābi`uhum Kalbuhum Wa Yaqūlūna Khamsatun Sādisuhum Kalbuhum Rajmāan Bil-Ghaybi Wa Yaqūlūna Sab`atun Wa Thāminuhum Kalbuhum Qul Rabbī 'A`lamu Bi`iddatihim Mā Ya`lamuhum 'Illā Qalīlun Falā Tumāri Fīhim 'Illā Mirā'an Žāhirāan Wa Lā Tastafti Fīhim Minhum 'Aĥadāan

     

    18.23 Et ne dis jamais, à propos d´une chose: "Je la ferai sûrement demain". Wa Lā Taqūlanna Lishay'in 'Innī Fā`ilun Dhālika Ghadāan

     

    18.24 sans ajouter: "Si Allah le veut", et invoque ton Seigneur quand tu oublies et dis: "Je souhaite que mon Seigneur me guide et me mène plus près de ce qui est correct". 'Illā 'An Yashā'a Allāhu Wa Adhkur Rabbaka 'Idhā Nasīta Wa Qul `Asá 'An Yahdiyani Rabbī Li'qraba Min Hādhā Rashadāan

     

    18.25 Or, ils demeurèrent dans leur caverne trois cent ans et en ajoutèrent neuf (années). Wa Labithū Fī Kahfihim Thalātha Miā'atin Sinīna Wa Azdādū Tis`āan

     

    18.26 Dis: "Allah sait mieux combien de temps ils demeurèrent là. A Lui appartient l´Inconnaissable des cieux et de la terre. Comme Il est Voyant et Audient! Ils n´ont aucun allié en dehors de Lui et Il n´associe personne à Son commandement Quli Allāhu 'A`lamu Bimā Labithū Lahu Ghaybu As-Samāwāti Wa Al-'Arđi 'Abşir Bihi Wa 'Asmi` Mā Lahum Min Dūnihi Min Wa Līyin Wa Lā Yushriku Fī Ĥukmihi 'Aĥadāan

     

    18.27 Et récite ce qui t´a été révélé du Livre de ton Seigneur. Nul ne peut changer Ses paroles. Et tu ne trouvera, en dehors de Lui, aucun refuge Wa Atlu Mā 'Ūĥiya 'Ilayka Min Kitābi Rabbika Lā Mubaddila Likalimātihi Wa Lan Tajida Min Dūnihi Multaĥadāan

     

    18.28 Fais preuve de patience [en restant] avec ceux qui invoquent leur Seigneur matin et soir, désirant Sa Face. Et que tes yeux ne se détachent point d´eux, en cherchant (le faux) brillant de la vie sur terre. Et n´obéis pas à celui dont Nous avons rendu le coeur inattentif à Notre Rappel, qui poursuit sa passion et dont le comportement est outrancier. Wa Aşbir Nafsaka Ma`a Al-Ladhīna Yad`ūna Rabbahum Bil-Ghadāati Wa Al-`Ashīyi Yurīdūna Wajhahu Wa Lā Ta`du `Aynāka `Anhum Turīdu Zīnata Al-Ĥayāati Ad-Dunyā Wa Lā Tuţi` Man 'Aghfalnā Qalbahu `An Dhikrinā Wa Attaba`a Hawāhu Wa Kāna 'Amruhu Furuţāan

     

    18.29 Et dis: "La vérité émane de votre Seigneur". Quiconque le veut, qu´il croit, et quiconque le veut qu´il mécroie". Nous avons préparé pour les injustes un Feu dont les flammes les cernent. Et s´ils implorent à boire on les abreuvera d´une eau comme du métal fondu brûlant les visages. Quelle mauvaise boisson et quelle détestable demeure! Wa Quli Al-Ĥaqqu Min Rabbikum Faman Shā'a Falyu'umin Wa Man Shā'a Falyakfur 'Innā 'A`tadnā Lilžžālimīna Nārāan 'Aĥāţa Bihim Surādiquhā Wa 'In Yastaghīthū Yughāthū Bimā'in Kālmuhli Yashwī Al-Wujūha Bi'sa Ash-Sharābu Wa Sā'at Murtafaqāan

     

    18.30 Ceux qui croient et font de bonnes oeuvres... vraiment Nous ne laissons pas perdre la récompense de celui qui fait le bien. 'Inna Al-Ladhīna 'Āmanū Wa `Amilū Aş-Şāliĥāti 'Innā Lā Nuđī`u 'Ajra Man 'Aĥsana `Amalāan

     

    18.31 Voilà ceux qui auront les jardins du séjour (éternel) sous lesquels coulent les ruisseaux. Ils y seront parés de bracelets d´or et se vêtiront d´habits verts de soie fine et de brocart, accoudés sur des divans (bien ornés). Quelle bonne récompense et quelle belle demeure! 'Ūlā'ika Lahum Jannātu `Adnin Tajrī Min Taĥtihimu Al-'Anhāru Yuĥallawna Fīhā Min 'Asāwira Min Dhahabin Wa Yalbasūna Thiyābāan Khuđrāan Min Sundusin Wa 'Istabraqin Muttaki'īna Fīhā `Alá Al-'Arā'iki Ni`ma Ath-Thawābu Wa Ĥasunat Murtafaqāan

     

    18.32 Donne-leur l´exemple de deux hommes: à l´un d´eux Nous avons assigné deux jardins de vignes que Nous avons entourés de palmiers et Nous avons mis entre les deux jardins des champs cultivés. Wa Ađrib Lahum Mathalāan Rajulayni Ja`alnā Li'ĥadihimā Jannatayni Min 'A`nābin Wa Ĥafafnāhumā Binakhlin Wa Ja`alnā Baynahumā Zar`āan

     

    18.33 Les deux jardins produisaient leur récolte sans jamais manquer. Et Nous avons fait jaillir entre eux un ruisseau Kiltā Al-Jannatayni 'Ātat 'Ukulahā Wa Lam Tažlim Minhu Shay'āan Wa Fajjarnā Khilālahumā Naharāan

     

    18.34 Et il avait des fruits et dit alors à son compagnon avec qui il conversait: "Je possède plus de bien que toi, et je suis plus puissant que toi grâce à mon clan". Wa Kāna Lahu Thamarun Faqāla Lişāĥibihi Wa Huwa Yuĥāwiruhu 'Anā 'Aktharu Minka Mālāan Wa 'A`azzu Nafarāan

     

    18.35 Il entra dans son jardin coupable envers lui-même [par sa mécréance]; il dit: "Je ne pense pas que ceci puisse jamais périr, Wa Dakhala Jannatahu Wa Huwa Žālimun Linafsihi Qāla Mā 'Ažunnu 'An Tabīda Hadhihi 'Abadāan

     

    18.36 et je ne pense pas que l´Heure viendra. Et si on me ramène vers mon Seigneur, je trouverai certes meilleur lieu de retour que ce jardin. Wa Mā 'Ažunnu As-Sā`ata Qā'imatan Wa La'in Rudidtu 'Ilá Rabbī La'ajidanna Khayrāan Minhā Munqalabāan

     

    18.37 Son compagnon lui dit, tout en conversant avec lui: "Serais-tu mécréant envers Celui qui t´a créé de terre, puis de sperme et enfin t´a façonné en homme? Qāla Lahu Şāĥibuhu Wa Huwa Yuĥāwiruhu 'Akafarta Bial-Ladhī Khalaqaka Min Turābin Thumma Min Nuţfatin Thumma Sawwāka Rajulāan

     

    18.38 Quant à moi, c´est Allah qui est mon Seigneur; et je n´associe personne à mon Seigneur? Lakinnā Huwa Allāhu Rabbī Wa Lā 'Ushriku Birabbī 'Aĥadāan

     

    18.39 En entrant dans ton jardin, que ne dis-tu: "Telle est la volonté (et la grâce) d´Allah! Il n´y a de puissance que par Allah". Si tu me vois moins pourvu que toi en biens et en enfants, Wa Lawlā 'Idh Dakhalta Jannataka Qulta Mā Shā'a Allāhu Lā Qūwata 'Illā Billāhi 'In Tarani 'Anā 'Aqalla Minka Mālāan Wa Waladāan

     

    18.40 il se peut que mon Seigneur, bientôt, me donne quelque chose de meilleur que ton jardin, qu´Il envoie sur [ce dernier], du ciel, quelque calamité, et que son sol devienne glissant, Fa`asá Rabbī 'An Yu'utiyanī Khayrāan Min Jannatika Wa Yursila `Alayhā Ĥusbānāan Mina As-Samā'i Fatuşbiĥa Şa`īdāan Zalaqāan

     

    18.41 ou que son eau tarisse de sorte que tu ne puisses plus la retrouver". 'Aw Yuşbiĥa Mā'uuhā Ghawrāan Falan Tastaţī`a Lahu Ţalabāan

     

    18.42 Et sa récolte fut détruite et il se mit alors à se tordre les deux mains à cause de ce qu´il y avait dépensé, cependant que ses treilles étaient complètement ravagées. Et il disait: "Que je souhaite n´avoir associé personne à mon Seigneur!" Wa 'Uĥīţa Bithamarihi Fa'aşbaĥa Yuqallibu Kaffayhi `Alá Mā 'Anfaqa Fīhā Wa Hiya Khāwiyatun `Alá `Urūshihā Wa Yaqūlu Yā Laytanī Lam 'Ushrik Birabbī 'Aĥadāan

     

    18.43 Il n´eut aucun groupe de gens pour le secourir contre (la punition) d´Allah. Et il ne put se secourir lui-même. Wa Lam Takun Lahu Fi'atun Yanşurūnahu Min Dūni Allāhi Wa Mā Kāna Muntaşirāan

     

    18.44 En l´occurrence, la souveraine protection appartient à Allah, le Vrai. Il accorde la meilleure récompense et le meilleur résultat. Hunālika Al-Walāyatu Lillāhi Al-Ĥaqqi Huwa Khayrun Thawābāan Wa Khayrun `Uqbāan

     

    18.45 Et propose-leur l´exemple de la vie ici-bas. Elle est semblable à une eau que Nous faisons descendre du ciel; la végétation de la terre se mélange à elle. Puis elle devient de l´herbe desséchée que les vents dispersent. Allah est certes Puissant en toutes choses! Wa Ađrib Lahum Mathala Al-Ĥayāati Ad-Dunyā Kamā'in 'Anzalnāhu Mina As-Samā'i Fākhtalaţa Bihi Nabātu Al-'Arđi Fa'aşbaĥa Hashīmāan Tadhrūhu Ar-Riyāĥu Wa Kāna Allāhu `Alá Kulli Shay'in Muqtadirāan

     

    18.46 Les biens et les enfants sont l´ornement de la vie de ce monde. Cependant, les bonnes oeuvres qui persistent ont auprès de ton Seigneur une meilleure récompense et [suscitent] une belle espérance Al-Mālu Wa Al-Banūna Zīnatu Al-Ĥayāati Ad-Dunyā Wa Al-Bāqiyātu Aş-Şāliĥātu Khayrun `Inda Rabbika Thawābāan Wa Khayrun 'Amalāan

     

    18.47 Le jour où Nous ferons marcher les montagnes et où tu verras la terre nivelée (comme une plaine) et Nous les rassemblerons sans en omettre un seul. Wa Yawma Nusayyiru Al-Jibāla Wa Tará Al-'Arđa Bārizatan Wa Ĥasharnāhum Falam Nughādir Minhum 'Aĥadāan

     

    18.48 Et ils seront présentés en rangs devant ton Seigneur. "Vous voilà venus à Nous comme Nous vous avons créés la première fois. Pourtant vous prétendiez que Nous ne remplirions pas Nos promesses". Wa `Uriđū `Alá Rabbika Şaffāan Laqad Ji'tumūnā Kamā Khalaqnākum 'Awwala Marratin Bal Za`amtum 'Allan Naj`ala Lakum Maw`idāan

     

    18.49 Et on déposera le livre (de chacun). Alors tu verras les criminels, effrayés à cause de ce qu´il y a dedans, dire: "Malheur à nous, qu´a donc ce livre à n´omettre de mentionner ni pêché véniel ni pêché capital?" Et ils trouveront devant eux tout ce qu´ils ont oeuvré. Et ton Seigneur ne fait du tort à personne Wa Wuđi`a Al-Kitābu Fatará Al-Mujrimīna Mushfiqīna Mimmā Fīhi Wa Yaqūlūna Yā Waylatanā Māli Hādhā Al-Kitābi Lā Yughādiru Şaghīratan Wa Lā Kabīratan 'Illā 'Aĥşāhā Wa Wajadū Mā `Amilū Ĥāđirāan Wa Lā Yažlimu Rabbuka 'Aĥadāan

     

    18.50 Et lorsque Nous dîmes aux Anges: "Prosternez-vous devant Adam", ils se prosternèrent, excepté Iblis [Satan] qui était du nombre des djinns et qui se révolta contre le commandement de son Seigneur. Allez-vous cependant le prendre, ainsi que sa descendance, pour alliés en dehors de Moi, alors qu´ils vous sont ennemis? Quel mauvais échange pour les injustes! Wa 'Idh Qulnā Lilmalā'ikati Asjudū Li'dama Fasajadū 'Illā 'Iblīsa Kāna Mina Al-Jinni Fafasaqa `An 'Amri Rabbihi 'Afatattakhidhūnahu Wa Dhurrīyatahu 'Awliyā'a Min Dūnī Wa Hum Lakum `Adūwun Bi'sa Lilžžālimīna Badalāan

     

    18.51 Je ne les ai pas pris comme témoins de la création des cieux et de la terre, ni de la création de leurs propres personnes. Et Je n´ai pas pris comme aides ceux qui égarent Mā 'Ash/hadtuhum Khalqa As-Samāwāti Wa Al-'Arđi Wa Lā Khalqa 'Anfusihim Wa Mā Kuntu Muttakhidha Al-Muđillīna `Ađudāan

     

    18.52 Et le jour où Il dira: "Appelez ceux que vous prétendiez être Mes associés". Ils les invoqueront; mais eux ne leur répondront pas, Nous aurons placé entre eux une vallée de perdition. Wa Yawma Yaqūlu Nādū Shurakā'iya Al-Ladhīna Za`amtum Fada`awhum Falam Yastajībū Lahum Wa Ja`alnā Baynahum Mawbiqāan

     

    18.53 Et les criminels verront le Feu. Il seront alors convaincus qu´ils y tomberont et n´en trouveront pas d´échappatoire. Wa Ra'á Al-Mujrimūna An-Nāra Fažannū 'Annahum Muwāqi`ūhā Wa Lam Yajidū `Anhā Maşrifāan

     

    18.54 Et assurément, Nous avons déployé pour les gens, dans ce Coran, toutes sortes d´exemples. L´homme cependant, est de tous les êtres le plus grand disputeur Wa Laqad Şarrafnā Fī Hādhā Al-Qur'āni Lilnnāsi Min Kulli Mathalin Wa Kāna Al-'Insānu 'Akthara Shay'in Jadalāan

     

    18.55 Qu´est-ce qui a donc empêché les gens de croire, lorsque le guide leur est venu, ainsi que de demander pardon à leur Seigneur, si ce n´est qu´ils veulent subir le sort des Anciens, ou se trouver face à face avec le châtiment. Wa Mā Mana`a An-Nāsa 'An Yu'uminū 'Idh Jā'ahumu Al-Hudá Wa Yastaghfirū Rabbahum 'Illā 'An Ta'tiyahum Sunnatu Al-'Awwalīna 'Aw Ya'tiyahumu Al-`Adhābu Qubulāan

     

    18.56 Et Nous n´envoyons les messagers que pour annoncer la bonne nouvelle et avertir. Et ceux qui ont mécru disputent avec de faux arguments, afin d´infirmer la vérité et prennent en raillerie Mes versets (le Coran) ainsi que ce (châtiment) dont on les a avertis. Wa Mā Nursilu Al-Mursalīna 'Illā Mubashirīna Wa Mundhirīna Wa Yujādilu Al-Ladhīna Kafarū Bil-Bāţili Liyudĥiđū Bihi Al-Ĥaqqa Wa Attakhadhū 'Āyātī Wa Mā 'Undhirū Huzūan

     

    18.57 Quel pire injuste que celui à qui on a rappelé les versets de son Seigneur et qui en détourna le dos en oubliant ce que ses deux mains ont commis? Nous avons placé des voiles sur leurs coeurs, de sorte qu´ils ne comprennent pas (le Coran), et mis une lourdeur dans leurs oreilles. Même si tu les appelles vers la bonne voie, jamais il ne pourront donc se guider. Wa Man 'Ažlamu Mimman Dhukkira Bi'āyāti Rabbihi Fa'a`rađa `Anhā Wa Nasiya Mā Qaddamat Yadāhu 'Innā Ja`alnā `Alá Qulūbihim 'Akinnatan 'An Yafqahūhu Wa Fī 'Ādhānihim Waqrāan Wa 'In Tad`uhum 'Ilá Al-Hudá Falan Yahtadū 'Idhāan 'Abadāan

     

    18.58 Et ton Seigneur est le Pardonneur, le Détenteur de la miséricorde. S´il s´en prenait à eux pour ce qu´ils ont acquis. Il leur hâterait certes le châtiment. Mais il y a pour eux un terme fixé (pour l´accomplissement des menaces) contre lequel ils ne trouveront aucun refuge. Wa Rabbuka Al-Ghafūru Dhū Ar-Raĥmati Law Yu'uākhidhuhum Bimā Kasabū La`ajjala Lahumu Al-`Adhāba Bal Lahum Maw`idun Lan Yajidū Min Dūnihi Maw'ilāan

     

    18.59 Et voilà les villes que Nous avons fait périr quand leurs peuples commirent des injustices et Nous avons fixé un rendez-vous pour leur destruction. Wa Tilka Al-Qurá 'Ahlaknāhum Lammā Žalamū Wa Ja`alnā Limahlikihim Maw`idāan

     

    18.60 (Rappelle-toi) quand Moïse dit à son valet: "Je n´arrêterai pas avant d´avoir atteint le confluent des deux mers, dussé-je marcher de longues années" Wa 'Idh Qāla Mūsá Lifatāhu Lā 'Abraĥu Ĥattá 'Ablugha Majma`a Al-Baĥrayni 'Aw 'Amđiya Ĥuqubāan

    18.61 Puis, lorsque tous deux eurent atteint le confluent, ils oublièrent leur poisson qui prit alors librement son chemin dans la mer. Falammā Balaghā Majma`a Baynihimā Nasiyā Ĥūtahumā Fa Attakhadha Sabīlahu Fī Al-Baĥri Sarabāan

     

    18.62 Puis, lorsque tous deux eurent dépassé [cet endroit,] il dit à son valet: "Apporte-nous notre déjeuner: nous avons rencontré de la fatigue dans notre présent voyage" Falammā Jāwazā Qāla Lifatāhu 'Ātinā Ghadā'anā Laqad Laqīnā Min Safarinā Hādhā Naşabāan

     

    18.63 [Le valet lui] dit: "Quand nous avons pris refuge près du rocher, vois-tu, j´ai oublié le poisson - le Diable seul m´a fait oublier de (te) le rappeler - et il a curieusement pris son chemin dans la mer". Qāla 'Ara'ayta 'Idh 'Awaynā 'Ilá Aş-Şakhrati Fa'innī Nasītu Al-Ĥūta Wa Mā 'Ansānīhu 'Illā Ash-Shayţānu 'An 'Adhkurahu Wa Attakhadha Sabīlahu Fī Al-Baĥri `Ajabāan

     

    18.64 [Moïse] dit: "Voilà ce que nous cherchions". Puis, ils retournèrent sur leurs pas, suivant leurs traces. Qāla Dhālika Mā Kunnā Nabghi Fārtaddā `Alá 'Āthārihimā Qaşaşāan

     

    18.65 Ils trouvèrent l´un de Nos serviteurs à qui Nous avions donné une grâce, de Notre part, et à qui Nous avions enseigné une science émanant de Nous. Fawajadā `Abdāan Min `Ibādinā 'Ātaynāhu Raĥmatan Min `Indinā Wa `Allamnāhu Min Ladunnā `Ilmāan

     

    18.66 Moïse lui dit: "Puis-je suivre, à la condition que tu m´apprennes de ce qu´on t´a appris concernant une bonne direction?" Qāla Lahu Mūsá Hal 'Attabi`uka `Alá 'An Tu`allimani Mimmā `Ullimta Rushdāan

     

    18.67 [L´autre] dit: "Vraiment, tu ne pourras jamais être patient avec moi. Qāla 'Innaka Lan Tastaţī`a Ma`iya Şabrāan

     

    18.68 Comment endurerais-tu sur des choses que tu n´embrasses pas par ta connaissance?". Wa Kayfa Taşbiru `Alá Mā Lam Tuĥiţ Bihi Khubrāan

    18.69 [Moïse] lui dit: "Si Allah veut, tu me trouvera patient; et je ne désobéirai à aucun de tes ordres". Qāla Satajidunī 'In Shā'a Allāhu Şābirāan Wa Lā 'A`şī Laka 'Amrāan

     

    18.70 "Si tu me suis, dit [l´autre,] ne m´interroge sur rien tant que je ne t´en aurai pas fait mention". Qāla Fa'ini Attaba`tanī Falā Tas'alnī `An Shay'in Ĥattá 'Uĥditha Laka Minhu Dhikrāan

     

    18.71 Alors les deux partirent. Et après qu´ils furent montés sur un bateau, l´homme y fit une brèche. [Moïse] lui dit: "Est-ce pour noyer ses occupants que tu l´as ébréché? Tu as commis, certes, une chose monstrueuse!" Fānţalaqā Ĥattá 'Idhā Rakibā Fī As-Safīnati Kharaqahā Qāla 'Akharaqtahā Litughriqa 'Ahlahā Laqad Ji'ta Shay'āan 'Imrāan

     

    18.72 [L´autre] répondit: "N´ai-je pas dit que tu ne pourrais pas garder patience en ma compagnie?". Qāla 'Alam 'Aqul 'Innaka Lan Tastaţī`a Ma`iya Şabrāan

     

    18.73 "Ne t´en prend pas à moi, dit [Moïse,] pour un oubli de ma part; et ne m´impose pas de grande difficulté dans mon affaire". Qāla Lā Tu'uākhidhnī Bimā Nasītu Wa Lā Turhiqnī Min 'Amrī `Usrāan

     

    18.74 Puis ils partirent tous deux; et quand ils eurent rencontré un enfant, [l´homme] le tua. Alors [Moïse] lui dit: "As-tu tué un être innocent, qui n´a tué personne? Tu as commis certes, une chose affreuse!" Fānţalaqā Ĥattá 'Idhā Laqiyā Ghulāmāan Faqatalahu Qāla 'Aqatalta Nafsāan Zakīyatan Bighayri Nafsin Laqad Ji'ta Shay'āan Nukrāan

     

    18.75 [L´autre] lui dit: "Ne t´ai-je pas dit que tu ne pourrais pas garder patience en ma compagnie? Qāla 'Alam 'Aqul Laka 'Innaka Lan Tastaţī`a Ma`iya Şabrāan

     

    18.76 "Si, après cela, je t´interroge sur quoi que ce soit, dit [Moïse,] alors ne m´accompagne plus. Tu seras alors excusé de te séparer de moi". Qāla 'In Sa'altuka `An Shay'in Ba`dahā Falā Tuşāĥibnī Qad Balaghta Min Ladunnī `Udhrāan

     

    18.77 Ils partirent donc tous deux; et quand ils furent arrivés à un village habité, ils demandèrent à manger à ses habitants; mais ceux-ci refusèrent de leur donner l´hospitalité. Ensuite, ils y trouvèrent un mur sur le point de s´écrouler. L´homme le redressa. Alors [Moïse] lui dit: "Si tu voulais, tu aurais bien pu réclamer pour cela un salaire". Fānţalaqā Ĥattá 'Idhā 'Atayā 'Ahla Qaryatin Astaţ`amā 'Ahlahā Fa'abaw 'An Yuđayyifūhumā Fawajadā Fīhā Jidārāan Yurīdu 'An Yanqađđa Fa'aqāmahu Qāla Law Shi'ta Lāttakhadhta `Alayhi 'Ajrāan

     

    18.78 "Ceci [marque] la séparation entre toi et moi, dit [l´homme,] Je vais t´apprendre l´interprétation de ce que tu n´as pu supporter avec patience. Qāla Hādhā Firāqu Baynī Wa Baynika Sa'unabbi'uka Bita'wīli Mā Lam Tastaţi` `Alayhi Şabrāan

     

    18.79 Pour ce qui est du bateau, il appartenait à des pauvres gens qui travaillaient en mer. Je voulais donc le rendre défectueux, car il y avait derrière eux un roi qui saisissait de force tout bateau. 'Ammā As-Safīnatu Fakānat Limasākīna Ya`malūna Fī Al-Baĥri Fa'aradtu 'An 'A`ībahā Wa Kāna Warā'ahum Malikun Ya'khudhu Kulla Safīnatin Ghaşbāan

     

    18.80 Quant au garçon, ses père et mère étaient des croyants; nous avons craint qu´il ne leur imposât la rébellion et la mécréance. Wa 'Ammā Al-Ghulāmu Fakāna 'Abawāhu Mu'uminayni Fakhashīnā 'An Yurhiqahumā Ţughyānāan Wa Kufrāan

     

    18.81 Nous avons donc voulu que leur Seigneur leur accordât en échange un autre plus pur et plus affectueux. Fa'aradnā 'An Yubdilahumā Rabbuhumā Khayrāan Minhu Zakāatan Wa 'Aqraba Ruĥmāan

     

    18.82 Et quant au mur, il appartenait à deux garçons orphelins de la ville, et il y avait dessous un trésor à eux; et leur père était un homme vertueux. Ton Seigneur a donc voulu que tous deux atteignent leur maturité et qu´ils extraient, [eux- mêmes] leur trésor, par une miséricorde de ton Seigneur. Je ne l´ai d´ailleurs pas fait de mon propre chef. Voilà l´interprétation de ce que tu n´as pas pu endurer avec patience". Wa 'Ammā Al-Jidāru Fakāna Lighulāmayni Yatīmayni Fī Al-Madīnati Wa Kāna Taĥtahu Kanzun Lahumā Wa Kāna 'Abūhumā Şāliĥāan Fa'arāda Rabbuka 'An Yablughā 'Ashuddahumā Wa Yastakhrijā Kanzahumā Raĥmatan Min Rabbika Wa Mā Fa`altuhu `An 'Amrī Dhālika Ta'wīlu Mā Lam Tasţi` `Alayhi Şabrāan

     

    18.83 Et ils t´interrogent sur Zul-Qarnayn. Dis: "Je vais vous en citer quelque fait mémorable". Wa Yas'alūnaka `An Dhī Al-Qarnayni Qul Sa'atlū `Alaykum Minhu Dhikrāan

     

    18.84 Vraiment, Nous avons affermi sa puissance sur terre, et Nous lui avons donné libre voie à toute chose. 'Innā Makkannā Lahu Fī Al-'Arđi Wa 'Ātaynāhu Min Kulli Shay'in Sababāan

     

    18.85 Il suivit donc une voie. Fa'atba`a Sababāan

     

    18.86 Et quand il eut atteint le Couchant, il trouva que le soleil se couchait dans une source boueuse, et, auprès d´elle il trouva une peuplade [impie]. Nous dîmes: "ô Zul-Qarnayn! ou tu les châties, ou tu uses de bienveillance à leur égard". Ĥattá 'Idhā Balagha Maghriba Ash-Shamsi Wajadahā Taghrubu Fī `Aynin Ĥami'atin Wa Wajada `Indahā Qawmāan Qulnā Yā Dhā Al-Qarnayni 'Immā 'An Tu`adhiba Wa 'Immā 'An Tattakhidha Fīhim Ĥusnāan

     

    18.87 Il dit: "Quant à celui qui est injuste, nous le châtierons; ensuite il sera ramené vers son Seigneur qui le punira d´un châtiment terrible. Qāla 'Ammā Man Žalama Fasawfa Nu`adhibuhu Thumma Yuraddu 'Ilá Rabbihi Fayu`adhibuhu `Adhābāan Nukrāan

     

    18.88 Et quant à celui qui croit et fait bonne oeuvre, il aura, en retour, la plus belle récompense. Et nous lui donnerons des ordres faciles à exécuter". Wa 'Ammā Man 'Āmana Wa `Amila Şāliĥāan Falahu Jazā'an Al-Ĥusná Wa Sanaqūlu Lahu Min 'Amrinā Yusrāan

     

    18.89 Puis, il suivit (une autre) voie. Thumma 'Atba`a Sababāan

     

    18.90 Et quand il eut atteint le Levant, il trouva que le soleil se levait sur une peuplade à laquelle Nous n´avions pas donné de voile pour s´en protéger. Ĥattá 'Idhā Balagha Maţli`a Ash-Shamsi Wajadahā Taţlu`u `Alá Qawmin Lam Naj`al Lahum Min Dūnihā Sitrāan

     

    18.91 Il en fut ainsi et Nous embrassons de Notre Science ce qu´il détenait. Kadhālika Wa Qad 'Aĥaţnā Bimā Ladayhi Khubrāan

     

    18.92 Puis, il suivit (une autre) voie. Thumma 'Atba`a Sababāan

     

    18.93 Et quant il eut atteint un endroit situé entre les Deux Barrières (montagnes), il trouva derrière elles une peuplade qui ne comprenait presque aucun langage. Ĥattá 'Idhā Balagha Bayna As-Saddayni Wajada Min Dūnihimā Qawmāan Lā Yakādūna Yafqahūna Qawlāan

     

    18.94 Ils dirent: "ô Zul-Qarnayn, les Yajuj et les Majuj commettent du désordre sur terre. Est-ce que nous pourrons t´accorder un tribut pour construire une barrière entre eux et nous?" Qālū Yā Dhā Al-Qarnayni 'Inna Ya'jūja Wa Ma'jūja Mufsidūna Fī Al-'Arđi Fahal Naj`alu Laka Kharjāan `Alá 'An Taj`ala Baynanā Wa Baynahum Saddāan

     

    18.95 Il dit: "Ce que Mon Seigneur m´a conféré vaut mieux (que vos dons). Aidez-moi donc avec force et je construirai un remblai entre vous et eux. Qāla Mā Makkananī Fīhi Rabbī Khayrun Fa'a`īnūnī Biqūwatin 'Aj`al Baynakum Wa Baynahum Radmāan

     

    18.96 Apportez-moi des blocs de fer". Puis, lorsqu´il en eut comblé l´espace entre les deux montagnes, il dit: "Soufflez!" Puis, lorsqu´il l´eut rendu une fournaise, il dit: "Apportez-moi du cuivre fondu, que je le déverse dessus". 'Ātūnī Zubara Al-Ĥadīdi Ĥattá 'Idhā Sāwá Bayna Aş-Şadafayni Qāla Anfukhū Ĥattá 'Idhā Ja`alahu Nārāan Qāla 'Ātūnī 'Ufrigh `Alayhi Qiţrāan

     

    18.97 Ainsi, ils ne purent guère l´escalader ni l´ébrécher non plus. Famā Asţā`ū 'An Yažharūhu Wa Mā Astaţā`ū Lahu Naqbāan

     

    18.98 Il dit: "C´est une miséricorde de la part de mon Seigneur. Mais, lorsque la promesse de mon Seigneur viendra, Il le nivellera. Et la promesse de mon Seigneur est vérité". Qāla Hādhā Raĥmatun Min Rabbī Fa'idhā Jā'a Wa`du Rabbī Ja`alahu Dakkā'a Wa Kāna Wa`du Rabbī Ĥaqqāan

     

    18.99 Nous les laisserons, ce jour-là, déferler comme les flots les uns sur les autres, et on soufflera dans la Trompe et Nous les rassemblerons tous. Wa Taraknā Ba`đahum Yawma'idhin Yamūju Fī Ba`đin Wa Nufikha Fī Aş-Şūri Fajama`nāhum Jam`āan

     

    18.100 Et ce jour-là Nous présenterons de près l´Enfer aux mécréants, Wa `Arađnā Jahannama Yawma'idhin Lilkāfirīna `Arđāan

     

    18.101 dont les yeux étaient couverts d´un voile qui les empêchait de penser à Moi, et ils ne pouvaient rien entendre non plus. Al-Ladhīna Kānat 'A`yunuhum Fī Ghiţā'in `An Dhikrī Wa Kānū Lā Yastaţī`ūna Sam`āan

     

    18.102 Ceux qui ont mécru, comptent-ils donc pouvoir prendre, pour alliés, Mes serviteurs en dehors de Moi? Nous avons préparé l´Enfer comme résidence pour les mécréants. 'Afaĥasiba Al-Ladhīna Kafarū 'An Yattakhidhū `Ibādī Min Dūnī 'Awliyā'a 'Innā 'A`tadnā Jahannama Lilkāfirīna Nuzulāan

     

    18.103 Dis: "Voulez-vous que Nous vous apprenions lesquels sont les plus grands perdants, en oeuvres? Qul Hal Nunabbi'ukum Bil-'Akhsarīna 'A`mālāan

     

    18.104 Ceux dont l´effort, dans la vie présente, s´est égaré, alors qu´ils s´imaginent faire le bien. Al-Ladhīna Đalla Sa`yuhum Fī Al-Ĥayāati Ad-Dunyā Wa Hum Yaĥsabūna 'Annahum Yuĥsinūna Şun`āan

     

    18.105 Ceux-là qui ont nié les signes de leur Seigneur, ainsi que Sa rencontre. Leurs actions sont donc vaines". Nous ne leur assignerons pas de poids au Jour de la Résurrection. 'Ūla'ika Al-Ladhīna Kafarū Bi'āyāti Rabbihim Wa Liqā'ihi Faĥabiţat 'A`māluhum Falā Nuqīmu Lahum Yawma Al-Qiyāmati Waznāan

     

    18.106 C´est que leur rétribution sera l´Enfer, pour avoir mécru et pris en raillerie Mes signes (enseignements) et Mes messagers. Dhālika Jazā'uuhum Jahannamu Bimā Kafarū Wa Attakhadhū 'Āyātī Wa Rusulī Huzūan

     

    18.107 Ceux qui croient et font de bonnes oeuvres auront pour résidence les Jardins du "Firdaws," (Paradis), 'Inna Al-Ladhīna 'Āmanū Wa `Amilū Aş-Şāliĥāti Kānat Lahum Jannātu Al-Firdawsi Nuzulāan

     

    18.108 où ils demeureront éternellement, sans désirer aucun changement Khālidīna Fīhā Lā Yabghūna `Anhā Ĥiwalāan

     

    18.109 Dis: "Si la mer était une encre [pour écrire] les paroles de mon Seigneur, certes la mer s´épuiserait avant que ne soient épuisées les paroles de mon Seigneur, quand même Nous lui apporterions son équivalent comme renfort". Qul Law Kāna Al-Baĥru Midādāan Likalimāti Rabbī Lanafida Al-Baĥru Qabla 'An Tanfada Kalimātu Rabbī Wa Law Ji'nā Bimithlihi Madadāan

     

    18.110 Dis: "Je suis en fait un être humain comme vous. Il m´a été révélé que votre Dieu est un Dieu unique! Quiconque, donc, espère rencontrer son Seigneur, qu´il fasse de bonnes actions et qu´il n´associe dans son adoration aucun à son Seigneur". Qul 'Innamā 'Anā Basharun Mithlukum Yūĥá 'Ilayya 'Annamā 'Ilahukum 'Ilahun Wāĥidun Faman Kāna Yarjū Liqā'a Rabbihi Falya`mal `Amalāan Şāliĥāan Wa Lā Yushrik Bi`ibādati Rabbihi 'Aĥadāan

     

     

    La descente de la sourate Al-Kahf

     

    La Sourate Al-Kahf est une sourate révélée à la Mecque (mis à part ses versets 28, 83 et 101 qui furent révélés à Médine) et fait partie des cinq sourates mecquoises commençant par « alhamdou lilah » (Louange à Allah). Elle compte 110 versets et son nom est tiré de son 9ème verset :

     

    Penses-tu que les gens de la Caverne et d’ar-Raquim ont constitué une chose extraordinaire d’entre Nos prodiges ?

     

     

    D’après le tafsir de Ibn Kathir, notre prophète Mohammed (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui), s’est retrouvé confronté aux polythéistes et aux gens du Livre (à savoir les Juifs et les chrétiens) lorsqu’il a commencé à révéler le message divin. 

    Deux polythéistes, du nom de Anadd’r bnoLharith et ‘oqba bno abo mohit sont envoyés par les Qoraïchs chez les savants juifs afin de leur décrire Mohammed (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui), puisque ces derniers détenaient une grande connaissance des prophètes. 

    Ces derniers conseillèrent aux Qoraïchs de poser trois questions à Mohammed. 

    Ainsi d’après eux, s’il parvenait à répondre, cela signifierait qu’il est bien prophète. 

    Mais s’il n’y parvenait pas, c’est qu’il s’agirait d’un menteur. 

     

     

    Les questions étaient les suivantes :

     

    1 . Qui furent les gens de la caverne ?

     

    2 . Qui est l’homme qui a parcouru la terre de l’est à l’ouest ? / Que sais-tu de Dul-Qarnayn ?

     

    3 . Qu’est ce que l’âme ? / Quelle est l’authentique histoire d’Al-Khadir ?

     

     

    Le Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) les fit attendre plusieurs jours, jusqu’à ce que Jibril lui apporte les réponses sur la demande d’Allah. 

    Ainsi, on découvre cette sourate relatant ces événements. 

    Le tafsir de Ibn Kathir rapporte que notre prophète Mohammed (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) était fortement attristé, car malgré avoir apporté les bonnes réponses aux questions des juifs et des Qoraïchs, les preuves indiscutables qu’il est un prophète, ils continuèrent dans leur mécréance.

     

     

     

    Les vertus de la sourate Al-Kahf

     

    La sourate Al-Kahf est primordiale puisqu’elle rappelle l’importance de la croyance en Un Seul Dieu.

     

    Dis : « Je suis en fait un être humain comme vous. Ils m’a été révélé que votre Dieu est un Dieu unique ! Quiconque, donc, espère rencontrer son Seigneur, qu’il fasse de bonnes actions et qu’il n’associe dans son adoration aucun à son Seigneur ».

    verset 110

     

    Il existe de nombreux hadiths parlant des récompenses de la lecture de la Sourate Al-Kahf. 

    Il est rapporté, en l’occurrence, que celui qui récite les dix premiers versets (ou les dix derniers selon le hadith) de cette sourate, sera illuminé par une lumière (Nour) entre ce vendredi et le suivant.

     

    Le Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) a dit : 

    « Quiconque récite la Sourate Al-Kahf, lui sera donné le Jour de la Résurrection une lumière qui s’étend de sa place jusqu’à la Mecque, et quiconque récite les dix derniers versets de cette Sourate sera épargné, lors de la sortie de l’antéchrist, de son épreuve… »  

    Hadith rapporté par At-Tabarani et authentifié par Al-Albani

     

     

    Le Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) a dit : 

    « Quiconque récite la Sourate Al-Kahf (la caverne) le jour du Vendredi, Allah l’éclaire entre les deux vendredis. » 

    Hadith rapporté par An-Nassaï, Al-Hakem et Al-Bayhaqi selon Abou Said al-Khoudari, qu’Allah soit satisfait d’eux, authentifié par Al-Albani

     

     

    Le Prophète (paix et bénédiction d'Allah soient sur lui) a dit : 

    « Quiconque récite la Sourate Al-Kahf le jour du vendredi, une lumière brillera sous ses deux pieds jusqu’au ciel, l’éclairant jusqu’au Jour du Jugement et il lui sera pardonné ce qu’il a fait entre les deux vendredis. » 

    Hadith rapporté par Ibn Mardaweh selon Ibn Omar, qu’Allah soit satisfait d’eux

     

     

    En ce qui nous concerne, nous qui ressentons du fond de nos coeurs la présence d’Allah, et parce que le Coran nous suffit à croire en UN Dieu Unique : Allah, ainsi qu’en son prophète, il nous est conseillé de réciter cette sourate, Al-Kahf, afin de se protéger du dajjal, c’est à dire l’antéchrit qui apparaitra à la fin des temps.

     

     

     

    Aménager son temps chaque vendredi

     

    La lecture de cette sourate prend aux alentours d’1/2 heure. Elle compte 110 versets. Comment aménager son temps chaque vendredi afin de lire cette sourate si importante, et ainsi bénéficier de la protection du Très Haut jusqu’au prochain vendredi ? Voici quelques exemples inchaALLAH.

     

    Si vous travaillez, commencez par lire les 22 premiers versets après salât el fajr. Puis du 23 au 50 dans les transports. Vous avez pris l’habitude de décaler votre pause le vendredi afin de vous rendre au Jumu’a. Avant ou après la prière et le darss, selon l’heure à laquelle vous arrivez à la mosquée, lisez les versets 51 à 81. Dans les transports lorsque vous rentrez chez vous lisez les derniers versets : de 82 à 110. Si vous allez au travail en transport, profitez d’un moment calme le soir pour lire les quelques versets qu’il vous reste à lire :) . Si vous êtes femme au foyer, avec de jeunes enfants ne vous laissant que très peu de temps, il vous faut lire ces quelques versets alors que vous êtes au calme, afin de vous imprégner des paroles d’Allah et d’en ressentir toute la force. Si vous le pouvez, l’idéal est de découper la lecture en deux. La première partie après Salât al-fajr, la seconde pendant la sieste des enfants.

    *Sourate 18 :  Al Kahf (La caverne)*

    « Voyage avec le Coran *Rêve ou Réalité »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Abdoul kader
    Vendredi 16 Mai 2014 à 12:16

    Jazakal lahu khairan jaza.Merci infiniment de votre brillant eclaircissement sur les histoires de la sourate Al khaf et les merites qu'elle contienne pour tout celui qui la lise le vendredi.Bissalam

    2
    Mouna71
    Vendredi 6 Juin 2014 à 16:52
    Assalamou alaykoum JazakumLlah khayr pour cet article. Néanmoins, j'ai noté 2 contradictions avec le coran.

    Vous écrivez {ils demeurèrent dans la caverne :

    “... trois cents ans et en ajoutèrent neuf(années).” }


    Ce sont les gens du Livre qui pensaient cela mais Allah subhanah wa taala ordonna à Son prophète SAWS

    18.26 Dis: "Allah sait mieux combien de temps ils demeurèrent là. A Lui appartient l´Inconnaissable des cieux et de la terre. Comme Il est Voyant et Audient! Ils n´ont aucun allié en dehors de Lui et Il n´associe personne à Son commandement Quli Allāhu 'A`lamu Bimā Labithū Lahu Ghaybu As-Samāwāti Wa Al-'Arđi 'Abşir Bihi Wa 'Asmi` Mā Lahum Min Dūnihi Min Wa Līyin Wa Lā Yushriku Fī Ĥukmihi 'Aĥadāan
    3
    Aminatou
    Vendredi 13 Juin 2014 à 15:55
    Qu'Allah soubhanahou wa ta'ala vous donne la meilleure des récompenses
    4
    KARIMA
    Vendredi 1er Mai 2015 à 15:07

    Salam aleikoum peut on la lire en francais ?

    5
    souris
    Vendredi 1er Mai 2015 à 17:03

    moi je la lis en français et je l'écoute en arabe cd

    6
    Issa parfum
    Dimanche 31 Mai 2015 à 03:09
    300 ans selon le calcul grégorien ou 309 ans avec le calcul lunaire
    7
    sab
    Vendredi 12 Juin 2015 à 17:03

    Selem aleykom, il y a une erreur verset 36: je ne* trouverais certes

    8
    Sam
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 09:11
    Salamo'alaykom. A sab :il n'y a pas d'erreur sur le verset 36. Il s'agit bien de "Et si on me ramène vers mon Seigneur, je trouverai certes meilleur lieu de retour que ce jardin." Wa salam


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :